Archives de catégorie : Mélanie Manin

Séminaire /Architectures en béton dans les Alpes. Réinterroger le béton à partir du local

Le séminaire “Architecture, Patrimoine et Création”, s’est tenu à l’ENSA de Grenoble, le 23 novembre 2017.
Mélanie Manin, est intervenue  et son intervention était intitulée :

Pensée et usages du béton dans l’architecture d’Henry Jacques Le Même à Megève

Résumé :

En 1926, l’architecte H. J. Le Même « invente » le chalet du skieur.  Ce nouvel habitat, destiné aux villégiateurs de la station de sports d’hiver naissante de Megève, est moderne, raffinée et doté de grandes ouvertures sur le paysage de montagne. La mise en œuvre du béton armé est pour l’architecte le moyen de créer les dispositifs visuels qui permettent de faire entrer le paysage dans l’habitation. Utilisé avec parcimonie, le béton armé permet d’édifier les linteaux de grande dimension et les baies en angle. Les qualités esthétiques du béton sont peu mises en exergue contrairement à la maison-atelier de l’architecte (1928) et à l’hôtel Albert Ier (1930), implantés au centre de Megève.

Publication / Le plateau d’Assy, première station sanatoriale de haute altitude en France. Le plateau d’Assy, Passy, architectures d’une station.

couv passy

En novembre 2015 est parue la publication Le plateau d’Assy, première station sanatoriale de haute altitude en France. Le plateau d’Assy, Passy, architectures d’une station, écrite par Mélanie Manin, docteur en architecture, pour le Caue de Haute-Savoie.
Résumé:
Le plateau d’Assy, situé sur les hauteurs de Passy en Haute-Savoie, est jusqu’au début du XXe siècle un lieu de pâturage. Mais tout change dans l’entre-deux-guerres. Les travaux du sanatorium Praz-Coutant démarrent en 1924 et marquent le début de la construction de la première station climatique de haute altitude de France. Quatorze sanatoriums, de nombreux hôtels, établissements de cure et de postcure sont édifiés en à peine plus de 20 ans. Le plateau d’Assy est le théâtre d’une incroyable épopée constructive en haute altitude qui conduit à l’édification en masse d’architectures sanatoriales de qualité exceptionnelle.

Article / Penser les Alpes au pluriel

Suite au séminaire Penser les Alpes au pluriel organisé par le laboratoire le vendredi 22 mai 2015, Caterina Franco, Mélanie Manin et Claire Rosset ont proposé un compte-rendu de cette journée dans le n°9 Infrastrutture e infrastrutturazione delle Alpi de la revue turinoise ArchAlp.

> Pour lire l’article (en italien) :
sommaire de la revue
article (pp. 13-14)

Journée d’étude / Penser les Alpes au pluriel

Présentation / Argumentaire / Programme / Publications

Journée d’étude
Penser les Alpes au pluriel
vendredi 22 mai 2015
ENSAG – Amphi Haut

Le laboratoire les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire organise une journée d’étude Penser les Alpes au pluriel le vendredi 22 mai 2015.
L’objectif de cette rencontre est d’échanger sur les différentes réalités de la recherche sur le territoire alpin, du point de vue de ses matériaux, de ses objets d’étude comme du point de vue des méthodes et outils manipulés.

Après une présentation introductive de Bruno Reichlin, professeur émérite de l’Accademia di Architettura di Mendrisio, nous accueillerons des chercheurs et doctorants du LabiSAlp de l’Accademia di Architettura di Mendrisio (Suisse), de l’IAM du Politecnico di Torino (Italie) et du LaBEX ITEM de l’Université de Grenoble-Alpes (France) qui nous présenteront l’état de leur recherche.
La journée se clôturera par une table ronde sur les enjeux et innovations pour le territoire alpin au XXIe siècle.

La journée est ouverte à tous !


Accéder au programme: en ligne / en pdf

Argumentaire de la journée


Informations pratiques

Journée d’étude « Penser les Alpes au pluriel »

Organisateur : Laboratoire MHAevt, ENSA Grenoble

Coordination : Caterina Franco, Mélanie Manin, Claire Rosset

Lieu : ENSA Grenoble, 60 avenue de Constantine, 38036 Grenoble // Amphithéâtre Haut

Date : vendredi 22 mai 2015-05-11

Entrée libre,
inscriptions : rosset.claire@gmail.com


Plus d’informations sur nos invités

Laboratorio di Storia delle Alpi (LabiSAlp)
http://www.labisalp.arc.usi.ch/it

Istituto di Architettura Montana (IAM)
www.polito.it/iam

LaBEX ITEM
www.labexitem.fr

CAUE de Haute-Savoie
www.caue74.fr
Association Européenne des élus de Montagne
www.promonte-aem.net

Soutenance / Thèse de Mélanie Manin

03 structures spatiale-porteuse

La thèse de Mélanie Manin

intitulée: Du type au prototype. Outils et processus de conception du projet architectural élaborés par Henry Jacques Le Même (1897-1997)

sera soutenue publiquement le jeudi 30 octobre à 14h, dans l’amphi haut de l’ENSAG,

préparée au sein du Laboratoire de recherche Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire, école nationale supérieure d’architecture de Grenoble, dans l’école doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du territoire.

Devant le jury composé de :
Mme Catherine MAUMI , Professeur, ENSA Grenoble (Directrice de thèse)
M. Simon TEXIER, Professeur, Université de Picardie Jules-Verne (Rapporteur)
M. Richard KLEIN, Professeur, ENSA Lille (Rapporteur)
Mme Françoise VERY, Professeur honoraire (Examinateur)
M. Arnaud DUTHEIL, Directeur du CAUE de Haute-Savoie (Examinateur)
M. Bruno REICHLIN, Professeur émérite (Examinateur)

Résumé

La thèse interroge les processus de conception développés par l’architecte français Henry Jacques Le Même (1897-1997). Nous nous donnons à comprendre le savoir-faire qu’il a mis en œuvre par la pratique du projet afin de répondre à des commandes variées tant au niveau de leurs programmes que de leurs échelles de conception, et ceci dans des contextes historiques multiples. L’objectif est de déconstruire intellectuellement une partie de son œuvre par l’analyse architecturale et en inscrivant les projets étudiés dans leurs contextes de production afin de saisir les outils et méthodes de conception du projet qui lui sont spécifiques. Afin de mener des analyses précises, nous convoquons un corpus constitué d’un nombre de projets restreints et qui ont été conçus à des moments d’articulations dans la carrière de Henry Jacques Le Même ou à des époques historiques charnières, révélatrices des transformations du métier de l’architecte. Une première partie de la recherche vise à comprendre en quoi la déclinaison du type architectural du chalet du skieur, qu’il invente à la fin des années 1920 et sur lequel il travaille pendant près de 60 ans, permet à Henry Jacques Le Même de se constituer des outils de projet pour rendre sa pratique efficiente et répondre de manière ajustée à ses commandes. L’analyse architecturale d’un échantillon de projets de 19 chalets du skieur a pour objectif de repérer les principes du type architectural et les raisons de leurs évolutions. Pour comprendre comment la préfabrication, l’industrialisation de la construction ainsi que la transformation du statut de la commande influent sur la pratique architecturale de Henry Jacques Le Même, nous analysons les premiers projets où il doit intégrer ces nouvelles modalités dans l’exercice de conception. À partir de l’étude d’une demi-douzaine de projets expérimentaux que l’architecte conçoit dans les années 1940-1950, notre objectif est de saisir la démarche qu’il développe pour penser l’idée de prototype, la transformation des processus de construction, et l’architecture destinée au grand nombre. L’analyse des processus de conception des projets étudiés permet de révéler une recherche conduite par Henry Jacques Le Même sur la pratique de projet en vue de réduire la complexité au moment de la projection de l’espace. Elle s’établit à partir d’un renouvellement de ses outils intellectuels issus de sa culture architecturale et se traduit par un travail sur la composition, la définition d’un parti architectural ou sur la conception modulaire. D’autre part, l’architecte développe une méthodologie qui consiste à produire des ensembles sériels graphiques qui lui permettent de noter ses idées et intentions afin de progresser dans la pensée du projet. Pour mener à bien notre recherche, nous nous appuyons essentiellement sur l’étude de documents provenant du fonds d’archives de Henry Jacques Le Même, conservé aux Archives Départementales de la Haute-Savoie. Ces sources premières témoignent de la pensée en acte de l’architecte au moment de l’élaboration de ses projets et nous ont permis d’élaborer le contenu de notre recherche par une analyse croisée de la documentation écrite et graphique. Parallèlement nous avons entrepris un travail de re-dessin de plans originaux associé à des analyses graphiques. Cette méthode de recherche qui utilise les outils de l’architecte a permis d’opérer un procédé de déconstruction-reconstruction des projets analysés pour rendre lisibles et intelligibles leurs organisations et spécificités spatiales. La compréhension des architectures analysées a été précisée par un travail de documentation historique et théorique. La thèse a été menée au sein du laboratoire les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires, ENSA Grenoble, et dans le cadre d’une convention CIFRE avec le CAUE de Haute-Savoie.

Mots clés : 

Processus de conception architecturale, type architectural, prototype, XXe siècle, outils et méthodes de projet, analyse architecturale