COLLOQUE / TOURISME(S) ET ADAPTATION(S) : UN SECTEUR ET DES ACTIVITÉS À L’ÉPREUVE DES MUTATIONS ÉCONOMIQUES, ENVIRONNEMENTALES, CULTURELLES ET SOCIALES 

Les 14 – 15 et 16  juin  a eu lieu le Colloque pluridisciplinaitre AsTRES, intitulé « Tourisme(s) et adaptation(s) : un secteur et des activités à l’épreuve des mutations économiques, environnementales, culturelles et sociales »à l’Université de Grenoble Alpes (IGA, Cité des territoires).

 

Le jeudi 15 juin, à 15h15, Caterina Franco  a présenté son travail intitulé « Structures territoriales en évolution. Une lecture comparée des systèmes de connexion haut-bas pour les stations touristiques de Pila et Chamrousse. », lors de la session 9 ; Tourisme(s) et montagne.

Résumé :

En 1980, Butler associe le modèle d’évolution des destinations touristiques au cycle de consommation d’un produit. Après une phase d’exploration, de développement et de consolidation, ces lieux semblent destinés à faire face à la stagnation, préalable au déclin. Seulement un changement radical des attractions peut alors apporter une nouvelle phase de rejuvenation. Les stations touristiques de haute montagne réalisées dans les Alpes entre les années 1960 et 1970, fondées sur la consommation du produit « neige » et conçues autour de la pratique du ski, n’échappent pas à cette situation.

Où donc trouver les sources pour un renouvellement ? La présente contribution s’appuie sur l’hypothèse que l’ancrage au territoire soit la clé pour penser le futur des stations (François, 2007 ; Bourdeau, 2009 ; Marcelpoil, 2010). Si le concept de territoire a déjà été exploré dans son acception d’entité administrative (pour une réflexion sur la gouvernance et le système économique des stations) ou pour indiquer le potentiel environnemental des ressources naturelles, on le définit ici comme résultat d’une synergie entre établissements humains (organisés sur bases culturelles) et environnement (organisé avec des logiques géologiques et biologiques). (Magnaghi, 2001). Le territoire est aussi « temps consolidé », (Roncayolo, 1990), composé par la superposition des traces laissées par successifs usages du sol. On propose donc une relecture de la construction des stations de sports d’hiver à travers une élargissement de l’échelle spatiale et temporelle : d’un côté on analyse les stations dans leur contexte d’implantation, de l’autre, on insère leurs histoires dans une temporalité longue, qui nous permet de considérer le modèle « tout ski » comme une phase dans la transformation d’un site.

Dans le cadre des recherches menées pour une thèse en architecture intitulée « La construction d’un territoire pour le loisir de masse. Le cas des Alpes franco–italiennes dans l’après-Seconde Guerre mondiale », on souhaite enrichir l’exercice comparatif entre France et Suisse en opérant une confrontation avec des cas d’étude italiens et français. On analyse donc la station de Pila en Italie et la station de Chamrousse en France. Le deux ont été réalisées en grand partie entre les années 1960 et 1965, selon un plan d’aménagement qui voit l’intervention de l’architecte Laurent Chappis ; le deux sont caractérisées par le fait d’avoir une ville dans leur proximité immédiate (respectivement, Aosta et Grenoble).  Cela impose, aujourd’hui, une réflexion sur les moyens de connexion haut-bas et sur le type de fréquentation.

Les deux stations pourtant partent de deux situations diverses, issues de deux développements différents du territoire. Par exemple, Pila est construite sur un site caractérisé par une activité extractive ; Chamrousse naisse en connexion avec la station thermale d’Uriage. On pourra voir comment le passage par l’étude historique amène une compréhension majeure des formes spatiales selon lesquelles la station a été réalisée et a évolué. On pourra également suggérer quelles structures et infrastructures offrent des potentialités pour le futur.

Une recherche dans plusieurs fonds d’archives privés et municipales constitue la source principale du travail et une analyse cartographique des données par « redessin » et lectures croisées, sa méthode.

> Le programme