Conférence / L’utopie du middle landscape américain, de Jefferson à Wright

Dans le cadre de sa délégation CNRS au LARHRA UMR 5190, Catherine Maumi est invitée à donner la conférence publique

« L’utopie du middle landscape américain, de Jefferson à Wright »,

le mercredi 20 mars 2019 à 17h, espace Marc Bloch de la MSH-LES

Résumé

L’Union des Etats-Unis s’identifie à sa fondation comme la « nation de la nature » ; le mythe sur lequel se construit la nouvelle démocratie fait référence à celui de la Pastorale, une civilisation constituée majoritairement de petits agriculteurs libres, indépendants, s’épanouissant au contact de la nature, loin des vices, corruptions et miasmes de la grande ville.

Tel est le sens de la grille territoriale organisant plus de 75% du territoire des Etats-Unis, conçue par Thomas Jefferson comme le moyen d’ancrer la démocratie sur le sol du Nouveau Monde. Sa révélation par l’implantation de nouveaux colons transformant la wilderness – nature originelle – en Garden of the World – campagne – ou middle landscape, symbolise, dans un premier temps, la progression de la civilisation et de la démocratie sur le continent nord-américain. Rapidement toutefois, elle signifie aussi la destruction irrémédiable de la wilderness, bientôt érigée en monument et patrimoine, et dont on constitue des réserves dès les années 1860.

Ainsi, l’idéal américain ne cesse d’osciller entre wilderness et jardin du monde pendant tout le XIXe siècle, contribuant à expliquer une forme d’urbanisation spécifique. La ville américaine se construit en effet sur un mythe en tout différent de celui de la ville européenne, qualifié par certains chercheurs au XXe siècle d’« anti-urbain ». Un architecte réactive plus particulièrement l’idéal jeffersonien au début du XXe siècle : Frank Lloyd Wright avec Broadacre City, projet de réintégration ville-campagne-nature.