Archives de catégorie : Soutenance

Soutenance / Claire Rosset

La thèse de Claire Rosset, intitulée:

Imaginaire du passé et pensée du monde moderne. Processus de médiatisation chez Albert Laprade, architecte.

sera soutenue publiquement le lundi 17 septembre 2018 à 14h, dans l’Amphi. Simounet (ENSAG)

Elle a été préparée au sein de l’équipe d’accueil 7445 Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire, école nationale supérieure d’architecture de Grenoble, dans l’école doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du territoire, Université Grenoble Alpes dans le cadre d’une CIFRE avec le CAUE de Haute-Savoie.

Devant le jury composé de :

  • Laurent BARIDON, Professeur, HDR, Université Lumière Lyon 2, Rapporteur
  • Arnaud DUTHEIL, Directeur du CAUE de Haute-Savoie, Examinateur
  • Hélène JANNIÈRE, Professeure, HDR, Université Rennes 2, Rapporteure
  • Catherine MAUMI, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, Directrice de thèse
  • Simon TEXIER, Professeur, HDR, Université de Picardie Jules-Verne, Examinateur
  • Estelle THIBAULT, Maître de conférences, HDR, ENSA de Paris-Belleville, Examinatrice

Résumé :

Le débat architectural du début du XXe siècle semble sous-tendu par les oppositions entre les tenants d’une tradition comme transmission historique ou régionale et ceux d’une modernité comme revendication de la tabula rasa. Mais si la modernité « intervient comme une coupure entre le passé et l’avenir […], elle assure aussi la jonction qui permet au passé de s’enrichir et à l’avenir de se souvenir » (GASSELIN F.-D., 2007). Elle peut ainsi être observée dans les rapports qu’elle entretient avec la tradition, l’intérêt pour les cultures traditionnelles et vernaculaires s’amplifiant simultanément à l’émergence de la modernité architecturale. La thèse interroge les processus de fabrication qui permettent à l’architecte de construire une idée de la modernité architecturale qui se réclame de la tradition.

Les enjeux de reconstruction après les guerres mondiales radicalisent les débats, conférant à la presse et aux grandes expositions internationales des rôles stratégiques de diffusion des idées. Les architectes en sont les acteurs principaux. En considérant l’architecture dans toutes ses dimensions de production (édifiée, représentée, écrite et publiée), nous formulons l’hypothèse qu’elle peut être analysée comme médium (c’est- à-dire comme support d’un message) et comme média (c’est-à-dire comme vecteur de communication). Par ailleurs, nous supposons que dans le processus de publication l’architecte fabrique simultanément un imaginaire du passé et une pensée du monde moderne.

Nous identifions trois mouvements dans le processus de fabrication de cette pensée de la modernité. Dans un premier temps, nous nous intéresserons au passage de l’architecture édifiée à l’architecture représentée en interrogeant la capacité des architectes à construire des filiations historiques et/ou géographiques, notamment à partir de l’observation de l’existant. Dans un deuxième temps, nous analyserons les relations entre architecture édifiée et architecture publiée en considérant, comme Beatriz Colomina, que le média imprimé permet un «nouveau contexte de production, existant en parallèle au terrain de construction » (COLOMINA B., 1988). Enfin, en étudiant le passage de l’architecture publiée à l’architecture racontée, nous interrogerons le rôle des espaces de publication dans les processus de mise en récit de l’architecture.

Afin de conduire cette étude, nous nous appuyons sur la production de l’architecte Albert Laprade (1883-1978). Acteur sur la scène architecturale moderne, il va participer également à la reconnaissance de l’architecture traditionnelle. La diversité de sa production nous permet de constituer un corpus édifié, dessiné et écrit qui s’élabore à partir de la forme publiée de son travail :

  • articles parus sur sa production bâtie (publiés par d’autres architectes),
  • articles écrits par Albert Laprade (presse professionnelle ou non),
  • ouvrages de l’architecte tels que les Albums de croquis.

Mots clés en français: relevé d’architecture ; architecture vernaculaire ; médium/média ; imaginaire ; publication architecturale ; Albert Laprade

>>> affiche

Soutenance / Charline Sowa

La thèse de Charline Sowa, intitulée:

Penser la ville en décroissance : pour une autre fabrique urbaine au XXIe siècle.
Regard croisé à partir de six démarches de projet en France, en Allemagne et aux Etats-Unis.

sera soutenue publiquement le mardi 17 janvier 2017 à 14h, dans l’amphi Haut de l’ENSAG.
Elle a été préparée au sein du Laboratoire de recherche Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire, école nationale supérieure d’architecture de Grenoble, dans l’école doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du territoire.

Devant le jury composé de :
Vincent BÉAL, Maître de conférences, Université de Strasbourg, examinateur
Denis BOCQUET, Professeur, HDR, ENSA de Strasbourg, rapporteur
Emmanuèle CUNNINGHAM-SABOT, Professeure, HDR, École Normale Supérieure (Paris-Ulm), rapportrice
Florian HERTWECK, Professeur, Université du Luxembourg, examinateur
Catherine MAUMI, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, directrice de la thèse
Christelle MOREL JOURNEL, Maître de conférences, Université de Saint-Étienne, examinatrice
Brent D. RYAN, Professeur, Massachusetts Institute of Technology, examinateur

Résumé:
Continuer la lecture de Soutenance / Charline Sowa

Soutenance / Armelle Le Mouëllic

Affiche_ArmelleLM2

La thèse d’Armelle Le Mouëllic, intitulée:

Une autre manière d’être architecte :
perspectives historiques et réflexions contemporaines sur une pratique de machizukuri au sein du laboratoire de Satoh Shigeru à l’université de Waseda

sera soutenue publiquement le jeudi 17 décembre à 14h, dans l’amphi Simounet de l’ENSAG.
Elle a été préparée au sein du Laboratoire de recherche Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire, école nationale supérieure d’architecture de Grenoble, dans l’école doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du territoire.

Devant le jury composé de :
– M. Philippe Bonnin, Directeur de recherche CNRS, pré-rapporteur
– M. Jean-Louis Violeau, Professeur, HDR, ENSA de Paris Malaquais, pré-rapporteur
– M. Marc Bourdier, Professeur, ENSA de Paris la Villette, examinateur
– Mme Carola Hein, Professeur et chair du département d’histoire de l’architecture à TU Delft, examinatrice
– Mme Judith Le Maire, Chargée de cours, Faculté d’architecture La Cambre-Horta, Université Libre de Bruxelles, examinatrice
– Mme Catherine Maumi, Professeur, ENSA de Grenoble, directrice de thèse

Résumé:
Ce détour par la pratique du machizukuri au sein du laboratoire du professeur Satoh Shigeru à l’université de Waseda apporte un autre regard sur les compétences de l’architecte. Le machizukuri s’inscrit dans le contexte particulier de la ville japonaise : sa morphologie, sa structure sociale et ses politiques urbaines. Le travail de « traduction » se poursuit par une histoire architecturale du machizukuri qui renseigne la formation d’outils et de pratiques spécifiques au sein du département d’architecture de l’université de Waseda. La thèse analyse la mobilisation de ces compétences au sein des exercices de préparation à la reconstruction dans l’arrondissement de Shinjuku conduits par le laboratoire de Satoh Shigeru et la manière dont l’architecte se positionne au sein d’un réseau d’acteurs.

Soutenance / Olfa Nouri Bohli

Cite-cultureLa thèse d’Olfa Nouri Bohli, intitulée:
La fabrication de l’architecture en Tunisie indépendante : une rhétorique par la référence
sera soutenue publiquement le lundi 7 septembre à 14h, dans l’amphi haut de l’ENSAG.
Elle a été préparée au sein du Laboratoire de recherche Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire, école nationale supérieure d’architecture de Grenoble, dans l’école doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du territoire.

Devant le jury composé de :
Mme Catherine MAUMI, Professeur, ENSA Grenoble (Directrice de thèse)
Jean-Lucien BONILLO, Professeur, ENSA de Marseille, Rapporteur
– Virginie PICON-LEFEBVRE, Professeur, ENSA de Paris-Belleville, Rapportrice
Leïla  AMMAR, Maître de conférences, HDR, École nationale d’architecture et d’urbanisme de Tunis, Examinatrice
– Hélène JANNIERE, Professeure, Université de Rennes 2, Examinatrice
– Emmanuel MATTEUDI, Professeur, Université d’Aix-Marseille, Examinateur

 

Résumé :
Cette recherche soulève la problématique de l’évolution des références de la production architecturale savante en Tunisie indépendante entre 1956 et 2011. Il s’agit d’explorer comment, dans le cadre de la construction de l’État indépendant, une architecture est fabriquée, et dans quelles mesures elle traduit la stratégie culturelle officielle pour en devenir l’image même.
Le paysage urbain de la ville de Tunis, capitale et lieu des principaux projets initiés par l’État, est ainsi exploré dans une perspective historique interrogeant l’architecture édifiée dans le processus commande-conception-communication. La visée est de comprendre les conditions d’émergence du paysage actuel caractérisé par une forte hétérogénéité référentielle. Une lecture croisée des outils de communication de cette architecture permet, entre autres, de mettre en lumière l’apparition d’une pluralité de discours autour de cette production, lesquels participent à façonner différents imaginaires dépeignant des tunisianités architecturales contemporaines.

Mots clés: Tunisie indépendante, Tunis, fabrication architecturale, hétérogénéité, référents, discours, imaginaires, stratégie culturelle, patrimonialisation.
Title:The making of architecture in independent Tunisia: a rhetoric through reference
Abstract:
The present research is about the evolution of Tunisian architecture references after independence, from 1956 to 2011. The main issue explores how an architecture was produced while building the independent State and to what extent this architecture reflects the State cultural policy.
Most of the projects initiated by the independent State are built in the country’s capital. Tunis cityscape is studied from a historical standpoint and buildings are analyzed in the triple process of architectural order, design and communication. The purpose is to understand the emergence circumstances of the current referential heterogeneity. A cross reading of architecture communication resources highlighted different discourses that shape several imaginaries so to define contemporary Tunisian specificities.

Keywords: independent Tunisia, Tunis, architectural production, heterogeneity, referents, discourse, imaginaries, cultural policy, heritage making

Soutenance / Thèse de Halimatou Mama Awal

DSC_0002La thèse de Halimatou Mama Awal
intitulée: La métropole-village(s) contemporaine de Ouagadougou Explorer les potentiels d’un territoire, supports de processus de projet architectural

sera soutenue publiquement le lundi 12 janiver à 14h, dans l’amphi haut de l’ENSAG,
préparée au sein du Laboratoire de recherche Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire, école nationale supérieure d’architecture de Grenoble, dans l’école doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du territoire.

Devant le jury composé de :
Mme Catherine MAUMI, Professeur, ENSA Grenoble (Directrice de thèse)
M. Jean ATALI, Professeur, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Malaquais, Rapporteur,
Mme Dominique ROUILLARD, Professeur, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Malaquais, Rapporteur
M. Alan MABIN, Professeur, University of Pretoria, Examinateur
M. Hubert GUILLAUD, Professeur, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Examinateur
M. Pierre-Claver HIEN, Professeur, Institut Nationale des Sciences des Sociétés (INSS), Examinateur

Résumé
La ville africaine s’étale et intègre les villages environnants en devenant métropole. Que ce soit le mouvement des ruraux vers les villes ou bien de la ville vers la campagne, ces phénomènes inquiètent les spécialistes. La pensée traditionnelle du monde qui opposait ville-campagne, ville-village, ville-brousse, n’est plus d’actualité. Les réalités du territoire sont devenues autres. Quels sont les outils qui nous permettent de lire ces nouvelles réalités? Comment opérer ce changement de «lunettes» que nous propose Bernardo Secchi pour lire et écrire la «ville contemporaine»? Pour nos recherches, nous considérons Ouagadougou comme un véritable observatoire. L’objectif est d’apprendre des lieux d’initiatives où se construisent de nouveaux modes de vie dans des dynamiques imprévues. Aujourd’hui, la capitale burkinabé est caractérisée par une double identité foncière. Une organisation foncière publique importée de la pensée coloniale dite « lotie », et une organisation foncière informelle issue de la culture villageoise dite « non-lotie ». À force de coexistence, le développement de métropole n’a t-il pas engendré d’autres phénomènes, avec des degrés et des intensités variés de planification et de spontanéité? La rencontre des deux modes opératoires ne définit pas un rapport dual, mais un intervalle. Dans ce contexte, le « village » entendu dans sa dimension sociale et communautaire devient, en milieu urbain, générateur d’espaces communs. Les structures communautaires testent les possibles et inventent la métropole au quotidien : elles rendent flexible toute forme de planification. Ainsi, nous formulons l’hypothèse que l’étude de la « Métropole-village(s)» de Ouagadougou peut amener à de nouvelles connaissances permettant la création d’outils de compréhension des territoires urbanisés contemporains.

Mots clés :
Ouagadougou,Villes d’Afrique Subsaharienne,Village,Espaces partagés,Architecture Spontanée