Archives de catégorie : Séminaire

Article / Penser les Alpes au pluriel

Suite au séminaire Penser les Alpes au pluriel organisé par le laboratoire le vendredi 22 mai 2015, Caterina Franco, Mélanie Manin et Claire Rosset ont proposé un compte-rendu de cette journée dans le n°9 Infrastrutture e infrastrutturazione delle Alpi de la revue turinoise ArchAlp.

> Pour lire l’article (en italien) :
sommaire de la revue
article (pp. 13-14)

Séminaire / Ville, Territoire, Paysage. Vers un réseau de pratiques de savoir dans les ENSA(P)

Les 26 et 27 mars 2015, s’est tenu aux Grands Ateliers le séminaire Ville, Territoire, Paysage Vers un réseau de pratiques et de savoirs dans les ENSA(P) sur les enseignements des champs « Ville et territoires » et « Ville, territoires et paysage ».

Dans le cadre de cet événement, plusieurs membres du laboratoire y ont participé :

  • Sophie Paviol et Julie Martin :
    Grands territoires : espaces de temps
  • Aysegül Cankat
    Du tout à l’ensemble : une pensée en systèmes pour le projet (urbain)
> Pour plus d’informations: le programme.

Séminaire / Patrimoine et mémoire : approches interdisciplinaires autour d’enjeux scientifi ques et opérationnels

Capture d’écran 2015-02-20 à 11.36.07
Cette année, le séminaire interdisciplinaire Patrimoine et mémoire : approches interdisciplinaires autour d’enjeux scientifiques et opérationnels de l’Ecole Doctorale 454 SHPT (Université  Grenoble Alpes), organisé par Anne-Marie Granet-Abisset (UMR 5190 LARHRA), aura pour sujet:

aménager, réaménager et construire
les enjeux architecturaux et sociétaux des politiques patrimoniales

Dans le cadre de ce séminaire, Françoise Very est invitée pour parler de son travail et fera une intervention sur :
« Un point de vue architectural: la planète comme patrimoine »

le programme

Séminaire / La représentation en mouvement pour penser l’espace

AFF DOUBLE

Organisation: Anne Faure
Laboratoire MHAevt
Lieu: ENSAG

Si l’espace contemporain repose sur un ensemble d’éléments concrets, il dépend aussi de données plus difficilement saisissables, qui ont à voir avec un nouvel espace-temps. En effet, parallèlement au monde mesurable, qui existe sous la forme de flux variés – du piéton à la  machine -, il y a un monde abstrait qui s’est construit autour des systèmes de communications, modifiant totalement les rapports d’échelles entre édifice, ville et territoire, ainsi que la lecture et la conception de l’architecture et de la ville.

 Dans ce contexte, la pensée architecturale, qu’elle serve l’analyse ou le projet, ne peut être figée ou linéaire, et par là, ne peut ignorer l’action complexe dans laquelle elle s’inscrit.

En nous appuyant sur des éléments théoriques et sur des expériences pratiques, nous chercherons à savoir, qu’elles sont les possibilités et les limites de la représentation en mouvement pour penser l’espace.