Archives de catégorie : Claire Rosset

Journée d’étude / L’architecte formateur. Vers un renouveau du conseil, de la sensibilisation et de la médiation en architecture

Dans le cadre de la journée d’étude “L’architecte formateur. Vers un renouveau du conseil, de la sensibilisation et de la médiation en architecture”, organisée par le laboratoire ATE de l’ENSA Normandie le Jeudi 14 Mars 2019, Stéphanie Diètre, Manon Scotto, et Claire Rosset & Charline Sowa ont été invitées à intervenir :

  • Le “dialogue en dessin” de l’architecte, Stéphanie Diètre
  • “Nous sommes tous des architectes”, Pierre Lajus et la mission d’assistance architecturale auprès du groupe Maisons Phénix, 1979-1983, Manon Scotto & Christelle Floret
  • Conseiller pour former ou former pour conseiller ? Dispositifs de transmission au sein des CAUE, Claire Rosset & Charline Sowa

Pour en savoir plus : le programme complet

Soutenance / Claire Rosset

La thèse de Claire Rosset, intitulée:

Imaginaire du passé et pensée du monde moderne. Processus de médiatisation chez Albert Laprade, architecte.

sera soutenue publiquement le lundi 17 septembre 2018 à 14h, dans l’Amphi. Simounet (ENSAG)

Elle a été préparée au sein de l’équipe d’accueil 7445 Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire, école nationale supérieure d’architecture de Grenoble, dans l’école doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du territoire, Université Grenoble Alpes dans le cadre d’une CIFRE avec le CAUE de Haute-Savoie.

Devant le jury composé de :

  • Laurent BARIDON, Professeur, HDR, Université Lumière Lyon 2, Rapporteur
  • Arnaud DUTHEIL, Directeur du CAUE de Haute-Savoie, Examinateur
  • Hélène JANNIÈRE, Professeure, HDR, Université Rennes 2, Rapporteure
  • Catherine MAUMI, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, Directrice de thèse
  • Simon TEXIER, Professeur, HDR, Université de Picardie Jules-Verne, Examinateur
  • Estelle THIBAULT, Maître de conférences, HDR, ENSA de Paris-Belleville, Examinatrice

Résumé :

Le débat architectural du début du XXe siècle semble sous-tendu par les oppositions entre les tenants d’une tradition comme transmission historique ou régionale et ceux d’une modernité comme revendication de la tabula rasa. Mais si la modernité « intervient comme une coupure entre le passé et l’avenir […], elle assure aussi la jonction qui permet au passé de s’enrichir et à l’avenir de se souvenir » (GASSELIN F.-D., 2007). Elle peut ainsi être observée dans les rapports qu’elle entretient avec la tradition, l’intérêt pour les cultures traditionnelles et vernaculaires s’amplifiant simultanément à l’émergence de la modernité architecturale. La thèse interroge les processus de fabrication qui permettent à l’architecte de construire une idée de la modernité architecturale qui se réclame de la tradition.

Les enjeux de reconstruction après les guerres mondiales radicalisent les débats, conférant à la presse et aux grandes expositions internationales des rôles stratégiques de diffusion des idées. Les architectes en sont les acteurs principaux. En considérant l’architecture dans toutes ses dimensions de production (édifiée, représentée, écrite et publiée), nous formulons l’hypothèse qu’elle peut être analysée comme médium (c’est- à-dire comme support d’un message) et comme média (c’est-à-dire comme vecteur de communication). Par ailleurs, nous supposons que dans le processus de publication l’architecte fabrique simultanément un imaginaire du passé et une pensée du monde moderne.

Nous identifions trois mouvements dans le processus de fabrication de cette pensée de la modernité. Dans un premier temps, nous nous intéresserons au passage de l’architecture édifiée à l’architecture représentée en interrogeant la capacité des architectes à construire des filiations historiques et/ou géographiques, notamment à partir de l’observation de l’existant. Dans un deuxième temps, nous analyserons les relations entre architecture édifiée et architecture publiée en considérant, comme Beatriz Colomina, que le média imprimé permet un «nouveau contexte de production, existant en parallèle au terrain de construction » (COLOMINA B., 1988). Enfin, en étudiant le passage de l’architecture publiée à l’architecture racontée, nous interrogerons le rôle des espaces de publication dans les processus de mise en récit de l’architecture.

Afin de conduire cette étude, nous nous appuyons sur la production de l’architecte Albert Laprade (1883-1978). Acteur sur la scène architecturale moderne, il va participer également à la reconnaissance de l’architecture traditionnelle. La diversité de sa production nous permet de constituer un corpus édifié, dessiné et écrit qui s’élabore à partir de la forme publiée de son travail :

  • articles parus sur sa production bâtie (publiés par d’autres architectes),
  • articles écrits par Albert Laprade (presse professionnelle ou non),
  • ouvrages de l’architecte tels que les Albums de croquis.

Mots clés en français: relevé d’architecture ; architecture vernaculaire ; médium/média ; imaginaire ; publication architecturale ; Albert Laprade

>>> affiche

Rencontres /4e Rencontres doctorales en architecture et paysage 2017

Les 4ème Rencontres doctorales en architecture et paysage se sont tenues les 12-13 et 14 septembre 2017 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette (ENSA-PLV). La thématique de cette année portait sur la REPRESENTATION : quand la représentation devient sujet, objet, action et méthode dans la recherche architecturale urbaine et paysagère.

Dans le cadre de cet événement, plusieurs doctorants du laboratoire étaient présents.

Les doctorants de première année étaient invités à présenter un poster. Mougib El Rahman, Mélina Ramondenc, Elise Simon et Manon Scotto ont ainsi participé à l’exposition de posters qui est visible jusqu’au 6 octobre 2017 dans la salle d’exposition de l’ENSA-PLV.

Claire Rosset a fait une intervention intitulée : « Relever, redessiner, réutiliser… raconter ! Circulations de l’architecture traditionnelle à travers les croquis d’architecture d’Albert Laprade ».  Cette communication s’inscrivaiet dans l’axe 1 « La représentation rétrospective et descriptive ». La  session 1 « Mises en récits » avait pour questionnements : « Comment des représentations ou des descriptions visuelles et textuelles correspondent-elles à des mises en récit ? Trois niveaux seront interrogés à partir de la représentabilité, de ce que fait la mise en récit et du processus de transmission ».

> Le programme des Rencontres

Conférence / ALBERT LAPRADE, UN ARCHITECTE MODERNE AUX HOUCHES

La version légère de l’exposition “De la construction au récit. Être de son temps et de son lieu pour l’architecte du XXe siècle” est accueillie au Musée montagnard des Houches du 3 juillet 2017 au 30 avril 2018.

A cette occasion, Claire Rosset a donné une conférence le lundi 31 juillet 2017, à 20h30, à l’Espace animation des Houches, intitulée :

 « Albert Laprade, un architecte moderne aux Houches. »

 

Résumé de la conférence : 

L’architecte Albert Laprade (1883-1978) est déjà reconnu sur la scène architecturale parisienne lorsqu’il arrive aux Houches, en 1925. Il découvre alors « un si beau pays » : l’alpage de Charousse. Au cours des années, il s’applique à en acquérir les différents terrains afin de préserver l’intégrité du lieu face aux transformations des territoires de montagne au début du XXe siècle. Il met également en place une collection d’objets de la vie quotidienne en alpage avec une conscience précoce de la disparition des modes de vie traditionnels (une collection qui alimente aujourd’hui le musée Montagnard des Houches).

La montagne fascine les intellectuels dès le XVIIIe siècle. L’intérêt pour le sublime et le pittoresque des paysages alpins cèdera progressivement la place, au cours du XIXe siècle, à une curiosité plus scientifique pour la géographie et la géologie. En revenant sur ces héritages et en observant l’expérience d’Albert Laprade à Charousse, nous nous demanderons quels enseignements l’architecte moderne tire-t-il de sa montée en alpage.

 

Séminaire / L’ARCHITETTO LETTORE

Le Centro Internazionale di Studio di Architettura Andera Palladio organisera le 30e séminaire d’histoire de l’architecture du 15 au 17 juin 2017, à Vicenza (Italie). Intitulé « L’Architetto lettore », ce séminaire propose de revenir sur le concept de l’architecte comme « lecteur actif ».

Dans le cadre de cette rencontre, Claire Rosset présentera une communication intitulée « “En relisant les vieux auteurs”. Dialogo tra architettore-autore et architettore-lettore ».

Résumé de la proposition :

L’architetto Albert Laprade (1883-1978) si iscrive in maniera significativa nel paesaggio editoriale francese dell’inizio del XXesimo secolo, in particolar modo, quando firma i numerosi articoli sulle riviste di architettura che trattano tanto dell’attualità della produzione quanto delle domande intrinseche ai dibattiti di quel tempo. Nel 1933, entra al comitato di redazione (sezione storica) della rivista L’Architecture d’aujourd’hui e scrive una rubrica che s’intitola « En relisant les vieux auteurs (Rileggendo i vecchi autori) ». Basandoci su questa serie di articoli pubblicati tra il 1934 e il 1935, ci interrogheremo sulla maniera in cui l’architetto-autore costruisce la figura d’architetto-lettore seguendo due assi :

    –      l’affermarsi di un radicamento storico nella pratica architettonica tramite la costruzione di una genealogia letteraria,

    –      l’iscrizione delle grandi opere di riferimento della cultura architettonica classica all’interno delle pubblicazioni moderne.

Attravero le pubblicazioni di Albert Laprade, analizzeremo :

    –      lo statuto e la forma peculiare degli articoli « En relisant les vieux auteurs » all’interno della rivista L’Architecture aujourd’hui,

    –      la maniera in cui l’architetto-autore rimanda ai riferimenti letterari, e la griglia di lettura che elabora per affrontare le opere citate,

    –      l’insegnamento che propone ai suoi contemporanei della rilettura dei testi classici.

Scrivendo sulle proprie letture, Albert Laprade si fa attore di esse ma, allo stesso tempo, fa delle sue letture un modo per essere attore della sua epoca. Affrontare l’architetto-lettore tramite l’architetto-autore permette di tornare sulle interazioni tra le opere di riferimento e il paesaggio editoriale moderno.

> Pour plus d’informations : le programme.