Archives de catégorie : Colloque

Colloque international / Architecture évolutive/réversible, formes et dispositifs

Dans le cadre du colloque international « Architecture évolutive / réversible, formes et dispositifs », organisé par l’ENSA Bretagne (Rennes), les 6 et 7 février 2020, Manon Scotto a proposé, en collaboration avec Christelle Floret (univ. Bordeaux-Montaigne) une communication intitulée :

« La conception de maisons évolutives selon Pierre Lajus (1930-/) : de la découverte notionnelle à sa mise en pratique entre 1958 et 1995 »

Résumé de l’intervention :

Dès le milieu des années 1970, l’architecte Pierre Lajus, visant une production de maisons économiques et qualitatives, intègre dans ses projets une possible évolutivité des espaces, composante qui se révèle être déterminante dans la mise en place de ses processus conceptuels.
Soucieux de répondre aux besoins d’appropriation des usagers, et afin de proposer une spatialité capable de suivre les évolutions de la cellule familiale, Pierre Lajus trouve une réponse architecturale dans les possibilités techniques qu’offre la construction bois. L’examen de quelques-uns de ses projets de maisons illustre comment les logiques constructives de ce matériau accordent modularité et flexibilité, dans l’espace comme dans le temps, aux structures qu’il imagine. L’exemple de la maison-agence de l’architecte, construite en 1973 à Mérignac, matérialise l’assimilation de telles dynamiques grâce auxquelles cette réalisation peut s’adapter jusqu’en 2018 à de multiples transformations. L’appétence de Pierre Lajus pour des procédés lisibles et ouverts d’une part, et son renoncement à toute « prétention personnelle » d’autre part, l’amènent à penser qu’une certaine ‘impermanence’ de l’architecture est à considérer dès l’origine du projet.

Loin de prétendre à l’exhaustivité, cette analyse se propose, en rapprochant les définitions du terme proposées par quelques-unes des revues professionnelles et les discours de Pierre Lajus, de livrer une « petite histoire » de l’évolutivité appliquée à la carrière de l’architecte. L’influence de cette notion sur le processus projectuel de l’architecte est telle qu’elle oriente manifestement sa carrière professionnelle.

Programme complet

 

Colloque international / Architecture en milieu tropical. Construire le paysage, entre pratique et recherche.

Dans le cadre du colloque international « Architecture en milieu tropical. Construire le paysage, entre pratique et recherche », organisé par l’Ecole d’architecture de La Réunion, antenne de l’ENSA Montpellier, les 30 et 31 octobre 2019 prochains, Manon Scotto proposera une communication intitulée :

« Un système en interaction avec son environnement humain, climatique et paysager. L’exemple du système EXN appliqué aux Cases Tomi à La Réunion (Fabien Vienne, Maurice Tomi) »

Résumé de l’intervention

Les territoires tropicaux cristallisent nombre de problématiques environnementales et sociales, qui impactent de façon notoire la conception de l’architecture qui s’y installe. Loin de se limiter à ses frontières métropolitaines, la France voit ainsi à travers ses Départements et Territoires d’Outre-Mer, des lieux riches de potentiels exploratoires pour la fabrique de l’espace. Lorsque l’architecte Fabien Vienne (1925-2016) accepte en 1974 de répondre à l’appel du constructeur Maurice Tomi (1924-1996), installé à La Réunion et désireux de renouveler sa gamme de maisons individuelles, les Cases Tomi, il ne sait pas encore qu’il s’engage dans une expérience qui marquera sensiblement sa façon de penser l’espace bâti.

Parmi les éléments de réponse, nous avançons que la « tropicalité » du territoire réunionnais pousse l’architecte à une rationalisation intellectuelle et constructive de son architecture, associée à un profond respect des dynamiques locales. Par ailleurs, nous portons l’hypothèse selon laquelle l’ouverture du système constructif EXN permet une architecture flexible, capable d’interagir et d’évoluer avec son environnement au sens large (géographie, climat, population), constituant une réponse adaptée à la fois aux enjeux climatiques, socio-économiques et culturels réunionnais.

Programme complet

Colloque international / Decentralization and Energy. Perspectives on the Reciprocity of Energy Transitions and Decentralization

Catherine Maumi a été invitée à intervenir lors de la session d’ouverture du colloque international Decentralization and Energy. Perspectives on the Reciprocity of Energy Transitions and Decentralization, organisé par TU Delft du 23 au 25 janvier 2019.

Titre de l’intervention :

« The spatial translations of theories and policies of decentralization in the 20th Century ».

Résumé :

“The two sister arts of Agriculture and Industry were not always so estranged from one another as they are now. There was a time, and that time is not so far back, when both were thoroughly combined”, explained P. Kropotkin in Fields, factories and workshops. “But then came the water-motors, steam, the development of machinery, and they broke the link which formerly connected the farm with the workshop.” According to Kropotkin, such a development was at the origin of the misery he could observe at the end of the 19th Century, in the urban as well as in the rural world. The solution, according to him, was the “industrial village”, so “the scattering of industries over the country” in such a way that industry and agriculture would be combined again. It wasn’t only a spatial remedy to the problem, it was mainly a economic solution in order to fight against the centralization of capital in the hands of just a few. Beginning of the 20th Century, this observation was shared by many advocates of decentralization in the United States (as the members of the Regional Planning Association of America). According to them, electricity, telephone, automobile, opened up new horizons for such a reorganization of the various activities on the ground. »

Pour en savoir plus :

Le programme complet

Le livret des abstracts

Doctorales 2019 / Association de Science Régionale de Langue Française

Elise Simon présentera ses travaux à l’occasion des Doctorales 2019 de l’Association de Science Régionale de Langue Française organisées les 4, 5 & 6 février à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de l’Université Grenoble Alpes. Sa communication s’intitule :

« L’écosystème foncier : une hypothèse théorique pour lire les établissements humains. Mise à l’épreuve par l’étude du territoire de la Matheysine (Isère, France) et de l’Oderbruch (Brandebourg, Allemagne) »

Le programme de ces journées est disponible ici.

Plus d’informations sur l’Association de Science Régionale de Langue Française

Conférence inaugurale / «Decentralization : another way to think and plan our urban and rural environments»

Catherine Maumi est invitée à donner, le 11 décembre 2018, la conférence inaugurale du colloque « The idea of decentralization and regional planning, in the 20th Century. Projects, visions, ideologies between the Cold War and the Welfare State » qui se tiendra les 11 et 12 décembre 2018 au Politecnico di Milano. 

La conférence, intitulée « Decentralization: another way to think and plan our urban and rural environments », proposera d’explorer certaines des théories décentralisatrices développées au cours du XXe siècle. 

Résumé
L’idée de décentralisation n’a cessé d’être revisitée au cours du XXe siècle, plus particulièrement dans les moments de crises – politique, économique, environnementale, sociale, culturelle, … La décentralisation s’entend pour certains, au début du XXe siècle, comme le moyen de s’opposer aux effets dévastateurs de la métropolisation qui, depuis le dernier quart du XIXe siècle, ruine les ressources naturelles, les cultures et économies locales, uniformisant les modes de vie. Nombre des partisans de la décentralisation sont alors mobilisés par la volonté de lutter contre l’ordre établi et la conviction qu’une autre organisation spatiale, en phase avec la nouvelle société plus équitable à laquelle devait donner jour le monde « moderne » du XXe siècle, serait à même de modifier cet ordre des choses. Décentraliser revenait aussi, dans certains contextes, à adopter un mode de développement plus respectueux de l’environnement – de la Terre – et de l’Homme.
Pour cette raison, la pensée décentralisatrice ne peut être considérée uniquement sous l’angle d’une nouvelle réorganisation des diverses activités sur le sol ; elle constitue également un nouvel ordre économique et social se voulant plus égalitaire, celui-ci étant désormais envisageable grâce au déploiement des techniques modernes (l’électricité, le téléphone, la motorisation, la radio, etc.).

Le programme


Ce colloque fait suite à celui organisé à l’ENSAG les 9 et 11 novembre 2017.