Archives de catégorie : Rencontre

Rencontres / FORUM ALPINUM 2018

Les 4-5 et 6 juin s’est tenu le  « Forum Alpinum », organisé par ISCAR et Convention Alpine, en Autriche.

Lundi 4 juin, Caterina Franco  a présenté son travail intitulé « The construction of a landscape for tourism. The role of water in the creation of high altitude ski resorts in the French-Italian Alps (1950-1980) ».

Résumé :

The proposed contribution is part of a research activity for a PhD Thesis in Architecture, still under preparation. It deals with the role that water had in the construction of high altitude ski resorts in the
French-Italian Alps, after the second World War. Indeed, when new tourist centers were designed and built on a virgin soil, new strategies had to be found and new infrastructure had to be built to provide water for the service of the new settlement, located sometimes higher than the sources or far from them, and generally in areas that were before uninhabited. We thus question water as an element that played a role in the construction of new tourist centers, exploring two hypotheses. On one side, the hydrographic asset of the site influenced the planning of new infrastructure; on the other side, the design and construction of the new settlements turned out to be a process of modification of a landscape, in its natural and anthropic components.
We focus on the case study of Chamrousse, in the French Alps and on the case study of Pila, in the Italian Alps. Through an archival research and using cartography and drawing as tools, we will retrace the trajectory of the construction and modification of water infrastructure, from the creation of the new settlements till the late years, when the need of water augmented due to the necessity of fabrication of artificial snow. Finally, the comprehension of the historical process is seen as a fundamental step to understand the actual asset of a territory, and to point out potentialities and vulnerabilities of it.

> Pour plus d’informations sur ces journées : Le programme

Rencontres / 3ème UNIVERSITÉ INTERNATIONALE D’HIVER DU LabEx ITEM

Du 4 au 7 avril, s’est tenue  « L’Université Internationale d’hiver organisée par le LabEx ITEM (Grenoble) et le LabiSAlp (Mendrisio)», à Monte Carasso, en Suisse

Caterina Franco  a présenté son travail intitulé « Trajectoires de transformation des sites touristiques de haute altitude. Une relecture du processus de conception et construction des stations de sports d’hiver, dans les Alpes franco-italiennes »

 

Résumé :

Objet de la présente contribution sont les stations de sports d’hiver de haute altitude, construites après la Seconde Guerre mondiale dans les Alpes franco-italiennes.
Si dans les Alpes françaises, la construction ex-nihlo de centres touristiques a représenté le modèle d’aménagement privilégié par le Gouvernement, dans les Alpes italiennes occidentales, elles restent une exception, et toujours résultat d’initiatives privées.
Ces deux contextes, différents pour l’histoire et pour la situation géographique, partagent aujourd’hui des problèmes similaires, qui regardent le futur d’un modèle touristique basé sur une fréquentation massive, de longs séjours et une offre concentrée autour de la pratique du ski. En effet, l’aléa climatique, le changement dans les modes et les temps de la fréquentation touristique, le vieillissement des structures et infrastructures, sont seulement une partie des enjeux avec lesquels ces lieux se confrontent aujourd’hui.
Pour cela, les acteurs impliqués s’interrogent sur les stratégies à mettre en place sur le long terme : quelle gouvernance ? Quelles ressources mobiliser pour imaginer des vocations nouvelles ou des offres touristiques complémentaires aux activités de neige ? Comment valoriser le patrimoine bâti ?
Plusieurs chercheurs suggèrent de penser la station en continuité avec le territoire où elle se situe, ce dernier compris dans sa nature économique, géographique ou administrative.
La recherche, qui fait partie d’une thèse en architecture en cours de rédaction, souhaite contribuer à la réflexion autour de ces questionnements, en proposant une lecture de l’histoire de la création des stations de haute altitude, selon deux hypothèses.
En premier lieu, on propose de relire le processus de conception et construction des stations de ski comme une action de transformation du territoire, en ses composantes géomorphologiques, environnementales, ainsi qu’architecturales ; deuxièmement, on propose de considérer l’histoire des stations de ski comme une étape dans les trajectoires de transformation de longue durée du territoire.
Nous voulons donc remettre en discussion la notion de « site vierge » comme qualification du lieu où les stations d’altitude ont été réalisées, selon ses coordonnées spatiales et temporelles : d’un côté, on intègre dans l’histoire des éléments du site qui ont participé au processus de réalisation du projet et de construction (le sol, l’eau, la forêt, la topographie) ; de l’autre, on examine les influences que les usages du sol précédents à la station ont eues sur la structuration du nouvel établissement, principalement en ce qui concerne infrastructure et implantation du bâti. 2
À travers des cas d’études (Pila et Sansicario, en Italie ; Chamrousse et La Plagne en France), on analyse le processus de conception de la station et transformation des sites. On mobilise un corpus principalement constitué par documents de différents fonds d’archives (archives municipales, des architectes ou du SEATM, pour le cas français).
L’analyse cartographique le redessin, les « frises chronosystémiques » sont les outils privilégiés pour superposer les informations, confronter les projets réalisés ou non réalisés sur le même site, reconstruire les palimpsestes territoriaux.
Outre que contribuer à la compréhension du processus de construction des stations de sports d’hiver, la recherche se pose comme objectif, à travers et grâce à l’étude historique, de révéler les criticités et potentialités d’un environnement bâti, pour aider une réflexion sur le futur de ces sites.
Dans une première présentation, à l’occasion de l’Université d’hiver du LabEx ITEM en 2016, nous avions exposé le travail de construction d’une problématique autour du sujet et une première définition des hypothèses.
En cette occasion, il s’agira de montrer comment, à partir des hypothèses et en s’appuyant sur des cas d’étude, une méthode a été constituée, et des outils d’analyse ont été construits.

> Pour plus d’informations sur ces journées : Le programme

Rencontres /3e Rencontres de l’association d’histoire de l’architecture

Les 4ème Rencontres de l’association d’histoire de l’architecture , sur le thème  « Architectures vues en coupe », se tiendront à ENSA de Paris-Belleville et l’INHA, Paris, les 23-24 mars 2018.
Mélina Ramondenc, interviendra dans la session animé par Stéphanie Bouysse-Mesnage : « Docathlon » et présentera son travail: 

« Architectures-fictions : 1960-1974, le projet d’architecture comme outil de réappropriation du réel »

Lien vers le : Programme

Rencontre / REAF 2016 : Afriques cosmopolitiques

Bandeau_reaf_Complet

Les 4ème Rencontres des études Africaines en France, sur le thème  « Afriques cosmopolitiques« , se tiendront à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris, du 5 au 7 Juillet 2016.
Halimatou Mama Awal, interviendra dans la session animé par Armelle Choplin er Elisabeth Peyroux :  » Villes et « modèles » urbains en Afrique : circulation internationale, ancrage, innovation » et présentera son travail : 

« Modernité(s) et architecture en Afrique Subsaharienne »

Résumé : 

La modernité, concept en mouvement et évolutif, reste floue tant dans l’esprit des populations que des architectes en Afrique subsaharienne. L’observation de la production architecturale, nécessaire pour comprendre l’édification des villes et des territoires contemporains, nous a conduit à formuler l’hypothèse de deux modernités en Afrique subsaharienne : « modernité suggérée » et « modernité manifestée ».

Dès le milieu du XIXe siècle, les échanges entre l’Afrique et l’Europe s’intensifient. Moment très important où l’on accède à de nouvelles visions du monde. Le « monde sauvage » ramené des colonies coexiste avec le « monde technique moderne » rendu possible par l’ère industrielle. La « modernité suggérée » définie donc l’introduction de la modernité européenne du XXe siècle en Afrique subsaharienne. Une nouvelle vision du monde qui sera expériment­ée par des architectes. Ainsi, G. Olivier et J. G. Lambert, architectes français, proposeront à l’exposition coloniale de Paris en 1931, le pavillon de l’Afrique Occidentale Française (AOF), une architecture mixant pensée technique occidentale et cultures locales africaines. Ernst May, architecte allemand, expérimentera en Afrique les principes de l’urbanisme moderne avec le plan de Kampala (Ouganda). Cette période illustre selon Udo Kulterman, la naissance d’une « Architecture nouvelle en Afrique», une production inventée grâce au contexte de l’Afrique.

La « modernité manifestée », est celle qui porte le message des mouvements indépendantistes, illustrant la légitimité et l’émancipation des nouvelles nations. La production de cette modernité sera un instrument de médiatisation, une image de la modernisation des nations africaines. Outre la définition d’une nouvelle chronologie, cette deuxième phase de modernité, est un « choix », et incarne un « positionnement ». Ces tendances se manifesteront par des coopérations multiples pour différentes raisons : des raisons économiques avec des organismes internationaux, des besoins d’expertise internationale car inexistante sur place, ou bien d’idéologie définissant un positionnement politique. La « modernité manifestée » représente aussi l’émergence des recherches expérimentales sur les thèmes de « l’architecture tropicale » ou la notion de « communauté ». Les architectes anglais Jane Drew et Maxwell Fry fonderont la première école d’architecture tropicale et le français Jean Prouvé développera le prototype de la maison tropicale.

La reconnaissance des modernité(s) permette de percevoir l’histoire du territoire comme fondateur d’un univers conceptuel particulier. Ainsi, des expériences pourront être réactivées pour alimenter les recherches sur l’architecture bioclimatique ou sur les outils de processus de participation, pour faire du projet « avec la communauté » afin qu’il soit adéquat aux besoins de la communauté.