Archives de catégorie : Journée d’étude

Journée d’études doctorales / La norme et son contraire

Lors de la Journée d’études doctorales « La norme et son contraire », organisée le 14 février 2020 par Carmen Popescu (ENSA Bretagne), dans le cadre du séminaire doctoral proposé par Anne-Marie Châtelet (ENSA Strasbourg), Hélène Jannière (Université Rennes 2), et Jean-Baptiste Minnaert (Sorbonne Université), Manon Scotto a proposé une intervention ayant pour titre :

 » De la trame normative à la trame prospective. Le cas de l’industrialisation de l’habitat individuel en France (1960-1980) »

Résumé de la communication

Le processus d’industrialisation du bâti dominant le XXe siècle a amené les architectes à aborder la conception sous l’angle de la rationalisation des espaces et des modes de mise en œuvre. Dans un tel moment de mutation de la pratique architecturale, alors mise en concurrence avec celle des ingénieurs, constructeurs et industriels, les trames incarnent pour les architectes une sorte de sésame vers une homologation ministérielle des systèmes constructifs et modulaires qu’ils imaginent, et donc une norme par laquelle il faut passer pour accéder à la commande.

Souvent considérées comme une contrainte imposée par les pouvoirs politiques, il est intéressant de remarquer comment certains praticiens semblent s’être emparés des trames comme une source particulièrement fertile de création.
Lors de la convention nationale de la société Maison Phénix de 1979, l’architecte Pierre Lajus (1930-/) revient ainsi sur le rapport qui relie l’architecte à la question de la norme :

« Tous les architectes sont convaincus que la norme les empêche de vivre et de faire de l’architecture. Je ne suis pas du tout de cet avis. Je pense que les normes qui empêchent de faire de l’architecture sont celles que l’on a intériorisées. Celles de l’Administration sont extérieures, on peut se battre avec elles ».

En poussant plus loin ce raisonnement, il s’agit d’analyser comment des architectes ont choisi de se battre « au moyen » de ces normes, tentant de mettre les potentialités de l’industrie à leur service, ainsi qu’à celui des usagers, et non l’inverse.
Par leur caractère complexe et systémique, nous posons ainsi l’hypothèse selon laquelle les trames, au-delà d’être une norme inhérente à une industrialisation du bâti, représentent, pour l’architecte qui le décide, un incroyable outil de création lisible par l’ensemble des acteurs de la construction (professionnels, politiques, usagers), et sans cesse réactualisé de manière à suivre les mutations de la société, qu’elles soient techniques, intellectuelles ou sociales.

Programme complet

Workshop Robotique Créative

La généralisation des technologies numériques et les récents développements logiciels facilitent la réalisation de modélisation et de simulation des dispositifs architecturaux. Parallèlement les techniques de fabrication robotisée se démocratisent. Ces évolutions participent à la constitution d’un continuum intégrant le moment de la conception et les activités de construction. Un système technique intégré, allant de la conception à la fabrication, du fichier à l’atelier, se renforce et s’adosse à un renouvellement des savoir-faire et des méthodes de construction.

Nous proposons dans cet atelier de revisiter les techniques de construction stéréotomique issues des sciences de la taille et de la coupe des matériaux de construction, pour envisager des méthodes renouvelées de conception, de description et de réalisation. Nous inscrivons ces travaux dans une perspective de personnalisation de masse. Dans ce contexte la singularité de chaque bloc ouvre la voie à la réalisation de morphologies singulières tout en assurant une économie de la production à travers l’automatisation de la fabrication.
En partant des traités de stéréotomie et de l’art de la coupe de la pierre, nous regarderons quelles techniques numériques permettent la géométrisation de l’ouvrage, la simulation de son comportement structurel et la réalisation de la coupe des blocs à l’aide d’un bras robotisé.


Dates :
• Du 21 au 25 octobre 2019
• Date limite d’inscription : 14 octobre

Publics :
• Étudiants des Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture
• Étudiants de l’UGA (toutes disciplines)
• Professionnels : architecte, ingénieur, designer, artiste

Inscription :
• Depuis le site Disrupt Campus : http://bit.ly/30LJJ5h

Lieu :
• Les Grands Ateliers, Boulevard de Villefontaine, 38092 Villefontaine.
http://www.lesgrandsateliers.org

Déroulement :
• Jour 1 : Apports pratiques et théoriques : prise de connaissance des
logiciels (modélisation paramétrique, simulation et programmation du robot)
• Jour 2 : Mise au point d’un dispositif stéréotomique
• Jour 3 : Présentations des enjeux de la robotisation dans le contexte
de l’industrie 4.0
• Jour 4 et 5 : Réalisation et construction du dispositif à l’échelle 1

Télécharger la plaquette de présentation

5e Journée d’étude bernardo Secchi / Existenzminimum: les 90 ans du 2e CIAM

A l’occasion de la cinquième journée d’étude Bernardo Secchi « Ville moderne et ville contemporaine face à la transition. Existenzminimum: les 90 ans du 2e CIAM », organisée le 24 septembre 2019 à l’EPF Lausanne par la Fondation Braillard Architectes, dans le cadre de son Programme de culture et recherche The Eco-Century Projet®, the Habitat Research Center de l’École polytechnique fédérale de Lausanne et le Centre Albert Hirschman sur la démocratie de l’Institut de hautes études internationales et du développement de Genève, Elise Simon proposera une intervention intitulée :

 « Régimes fonciers et conditions d’habitabilité. Le cas de l’Oderbruch, Allemagne »

Résumé de l’intervention :

Interroger les conditions d’Existenzminimum et d’Existenzoptimum invite à réfléchir aux relations que nous entretenons avec le sol, la ville contemporaine étant « en priorité un projet foncier capable de construire un horizon de sens pour une ville inévitablement dispersée, fragmentaire et hétérogène » (Secchi, 2006).
S’appuyant sur l’histoire du territoire de l’Oderbruch sud, le propos s’articule autour d’un double-enjeu :
–  Analyser les corrélations entre conditions foncières et conditions d’habiter à partir d’une lecture historique, holistique et systémique du territoire : une « écologie foncière » des interactions entre types de propriété foncière, d’usage des sols et d’habitat. Issue des champs de l’histoire environnementale et de l’écologie humaine, cette démarche recourt à une grille de lecture multidimensionnelle pour cartographier ces interactions : dans la dia- et la synchronie, en plan et en coupe, de la parcelle à la biosphère.
–  Replacer au cœur du débat sur les conditions d’Existenzminimum et -optimum la pensée, par les architectes, des rapports entre propriété foncière et paysage habité, depuis les textes fondateurs des CIAM jusqu’aux théories actuelles.
Cette communication vise ainsi à souligner l’enjeu politique que représente l’équité foncière, en tension entre les intérêts individuels et collectifs, dans la quête d’une meilleure habitabilité des territoires.

Le programme de la journée

Art/Architecture : Transferts et productions aux XXe et XXIe siècles

Depuis le début du XXe siècle, nous observons des échanges réguliers entre les arts-visuels et l’architecture. Sous la forme de collaborations diverses, les deux disciplines se nourrissent réciproquement. L’intérêt de certains architectes pour la peinture, la sculpture, ou encore les installations, permet de transcender la forme, la matérialité et l’atmosphère des lieux. Cependant, les résultats de ce dialogue sont mitigés. En effet, la place donnée aux arts visuels dans l’architecture reste souvent accessoire. Inclus tardivement dans le projet, l’art pallie des manques et trouve difficilement sa place.

À partir de cet état de fait et en présence d’historiens de l’art et de l’architecture mais aussi d’artistes et d’architectes contemporains, nous chercherons à comprendre comment se réalise le transfert des savoirs et quels sont les processus créatifs mis en œuvre aujourd’hui. En effet, comment l’architecture s’inspire-t-elle de l’art, et réciproquement, comment l’art s’inspire-t-il de l’architecture ?


Les interventions et échanges de cette journée ont été filmés. N’hésitez pas à les visionner, ils sont en ligne sur le site de l’ENSAG.


Pour en savoir plus : l’affiche et le programme

Organisation :
Laboratoire des Métiers de l’Histoire de l’Architecture de l’ENSA Grenoble :
Anne Faure,
enseignante-chercheure, MHAevt, faure.a@grenoble.archi.fr ;
Melina Ramondenc,
doctorante, MHAevt, ramondenc.m@grenoble.archi.fr

 

Journée d’étude / De l’ouverture du process projectuel #4

La quatrième et dernière journée d’étude du cycle De l’ouverture du process projectuel intitulée « Les enjeux de l’institutionnalisation» aura lieu le mardi 9 avril 2019 à l’ENSAG.

Trois journées d’étude portant sur l’ouverture des process projectuel se sont déroulées durant les deux dernières années à l’ENSA de Grenoble. Une première journée s’est intéressée à la prise en considération de ces démarches dans le milieu de la recherche. Une deuxième journée a révélé différentes manières d’intégrer de telles modalités à la pédagogie. Une troisième journée s’est penchée sur les pratiques d’architectes mettant en application des approches de travail plus ouvertes et collaboratives.

Cette quatrième journée s’intéressera donc à l’institutionnalisation de ces processus : approches collaboratives, ascendantes, solidaires, démocratiques, participatives, etc. Entre conviction et instrumentalisation, ces approches sont aujourd’hui revendiquées et mises en application tant par des personnes, des regroupements, des collectifs, des associations, des institutions, que des politiques. Les ambitions et les démarches diffèrent : effet levier, accélérateur, projection d’un changement social, résistance aux marchés, aux modèles dominants.

Dans le cadre de cette journée d’étude, nous nous intéresserons aux enjeux de ces démarches, à leur mise en place et organisation ainsi qu’à leur concrétisation. Quelles sont ces démarches, quelles formes prennent-elles et qu’est-ce qui les différencient ? Qu’est ce qui les motivent et à quels fins ? À quels moments émergent-elles, par qui, dans quels objectifs et comment les penser ? Quels enjeux et thématiques soulèvent-elles ? Quels impacts sur les projets, notamment sur l’architecture ? Qu’en est-il de l’accessibilité à de tels processus ?

La journée est ouverte à tous !
Entrée libre


Pour en savoir plus :

site internet du cycle De l’ouverture du process projectuel

affiche


Informations pratiques
Organisateur : Laboratoire MHAevt, ENSA Grenoble
Coordination : Stéphanie Dadour

Lieu : ENSA Grenoble, 60 avenue de Constantine, 38036 Grenoble // Amphithéâtre Haut

Date : mardi 9 avril 2019

Contact :
Stéphanie Dadour : stephanie.dadour@grenoble.archi.fr