Rencontre / REAF 2016 : Afriques cosmopolitiques

Bandeau_reaf_Complet

Les 4ème Rencontres des études Africaines en France, sur le thème  « Afriques cosmopolitiques« , se tiendront à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris, du 5 au 7 Juillet 2016.
Halimatou Mama Awal, interviendra dans la session animé par Armelle Choplin er Elisabeth Peyroux :  » Villes et « modèles » urbains en Afrique : circulation internationale, ancrage, innovation » et présentera son travail : 

« Modernité(s) et architecture en Afrique Subsaharienne »

Résumé : 

La modernité, concept en mouvement et évolutif, reste floue tant dans l’esprit des populations que des architectes en Afrique subsaharienne. L’observation de la production architecturale, nécessaire pour comprendre l’édification des villes et des territoires contemporains, nous a conduit à formuler l’hypothèse de deux modernités en Afrique subsaharienne : « modernité suggérée » et « modernité manifestée ».

Dès le milieu du XIXe siècle, les échanges entre l’Afrique et l’Europe s’intensifient. Moment très important où l’on accède à de nouvelles visions du monde. Le « monde sauvage » ramené des colonies coexiste avec le « monde technique moderne » rendu possible par l’ère industrielle. La « modernité suggérée » définie donc l’introduction de la modernité européenne du XXe siècle en Afrique subsaharienne. Une nouvelle vision du monde qui sera expériment­ée par des architectes. Ainsi, G. Olivier et J. G. Lambert, architectes français, proposeront à l’exposition coloniale de Paris en 1931, le pavillon de l’Afrique Occidentale Française (AOF), une architecture mixant pensée technique occidentale et cultures locales africaines. Ernst May, architecte allemand, expérimentera en Afrique les principes de l’urbanisme moderne avec le plan de Kampala (Ouganda). Cette période illustre selon Udo Kulterman, la naissance d’une « Architecture nouvelle en Afrique», une production inventée grâce au contexte de l’Afrique.

La « modernité manifestée », est celle qui porte le message des mouvements indépendantistes, illustrant la légitimité et l’émancipation des nouvelles nations. La production de cette modernité sera un instrument de médiatisation, une image de la modernisation des nations africaines. Outre la définition d’une nouvelle chronologie, cette deuxième phase de modernité, est un « choix », et incarne un « positionnement ». Ces tendances se manifesteront par des coopérations multiples pour différentes raisons : des raisons économiques avec des organismes internationaux, des besoins d’expertise internationale car inexistante sur place, ou bien d’idéologie définissant un positionnement politique. La « modernité manifestée » représente aussi l’émergence des recherches expérimentales sur les thèmes de « l’architecture tropicale » ou la notion de « communauté ». Les architectes anglais Jane Drew et Maxwell Fry fonderont la première école d’architecture tropicale et le français Jean Prouvé développera le prototype de la maison tropicale.

La reconnaissance des modernité(s) permette de percevoir l’histoire du territoire comme fondateur d’un univers conceptuel particulier. Ainsi, des expériences pourront être réactivées pour alimenter les recherches sur l’architecture bioclimatique ou sur les outils de processus de participation, pour faire du projet « avec la communauté » afin qu’il soit adéquat aux besoins de la communauté.

Congrès international / Résilience dans le Monde du Vivant

Du 19 au 21 mai prochains aura lieu le Congrès international : « Résilience dans le Monde du Vivant.«  à Marseille.

Affiche congrès international_Résilience dans le monde du vivant

Le vendredi 20 mai, de 13h30 à 16h30, Aysegül Cankat   participera à l’Atelier « Résilience : quels intérêts pour les villes? » et y présentera son travail intitulé :

« Istanbul et ses quartiers d’habitat spontané : la double résilience des gecekondu « .

Résumé : 

« Gecekondu », posé la nuit. « Konmak », se poser comme un oiseau, avec légèreté et prêt à reprendre son envol…

La contribution propose d’appréhender les quartiers d’habitat spontané dans leur qualité et capacité résiliente, et ceci dans deux registres, de l’homme et du sol (humaine/sociale et physique/environnementale).
– La reconstitution d’un mode de vie qui conserve, en recontextualisant, les cultures de l’habiter des lieux quittés par obligation et donc une moindre affectation par le traumatisme lié à l’exode : communauté d’origine et culture rurale partiellement conservées,
– Une installation qui s’ancre par le non construit, les espaces ouverts et les espaces mutualisés, des constructions économes de petites surfaces utilisant, de manière privilégiée, des matériaux recyclés, consommant peu d’énergie, et constituant des quartiers où une économie solidaire et complémentaire (artisanat, bricolage, agriculture, …) contribue à la vie et la survie.

La contribution s’appuiera sur le travail de terrain mené dans 12 quartiers de gecekondu à Istanbul, depuis 2012, ainsi que sur un travail de conceptualisation et de théorisation à partir des observations/discussions et des relevés/re-dessins qui constituent la matière à penser et à agir de la recherche en cours.
La double capacité résiliente des quartiers de gecekondu à Istanbul et, de manière plus générale, des processus de fabrication spatiale spontanée, qui reposent sur des savoir-faire et de savoir-vivre en local, permet d’énoncer la nécessité du fondement scientifique de ce type de processus, motivée par ses caractères anticipatif et multiple (et non uniquement technique normative et réglementaire).

>Site internet congrès

>Le programme complet du congrès

 

Conférence / Broadacre City : un manifeste en faveur de l’idéal démocratique étasunien

Bien qu’il soit universellement connu et probablement le plus célèbre des architectes américains, Frank Lloyd Wright n’a pas fait l’objet d’exposition en France depuis 1977. A l’automne 2017, soit quarante ans plus tard, le musée d’Orsay consacrera une exposition à cet architecte original et exceptionnel dont la carrière fait le lien entre le XIXe et le XXe siècle. Le musée d’Orsay s’est associé à l’Université de Lorraine pour organiser séminaires et conférences destinés à établir les fondations intellectuelles et pédagogiques de cet important projet. Issues de ce partenariat, les conférences de l’année 2015-2016 sont l’occasion d’inviter à Nancy des spécialistes de langue française ayant contribué à appréhender de façon nouvelle l’œuvre de Frank Lloyd Wright.

Après Neil Levine (le 10 décembre 2015) et Jean Castex (le 4 février 2016), Catherine Maumi est invitée, le jeudi 17 mars 2016, à 18h30, à donner la conférence intitulée: « Broadacre City : un manifeste en faveur de l’idéal démocratique étasunien »
Dans l’Amphithéâtre Lucien Cuénot du Muséum-Aquarium de Nancy

Capture d’écran 2016-03-11 à 14.44.13

Capture d’écran 2016-03-11 à 14.44.37

Résumé :

Frank Lloyd Wright est de ces grands artistes américains qui se sont attachés à affirmer la spécificité d’une culture étasunienne et ont milité, durant toute leur carrière, pour la définir et la défendre, luttant contre l’importation des traditions européennes – des « beaux-arts » notamment. Ce combat est réactivé dans les années 1920-30 tandis qu’est valorisée, sur le sol des Etats-Unis, l’architecture qualifiée de « Style international », et alors même que le pays doit faire face à des crises multiples – économique, écologique, sociale et culturelle –, qui remettent en cause les principes sur lesquels avait été fondée la démocratie américaine.

Un projet illustre plus particulièrement ce combat mené par Frank Lloyd Wright en faveur des fondements culturels et démocratiques propres aux Etats-Unis : Broadacre City. Conçu durant la première moitié des années 1930, ce projet, qui sera l’objet d’une véritable « campagne » pendant les années 1940 et qui continuera de mobiliser la pensée de Wright jusqu’à la fin de sa vie – The Living City est publié en 1958 –, propose de raviver l’idéal de la démocratie américaine tel qu’il avait été défini par les Pères fondateurs – Thomas Jefferson en tête –, avant d’être ranimé par certains grands intellectuels américains du XIXe siècle – Henry David Thoreau, Ralph Waldo Emerson, Walt Whitman,… L’architecture organique de Broadacre City, témoignant de l’adoption d’un mode de vie plus respectueux de l’homme et de son environnement, est une réponse de l’artiste visionnaire au capitalisme sauvage et au phénomène de métropolisation qui étaient parvenus à s’imposer à l’échelle des Etats-Unis, véritable trahison de l’idéal démocratique étasunien.

Le message de Broadacre City n’a sans doute jamais résonné d’une façon aussi contemporaine qu’en ce début de XXIe siècle.

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires