Archives de catégorie : Catherine Maumi

Colloque international / Decentralization and Energy. Perspectives on the Reciprocity of Energy Transitions and Decentralization

Catherine Maumi a été invitée à intervenir lors de la session d’ouverture du colloque international Decentralization and Energy. Perspectives on the Reciprocity of Energy Transitions and Decentralization, organisé par TU Delft du 23 au 25 janvier 2019.

Titre de l’intervention :

« The spatial translations of theories and policies of decentralization in the 20th Century ».

Résumé :

“The two sister arts of Agriculture and Industry were not always so estranged from one another as they are now. There was a time, and that time is not so far back, when both were thoroughly combined”, explained P. Kropotkin in Fields, factories and workshops. “But then came the water-motors, steam, the development of machinery, and they broke the link which formerly connected the farm with the workshop.” According to Kropotkin, such a development was at the origin of the misery he could observe at the end of the 19th Century, in the urban as well as in the rural world. The solution, according to him, was the “industrial village”, so “the scattering of industries over the country” in such a way that industry and agriculture would be combined again. It wasn’t only a spatial remedy to the problem, it was mainly a economic solution in order to fight against the centralization of capital in the hands of just a few. Beginning of the 20th Century, this observation was shared by many advocates of decentralization in the United States (as the members of the Regional Planning Association of America). According to them, electricity, telephone, automobile, opened up new horizons for such a reorganization of the various activities on the ground.”

Pour en savoir plus :

Le programme complet

Le livret des abstracts

Conférence / L’utopie du middle landscape américain, de Jefferson à Wright

Dans le cadre de sa délégation CNRS au LARHRA UMR 5190, Catherine Maumi est invitée à donner la conférence publique

« L’utopie du middle landscape américain, de Jefferson à Wright »,

le mercredi 20 mars 2019 à 17h, espace Marc Bloch de la MSH-LES

Résumé

L’Union des Etats-Unis s’identifie à sa fondation comme la « nation de la nature » ; le mythe sur lequel se construit la nouvelle démocratie fait référence à celui de la Pastorale, une civilisation constituée majoritairement de petits agriculteurs libres, indépendants, s’épanouissant au contact de la nature, loin des vices, corruptions et miasmes de la grande ville.

Tel est le sens de la grille territoriale organisant plus de 75% du territoire des Etats-Unis, conçue par Thomas Jefferson comme le moyen d’ancrer la démocratie sur le sol du Nouveau Monde. Sa révélation par l’implantation de nouveaux colons transformant la wilderness – nature originelle – en Garden of the World – campagne – ou middle landscape, symbolise, dans un premier temps, la progression de la civilisation et de la démocratie sur le continent nord-américain. Rapidement toutefois, elle signifie aussi la destruction irrémédiable de la wilderness, bientôt érigée en monument et patrimoine, et dont on constitue des réserves dès les années 1860.

Ainsi, l’idéal américain ne cesse d’osciller entre wilderness et jardin du monde pendant tout le XIXe siècle, contribuant à expliquer une forme d’urbanisation spécifique. La ville américaine se construit en effet sur un mythe en tout différent de celui de la ville européenne, qualifié par certains chercheurs au XXe siècle d’« anti-urbain ». Un architecte réactive plus particulièrement l’idéal jeffersonien au début du XXe siècle : Frank Lloyd Wright avec Broadacre City, projet de réintégration ville-campagne-nature.

Conférence inaugurale / «Decentralization : another way to think and plan our urban and rural environments»

Catherine Maumi est invitée à donner, le 11 décembre 2018, la conférence inaugurale du colloque « The idea of decentralization and regional planning, in the 20th Century. Projects, visions, ideologies between the Cold War and the Welfare State » qui se tiendra les 11 et 12 décembre 2018 au Politecnico di Milano. 

La conférence, intitulée « Decentralization: another way to think and plan our urban and rural environments », proposera d’explorer certaines des théories décentralisatrices développées au cours du XXe siècle. 

Résumé
L’idée de décentralisation n’a cessé d’être revisitée au cours du XXe siècle, plus particulièrement dans les moments de crises – politique, économique, environnementale, sociale, culturelle, … La décentralisation s’entend pour certains, au début du XXe siècle, comme le moyen de s’opposer aux effets dévastateurs de la métropolisation qui, depuis le dernier quart du XIXe siècle, ruine les ressources naturelles, les cultures et économies locales, uniformisant les modes de vie. Nombre des partisans de la décentralisation sont alors mobilisés par la volonté de lutter contre l’ordre établi et la conviction qu’une autre organisation spatiale, en phase avec la nouvelle société plus équitable à laquelle devait donner jour le monde « moderne » du XXe siècle, serait à même de modifier cet ordre des choses. Décentraliser revenait aussi, dans certains contextes, à adopter un mode de développement plus respectueux de l’environnement – de la Terre – et de l’Homme.
Pour cette raison, la pensée décentralisatrice ne peut être considérée uniquement sous l’angle d’une nouvelle réorganisation des diverses activités sur le sol ; elle constitue également un nouvel ordre économique et social se voulant plus égalitaire, celui-ci étant désormais envisageable grâce au déploiement des techniques modernes (l’électricité, le téléphone, la motorisation, la radio, etc.).

Le programme


Ce colloque fait suite à celui organisé à l’ENSAG les 9 et 11 novembre 2017.

Conférence-débat / “Le nouvel urbanisme sera agricole ou ne sera pas !”


Catherine Maumi a été invitée à contribuer à la conférence-débat « Le nouvel urbanisme sera agricole ou ne sera pas ! » organisée par Augustin Rosenstiehl au Pavillon de l’Arsenal (Paris) le 13 novembre 2018.

Catherine Maumi a présenté ses travaux sur le projet de Broadacre City de Frank Lloyd Wright et les pensées développées au début du XXe siècle visant à fonder une « éthique de la terre ».

La soirée rassemblait Pierre Janin, Catherine Maumi, Sébastien Marot et Augustin Rosenstiehl, modérateur et commissaire scientifique de l’exposition « Capital agricole » inaugurée le 3 octobre 2018 au Pavillon de l’Arsenal.

Regarder la conférence-débat en ligne

Table ronde / « “Everymap is a filter“ Revisiting André Corboz : methods, challenges, potentials »

Catherine Maumi a été invitée à contribuer à la table ronde « “Everymap is a filter“ Revisiting André Corboz : methods, challenges, potentials » organisée à l’Accademia di architettura di Mendrisio le 29 octobre 2018.

L’événement rassemblait Elena Cogato Lanza (EPFL, Laboratoire d’urbanisme), Catherine Maumi (ENSAG, MHAevt), Urs Primas (ZHAW Winterthur, Institut Urban Landscape) et André Bideau (Accademia di architettura, ISA, Mendrisio). Il était organisé à l’occasion de l’exposition « Between invention and imagination : André Corboz and the territory as palimpsest » conçue par André Bideau et Elisabetta Zonca à la Biblioteca dell’Accademia di architettura.



Plus d’informations sur l’évènement

Plus d’informations sur l’exposition