Archives de catégorie : Actualités

Exposition « Conquêtes Spatiales » / CAUE de Haute Savoie / 11-03 au 25-09 2020

Le CAUE de Haute-Savoie présente du 11 mars au 25 septembre 2020, l’exposition « Conquêtes Spatiales » à Annecy. L’exposition valorise le travail de recherche conduit par Mélina Ramondenc, doctorante au Laboratoire MHAevt et accueillie au CAUE de Haute-Savoie dans le cadre d’une convention CIFRE de l’ANRT.

Cette exposition a été l’occasion d’un travail de «rétromodélisation» des projets architecturaux présentés grâce aux outils numériques, dans le but de fabriquer des maquettes d’exposition au FabLab in the Alps. Ce travail d’étudiants de l’EnsaG a été encadré au laboratoire par Philippe Marin et Jason Sachs.

Pour plus d’informations :

Le dossier de presse, et le site du Caue 74

Journée d’études doctorales / La norme et son contraire

Lors de la Journée d’études doctorales « La norme et son contraire », organisée le 14 février 2020 par Carmen Popescu (ENSA Bretagne), dans le cadre du séminaire doctoral proposé par Anne-Marie Châtelet (ENSA Strasbourg), Hélène Jannière (Université Rennes 2), et Jean-Baptiste Minnaert (Sorbonne Université), Manon Scotto a proposé une intervention ayant pour titre :

 » De la trame normative à la trame prospective. Le cas de l’industrialisation de l’habitat individuel en France (1960-1980) »

Résumé de la communication

Le processus d’industrialisation du bâti dominant le XXe siècle a amené les architectes à aborder la conception sous l’angle de la rationalisation des espaces et des modes de mise en œuvre. Dans un tel moment de mutation de la pratique architecturale, alors mise en concurrence avec celle des ingénieurs, constructeurs et industriels, les trames incarnent pour les architectes une sorte de sésame vers une homologation ministérielle des systèmes constructifs et modulaires qu’ils imaginent, et donc une norme par laquelle il faut passer pour accéder à la commande.

Souvent considérées comme une contrainte imposée par les pouvoirs politiques, il est intéressant de remarquer comment certains praticiens semblent s’être emparés des trames comme une source particulièrement fertile de création.
Lors de la convention nationale de la société Maison Phénix de 1979, l’architecte Pierre Lajus (1930-/) revient ainsi sur le rapport qui relie l’architecte à la question de la norme :

« Tous les architectes sont convaincus que la norme les empêche de vivre et de faire de l’architecture. Je ne suis pas du tout de cet avis. Je pense que les normes qui empêchent de faire de l’architecture sont celles que l’on a intériorisées. Celles de l’Administration sont extérieures, on peut se battre avec elles ».

En poussant plus loin ce raisonnement, il s’agit d’analyser comment des architectes ont choisi de se battre « au moyen » de ces normes, tentant de mettre les potentialités de l’industrie à leur service, ainsi qu’à celui des usagers, et non l’inverse.
Par leur caractère complexe et systémique, nous posons ainsi l’hypothèse selon laquelle les trames, au-delà d’être une norme inhérente à une industrialisation du bâti, représentent, pour l’architecte qui le décide, un incroyable outil de création lisible par l’ensemble des acteurs de la construction (professionnels, politiques, usagers), et sans cesse réactualisé de manière à suivre les mutations de la société, qu’elles soient techniques, intellectuelles ou sociales.

Programme complet

Colloque international / Architecture évolutive/réversible, formes et dispositifs

Dans le cadre du colloque international « Architecture évolutive / réversible, formes et dispositifs », organisé par l’ENSA Bretagne (Rennes), les 6 et 7 février 2020, Manon Scotto a proposé, en collaboration avec Christelle Floret (univ. Bordeaux-Montaigne) une communication intitulée :

« La conception de maisons évolutives selon Pierre Lajus (1930-/) : de la découverte notionnelle à sa mise en pratique entre 1958 et 1995 »

Résumé de l’intervention :

Dès le milieu des années 1970, l’architecte Pierre Lajus, visant une production de maisons économiques et qualitatives, intègre dans ses projets une possible évolutivité des espaces, composante qui se révèle être déterminante dans la mise en place de ses processus conceptuels.
Soucieux de répondre aux besoins d’appropriation des usagers, et afin de proposer une spatialité capable de suivre les évolutions de la cellule familiale, Pierre Lajus trouve une réponse architecturale dans les possibilités techniques qu’offre la construction bois. L’examen de quelques-uns de ses projets de maisons illustre comment les logiques constructives de ce matériau accordent modularité et flexibilité, dans l’espace comme dans le temps, aux structures qu’il imagine. L’exemple de la maison-agence de l’architecte, construite en 1973 à Mérignac, matérialise l’assimilation de telles dynamiques grâce auxquelles cette réalisation peut s’adapter jusqu’en 2018 à de multiples transformations. L’appétence de Pierre Lajus pour des procédés lisibles et ouverts d’une part, et son renoncement à toute « prétention personnelle » d’autre part, l’amènent à penser qu’une certaine ‘impermanence’ de l’architecture est à considérer dès l’origine du projet.

Loin de prétendre à l’exhaustivité, cette analyse se propose, en rapprochant les définitions du terme proposées par quelques-unes des revues professionnelles et les discours de Pierre Lajus, de livrer une « petite histoire » de l’évolutivité appliquée à la carrière de l’architecte. L’influence de cette notion sur le processus projectuel de l’architecte est telle qu’elle oriente manifestement sa carrière professionnelle.

Programme complet

 

Soutenance de thèse / Caterina Franco

La thèse de Caterina Franco, intitulée :

DANS LE LIEU ET DANS LE TEMPS
Pour une histoire environnementale des infrastructures touristiques des Alpes franco‑italiennes (1945-1975)

sera soutenue publiquement le mercredi 18 décembre 2019 à 14 heures au sein de la Maison des Langues et des Cultures de l’Université Grenoble Alpes, salle Jacques Cartier.

Sa thèse en architecture a été préparée dans le cadre d’une cotutelle entre la Communauté Université Grenoble Alpes — unité de recherche MHAevt, ENSAG, ED SHPT — et le Politecnico di Milano — Département ABC.

Directeurs de thèse : Catherine Maumi et Emilio Faroldi

Composition du jury :

• René BORRUEY, Professeur HDR, ENSA de Marseille, Examinateur
• Anne DALMASSO, Professeure HDR, Université Grenoble Alpes, Examinatrice
Alessandro DE MAGISTRIS, Professeur, Politecnico di Milano, Examinateur
Rosa DE MARCO, Maîtresse de conférences, docteur, ENSA de Paris – La Villette, Examinatrice
Emilio FAROLDI, Professeur, Politecnico di Milano, Directeur de thèse
Luigi LORENZETTI, Professeur, Università della Svizzera Italiana, Rapporteur
Catherine MAUMI, Professeure HDR, ENSA de Paris – La Villette, Directrice de thèse, ED 454
Virginie PICON-LEFEBVRE, Professeure HDR, ENSA de Paris – Belleville, Rapporteure

Voir l’affiche de la soutenance


Résumé de la thèse:

La thèse étudie les stations de sports d’hiver planifiées et construites en haute altitude après la Seconde Guerre mondiale dans les Alpes franco-italiennes.

Les deux contextes nationaux, différents du fait de leurs histoires économiques, politiques et situations géographiques, partagent aujourd’hui des problèmes similaires. Ceux-ci concernent le futur d’un modèle touristique basé sur une fréquentation massive, de longs séjours et une offre concentrée autour de la pratique du ski. En effet, l’aléa climatique, le changement dans les modes et les temps de la fréquentation touristique, le vieillissement des structures et infrastructures, représentent seulement une partie des enjeux auxquels ces lieux se confrontent. Plusieurs chercheurs provenant de diverses disciplines suggèrent alors de repenser la station comme étant en continuité avec le territoire d’implantation, ce dernier compris dans sa nature économique, géographique ou administrative.

La recherche, menée dans le domaine de l’architecture, souhaite contribuer à la réflexion autour de ces questionnements par une étude historique. En interrogeant les relations établies entre la station et le territoire (dans ses composantes spatiales, environnementales, paysagères), durant le processus de conception, de construction et d’évolution, nous souhaitons aller au-delà d’une lecture des établissements touristiques de haute montagne considérés comme des objets décontextualisés.

En nous appuyant sur la coordonnée spatiale du territoire, nous formulons l’hypothèse que l’implantation des stations de sports d’hiver a entrainé des transformations à grande échelle, et que, en même temps, les caractères environnementaux, historiques, économiques, géomorphologiques des sites concernés ont joué un rôle actif dans le processus de conception et construction.

À partir de la coordonnée temporelle du territoire, nous supposons que l’histoire des stations de sports d’hiver construites dans les années 1960 et 1970 n’est qu’une étape dans le processus long de transformation touristique des sites de haute altitude. Dans cette perspective, l’histoire des activités précédentes au tourisme, implantées sur les mêmes lieux, joue un rôle décisif.

Le travail se déroule à travers l’étude de quatre cas : Pila et Sansicario, dans les Alpes italiennes ; Chamrousse et La Plagne dans les Alpes françaises. Pour cela, nous nous appuyons sur une méthode mise en place par les historiens de l’environnement, tels que William Cronon, qui considèrent l’histoire d’un territoire comme le résultat des interactions entre activités humaines et données naturelles, sur un temps long. Nous mobilisons un corpus principalement constitué de documents appartenant à différents fonds d’archives (des collectivités territoriales, des architectes et urbanistes, des techniciens), que nous traitons par l’analyse de documents textuels, graphiques et cartographiques qui le composent, ainsi que par le re-dessin et la construction de frises chrono-systémiques.

Au-delà de contribuer à la compréhension de l’histoire de la mise en tourisme des territoires de haute montagne nous souhaitons, par ce travail, participer à la réflexion autour des enjeux méthodologiques de la recherche en histoire de l’architecture.

 

Mots-clefs: construction du territoire ; infrastructures touristiques ; Alpes franco-italiennes ; après-Seconde Guerre mondiale ; histoire environnementale.


English version

Abstract :

The thesis studies ski resorts planned and built at high altitude after the Second World War in the Franco-Italian Alps.

The two national contexts, different for economic history, politics and geographical location, now share similar problems, which look to the future of a tourism model based on mass attendance, long stays and an offer concentrated around skiing. Indeed, climatic hazards, changes in the modes and times of tourist use, ageing of structures and infrastructures, are only some of the challenges which these places are facing today. Several researchers from various disciplines then suggested that the station could be rethought in continuity with the territory, the latter included in its economic, geographical or administrative nature.

The research aims at investigating these questions in the field of architecture and through a historical study. By questioning the relationships established between the station and the territory (in its spatial, environmental and landscape components) during the design, construction and evolution process, the wish is to go beyond a reading of high mountain tourist establishments as decontextualized objects.

Working on the spatial coordinate of the territory, we formulate the hypothesis that the establishment of winter sports resorts has led to large-scale transformations, and that, at the same time, the environmental, historical, economic and geomorphological characteristics of the sites concerned have played an active role in the design and construction process.

Working on the temporal coordinate of the territory, we assume that the history of the winter sports resorts built in the 1960s and 1970s is only one step in the long process of transforming high-altitude sites for tourism. In this perspective, the history of activities preceding tourism, located in the same places, plays a decisive role.

We rely on a method developed by environmental historians such as William Cronon, who considers the history of a territory as the result of interactions between human actions and natural data over a long period of time. The work is carried out through the study of four cases: Pila and Sansicario, in the Italian Alps; Chamrousse and La Plagne in the French Alps. We mobilize a corpus mainly constituted by documents belonging to different archival collections (local authorities, architects and urban planners, technicians), which we process by analyzing textual, graphic and cartographic documents, as well as by re-drawing and constructing chronosystem systemic timelines.

In addition to give a contribution to the understanding of the history of tourism development in high mountain areas, we hope, through this work, to contribute to the debate on the methodological issues of research in the history of architecture.

 

Keywords: landscape construction; tourist infrastructure; French-Italian Alps; Post-war; environmental history.

 

Colloque international / Architecture en milieu tropical. Construire le paysage, entre pratique et recherche.

Dans le cadre du colloque international « Architecture en milieu tropical. Construire le paysage, entre pratique et recherche », organisé par l’Ecole d’architecture de La Réunion, antenne de l’ENSA Montpellier, les 30 et 31 octobre 2019 prochains, Manon Scotto proposera une communication intitulée :

« Un système en interaction avec son environnement humain, climatique et paysager. L’exemple du système EXN appliqué aux Cases Tomi à La Réunion (Fabien Vienne, Maurice Tomi) »

Résumé de l’intervention

Les territoires tropicaux cristallisent nombre de problématiques environnementales et sociales, qui impactent de façon notoire la conception de l’architecture qui s’y installe. Loin de se limiter à ses frontières métropolitaines, la France voit ainsi à travers ses Départements et Territoires d’Outre-Mer, des lieux riches de potentiels exploratoires pour la fabrique de l’espace. Lorsque l’architecte Fabien Vienne (1925-2016) accepte en 1974 de répondre à l’appel du constructeur Maurice Tomi (1924-1996), installé à La Réunion et désireux de renouveler sa gamme de maisons individuelles, les Cases Tomi, il ne sait pas encore qu’il s’engage dans une expérience qui marquera sensiblement sa façon de penser l’espace bâti.

Parmi les éléments de réponse, nous avançons que la « tropicalité » du territoire réunionnais pousse l’architecte à une rationalisation intellectuelle et constructive de son architecture, associée à un profond respect des dynamiques locales. Par ailleurs, nous portons l’hypothèse selon laquelle l’ouverture du système constructif EXN permet une architecture flexible, capable d’interagir et d’évoluer avec son environnement au sens large (géographie, climat, population), constituant une réponse adaptée à la fois aux enjeux climatiques, socio-économiques et culturels réunionnais.

Programme complet