C.-A. d’Aviler et sa définition de Bâtiment.

Histoire d’une définition.

« Bastiment, se dit de toutes sortes de lieux elevez par artifice, soit pour la Religion, la magnificence ou pour l’utilité.»
Suivent 13 sous-définitions, dont « Bastiment regulier » et « Bastiment irregulier ». L’édition de 1710, faite par Alexandre Le Blond, et dont la Préface avouait qu’elle avait été faite avec les notes mêmes de d’Aviler, était restée inchangée. L’édition de 1738 ayant manqué de souscripteurs pour la partie Dictionnaire, était parue sans elle. En 1743, le Supplément au Dictionnaire Oeconomique… de Chomel, conserve, partiellement réécrit, l’article de d’Aviler. Dans son Dictionnaire portatif édité en 1755, présenté comme une sorte de vade-mecum collationné dans sa jeunesse, Bélidor retient cette seule section, abrégeant les sous-définitions par : « ils peuvent être réguliers ou irréguliers.» Ici s’achève la vie de cette définition que nous sur-interprétons peut-être, mais qui reste de loin notre préférée : elle résume presque à elle seule l’Incipit du de Re Aedificatoria, sans les amplifications de rigueur dans un traité.

 Les tribulations d’un Dictionnaire sont l’histoire de ses rééditions et c’est Charles-Antoine Jombert, « Imprimeur-Libraire du Roi pour l’Artillerie & pour le Génie » qui le re-publie en 1755, débarassé du Cours…, avec l’aide d’Alexandre Saverien, le polygraphe de la maison. Après d’Aviler, ce n’est plus d’Aviler : « Batiment, s.m. Nom général qu’on donne à tous les lieux propres à la demeure des Grands, des Particuliers, & à l’exercice de la Religion, comme aussi aux portes publiques, aux arcs de triomphe, aux aqueducs, aux fontaines, &c. construits tout de pierre, ou de pierre & de bois de charpente, & dans lesquels on employe le marbre, le bronze, le fer, le plomb & autres matieres. Trois parties caractérisent & constituent un Bâtiment ; la Construction, la Distribution & la Décoration.» Plus conforme à notre vision de l’Architecture considérée comme un des Beaux-Arts sera celle de Quatremère de Quincy dans le « Dictionnaire d’Architecture » de l’Encyclopédie Méthodique (1783) :
« Batiment, s.m. Nom général que l’on donne aux ouvrages de l’architecture, mais particulièrement aux lieux destinés à l’habitation. Le mot d’édifice, qui en est synonyme, comporte une acception plus noble & plus distinguée. Le mot de bâtiment ne sauroit convenir aux arcs de triomphe, aux fontaines, portes publiques, &c. Celui d’édifice emporte avec lui l’idée de monument. Les particuliers doivent avoir des bâtimens simples & commodes ; les demeures divines veulent des édifices somptueux & magnifiques. Les ouvriers donnent généralement le nom de bâtiment à tout ce qu’on est en train de construire. D’où il résulte que le mot de bâtiment a plus rapport à l’art de bâtir, celui d’édifice à l’art proprement dit de l’architecture…»

 Les routes, ponts, aqueducs et ports qui sont aussi l’office de l’architecte chez Vitruve, Alberti, Scamozzi ou François Blondel, ont disparu du paysage. La spécialisation des métiers qui s’opère, par la médiation de la création d’écoles spécialisées d’ingénieurs a fait son œuvre. Dans ses Considérations… de 1791, Quatremère s’élèvera pourtant contre le démembrement du métier en deux écoles, l’une cultivant l’art du goût, et l’autre, « je veux parler de l’institution des Ponts et chaussées », dont il pense que c’est certes un « établissement utile pour la partie administrative des travaux itinéraires en France, mais qui n’auroit jamais dû s’approprier aucune des parties de l’enseignement relatif à l’architecture. Ce démembrement d’instruction, en décomposant l’essence de cet art, a porté le coup le plus funeste aux deux parties. Il a habitué les uns à croire que le goût dispense de la solidité, et les autres que le calcul peuvent remplacer le génie.» (p. 94)

En quête d’une source.
Revenons-en à la question qui nous préoccupe, à savoir l’origine de la définition donnée par d’Aviler, en nous intéressant à ses contemporains. Bâtiment et Édifice ne figurent pas dans le « Dictionnaire des termes » faisant suite à l’ouvrage de Félibien des Avaux, Des Principes de l’Architecture, de la Sculpture, de la Peinture et des autres arts qui en dépendent, édité en 1676, pas plus que dans Le Dictionnaire des arts et des sciences de Thomas Corneille (1694). En 1690, le Dictionnaire Universel de Furetière, dont on dit qu’il fut partiellement aidé par François Blondel dans son entreprise, donnait : « Bastiment. s. m. Ouvrage fait par des Architectes & Maçons. Il se dit non seulement des maisons & palais, mais aussi des Eglises, des ponts, aqueducs, & autres édifices publics, ou particuliers. Il y a en France des Intendants, des Controlleurs, & des Tresoriers des Bastiments du Roy. Les bastiments modernes sont plus beaux & plus commodes que les anciens.» Admettons donc, en l’état, que d’Aviler est l’auteur de cette définition.

Ceci ne signifie évidemment pas que d’Aviler ait créé cette définition ex nihilo. Lorsque l’Académie Royale d’Architecture décida, en 1676, la lecture de l’Idea… de Scamozzi, il ne lui fallut que six semaines pour surseoir « jusqu’à ce qu’il soit traduit en françois…». En 1681, une nouvelle tentative échoua, et c’est d’Aviler qui est chargé « de se donner la peine de le lire et de marquer à côté les endroits sur lesquels il croira que la compagnie doive faire réflexion…» (Procés-Verbaux de l’Académie Royale d’Architecture, I, pp. 306-307). Pour l’anecdote, c’est finalement Philippe de la Hire qui traduira le Livre III (qui ne sera pas édité) et d’Aviler le Livre VI, édité en abrégé en Hollande en 1713, avec de menus suppléments de Samuel du Ry, un ingénieur militaire. Il n’y a toujours pas, à ce jour, de traduction complète, la faute à Scamozzi vu comme « trop prolixe & ennuyeux » par François Blondel, ce qui est, avouons-le, plutôt vrai. Le Livre VII, dans lequel les pierres sont classées selon les 4 éléments et testées avec les 5 sens, avec des références qui vont bien au-delà de Pline, mériterait son Mommsen, pas un thésard moderne ; de plus, les références font appel à des ouvrages dont les éditions (non citées) ne sont pas toujours identifiables, sans parler du fait que les informations sont souvent inexactes, erreurs de chapitre voire de Livre. Nous y reviendrons sans doute une autre fois, notamment sur les notes de voyage ; il est rare, en effet, que des architectes aient autant voyagé que lui, François Blondel mis à part.

Revenons-en à ce qui nous soucie aujourd’hui. Si nous avons fait le détour scamozzien, c’est que nous en faisons notre favori pour le rôle, ingrat, d’inspirateur de la définition. Si cela était vrai, ce n’est toutefois pas par traduction d’une proposition scamozzienne, à moins d’un raté, toujours possible, de notre part, mais par imprégnation, si l’on peut dire, de l’atmosphère générale de l’ouvrage. En un seul chapitre, le 1er du Livre VIII Scamozzi peut par exemple citer Pausanias, Pélage, Ovide, Publius Victor, Festus, Plutarque, Plaute, Quintilien, Aristote, Hippocrate, Artemidore, Averroès, Platon, et Vitruve pour répondre à la question : qu’est-ce qu’un édifice ? Bizarrement, manque Alberti dont il s’inspire pourtant fréquemment.

 Certains lecteurs pourraient avoir des lumières bien supérieures aux notres. Toute contribution sera la bienvenue. « Non enim excursus hic ejus, sed opus ipsum est.» (Pline le Jeune, Epistolae, V-vi, via Laurence Sterne).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.