Séminaire /Architectures en béton dans les Alpes. Réinterroger le béton à partir du local

Le séminaire « Architecture, Patrimoine et Création », s’est tenu à l’ENSA de Grenoble, le 23 novembre 2017.
Mélanie Manin, est intervenue  et son intervention était intitulée :

Pensée et usages du béton dans l’architecture d’Henry Jacques Le Même à Megève

Résumé :

En 1926, l’architecte H. J. Le Même « invente » le chalet du skieur.  Ce nouvel habitat, destiné aux villégiateurs de la station de sports d’hiver naissante de Megève, est moderne, raffinée et doté de grandes ouvertures sur le paysage de montagne. La mise en œuvre du béton armé est pour l’architecte le moyen de créer les dispositifs visuels qui permettent de faire entrer le paysage dans l’habitation. Utilisé avec parcimonie, le béton armé permet d’édifier les linteaux de grande dimension et les baies en angle. Les qualités esthétiques du béton sont peu mises en exergue contrairement à la maison-atelier de l’architecte (1928) et à l’hôtel Albert Ier (1930), implantés au centre de Megève.

Colloque / (Dé)construire la ville : saisir la décroissance urbaine comme opportunité

Le colloque Dé)construire la ville : saisir la décroissance urbaine comme opportunité. Comment ? Pourquoi ? Pour qui ? se tiendra les jeudi 5 et vendredi 6 octobre à l’ENSA de Saint-Etienne. Il est organisé conjointement par le programme de recherche Altergrowth (V. Béal, dir.), l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint‐Etienne, les laboratoires EVS (UMR 5600), Triangle (UMR CNRS 5206) et l’Université Jean Monnet Saint‐Etienne.
Dans le cadre de ce colloque, Catherine Maumi animera la session 5 « Déconstruire la ville en décroissance : une diversité d’expérience », dans laquelle Charline Sowa interviendra pour parler de son travail de recherche.
Présentation du colloque : 
Les villes décroissantes sont devenues un objet d’études et de recherches central dans la dernière décennie. Sur la base de phénomènes, plus ou moins combinés, de décroissance démographique et de déclin économique, ces dynamiques se sont étendues à des villes de tailles diverses et de spécialisation économique autre qu’industrielle à tel point que le phénomène de déclin urbain est parfois qualifié de structurel, une fois replacé dans les puissantes logiques du processus de métropolisation.

Dans un contexte où la décroissance devient une figure de l’urbain, comment penser l’adaptation des villes à leur nouvelle taille en contexte métropolisé ?

En invitant chercheur.e.s, praticien.ne.s, étudiant.e.s et productrices et producteurs de l’urbain, le comité d’organisation du colloque souhaite mettre en débat les questionnements suivants :

La décroissance urbaine peut-elle constituer une opportunité pour la ville et ses habitants, pour des acteurs à même de la concevoir comme telle et non pas seulement comme une perte, plus ou moins irrémédiable, de vitalité et d’atouts ? A quelles conditions ? Quels obstacles conceptuels, sociaux, économiques, politiques ? Quels écueils et risques ?

Quelles sont les pratiques et politiques mises en place pour déconstruire les villes ?Comment nommer les actions pensées et mises en oeuvre pour accompagner la décroissance ? A quelles conditions la dé-construction peut-elle « faire » un autre projet urbain ? Quels sont – ou plutôt seraient – les outils techniques et financiers de la dé-construction – re-construction ? Quels acteurs sont susceptibles de se mobiliser ? Quelles expériences sont à l’oeuvre aujourd’hui et dans quels contextes ?

Comité d’organisation : 

Jean-Luc BAYARD (ENSA de Saint-Etienne), Vincent BEAL (Université de Strasbourg, UMR SAGE), Pauline CHAVASSIEUX (ENSA de Saint-Etienne, EVS), Julie COLOMBIER (ENSA de Saint-Etienne), Jean-Michel DUTREUIL (ENSA de Saint-Etienne, GRF Transformations), Jörn GARLEFF (ENSA de Saint-Etienne, GRF Transformations), Georges GAY (Université de Saint-Etienne, EVS), Rachid KADDOUR (ENSA de Saint-Etienne, GRF Transformations), Frank LE BAIL (ENSA de Saint-Etienne, GRF Transformations), Christelle MOREL JOURNEL (Université de Saint-Etienne, EVS), Valérie SALA PALA (Université de Saint-Etienne, TRIANGLE), Charline SOWA (MHAevt, ENSA Grenoble)

 

 

Rencontres /4e Rencontres doctorales en architecture et paysage 2017

Les 4ème Rencontres doctorales en architecture et paysage se sont tenues les 12-13 et 14 septembre 2017 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette (ENSA-PLV). La thématique de cette année portait sur la REPRESENTATION : quand la représentation devient sujet, objet, action et méthode dans la recherche architecturale urbaine et paysagère.

Dans le cadre de cet événement, plusieurs doctorants du laboratoire étaient présents.

Les doctorants de première année étaient invités à présenter un poster. Mougig El Rahman, Mélina Ramondenc, Elise Simon et Manon Scotto ont ainsi participé à l’exposition de posters qui est visible jusqu’au 6 octobre 2017 dans la salle d’exposition de l’ENSA-PLV.

Claire Rosset a fait une intervention intitulée : « Relever, redessiner, réutiliser… raconter ! Circulations de l’architecture traditionnelle à travers les croquis d’architecture d’Albert Laprade ».  Cette communication s’inscrivaiet dans l’axe 1 « La représentation rétrospective et descriptive ». La  session 1 « Mises en récits » avait pour questionnements : « Comment des représentations ou des descriptions visuelles et textuelles correspondent-elles à des mises en récit ? Trois niveaux seront interrogés à partir de la représentabilité, de ce que fait la mise en récit et du processus de transmission ».

> Le programme des Rencontres

Conférence / ALBERT LAPRADE, UN ARCHITECTE MODERNE AUX HOUCHES

La version légère de l’exposition « De la construction au récit. Être de son temps et de son lieu pour l’architecte du XXe siècle » est accueillie au Musée montagnard des Houches du 3 juillet 2017 au 30 avril 2018.

A cette occasion, Claire Rosset a donné une conférence le lundi 31 juillet 2017, à 20h30, à l’Espace animation des Houches, intitulée :

 « Albert Laprade, un architecte moderne aux Houches. »

 

Résumé de la conférence : 

L’architecte Albert Laprade (1883-1978) est déjà reconnu sur la scène architecturale parisienne lorsqu’il arrive aux Houches, en 1925. Il découvre alors « un si beau pays » : l’alpage de Charousse. Au cours des années, il s’applique à en acquérir les différents terrains afin de préserver l’intégrité du lieu face aux transformations des territoires de montagne au début du XXe siècle. Il met également en place une collection d’objets de la vie quotidienne en alpage avec une conscience précoce de la disparition des modes de vie traditionnels (une collection qui alimente aujourd’hui le musée Montagnard des Houches).

La montagne fascine les intellectuels dès le XVIIIe siècle. L’intérêt pour le sublime et le pittoresque des paysages alpins cèdera progressivement la place, au cours du XIXe siècle, à une curiosité plus scientifique pour la géographie et la géologie. En revenant sur ces héritages et en observant l’expérience d’Albert Laprade à Charousse, nous nous demanderons quels enseignements l’architecte moderne tire-t-il de sa montée en alpage.

 

COLLOQUE / Pensée décentralisatrice et projet de territoire, au XXe siècle

Les 09 et 10 novembre 2017 se tiendra le  Colloque international  : « Pensée décentralisatrice et projet de territoire, au XXe siècle » à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG).

Les propositions de communication (résumé de 300 mots, 5 mots clés et CV d’une page, en français ou en anglais) sont à envoyer avant le 17 juillet 2017 à l’adresse suivante : decentralisation2017.18@gmail.com

Vous trouverez l’argumentaire de l’appel à communication ci-après.

> Appel à communication (FR)
> Call for paper (ENG)

 

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires ISSN 2496-1930