Conférence / Broadacre City : un manifeste en faveur de l’idéal démocratique étasunien

Bien qu’il soit universellement connu et probablement le plus célèbre des architectes américains, Frank Lloyd Wright n’a pas fait l’objet d’exposition en France depuis 1977. A l’automne 2017, soit quarante ans plus tard, le musée d’Orsay consacrera une exposition à cet architecte original et exceptionnel dont la carrière fait le lien entre le XIXe et le XXe siècle. Le musée d’Orsay s’est associé à l’Université de Lorraine pour organiser séminaires et conférences destinés à établir les fondations intellectuelles et pédagogiques de cet important projet. Issues de ce partenariat, les conférences de l’année 2015-2016 sont l’occasion d’inviter à Nancy des spécialistes de langue française ayant contribué à appréhender de façon nouvelle l’œuvre de Frank Lloyd Wright.

Après Neil Levine (le 10 décembre 2015) et Jean Castex (le 4 février 2016), Catherine Maumi est invitée, le jeudi 17 mars 2016, à 18h30, à donner la conférence intitulée: « Broadacre City : un manifeste en faveur de l’idéal démocratique étasunien »
Dans l’Amphithéâtre Lucien Cuénot du Muséum-Aquarium de Nancy

Capture d’écran 2016-03-11 à 14.44.13

Capture d’écran 2016-03-11 à 14.44.37

Résumé :

Frank Lloyd Wright est de ces grands artistes américains qui se sont attachés à affirmer la spécificité d’une culture étasunienne et ont milité, durant toute leur carrière, pour la définir et la défendre, luttant contre l’importation des traditions européennes – des « beaux-arts » notamment. Ce combat est réactivé dans les années 1920-30 tandis qu’est valorisée, sur le sol des Etats-Unis, l’architecture qualifiée de « Style international », et alors même que le pays doit faire face à des crises multiples – économique, écologique, sociale et culturelle –, qui remettent en cause les principes sur lesquels avait été fondée la démocratie américaine.

Un projet illustre plus particulièrement ce combat mené par Frank Lloyd Wright en faveur des fondements culturels et démocratiques propres aux Etats-Unis : Broadacre City. Conçu durant la première moitié des années 1930, ce projet, qui sera l’objet d’une véritable « campagne » pendant les années 1940 et qui continuera de mobiliser la pensée de Wright jusqu’à la fin de sa vie – The Living City est publié en 1958 –, propose de raviver l’idéal de la démocratie américaine tel qu’il avait été défini par les Pères fondateurs – Thomas Jefferson en tête –, avant d’être ranimé par certains grands intellectuels américains du XIXe siècle – Henry David Thoreau, Ralph Waldo Emerson, Walt Whitman,… L’architecture organique de Broadacre City, témoignant de l’adoption d’un mode de vie plus respectueux de l’homme et de son environnement, est une réponse de l’artiste visionnaire au capitalisme sauvage et au phénomène de métropolisation qui étaient parvenus à s’imposer à l’échelle des Etats-Unis, véritable trahison de l’idéal démocratique étasunien.

Le message de Broadacre City n’a sans doute jamais résonné d’une façon aussi contemporaine qu’en ce début de XXIe siècle.