COLLOQUE / Inventer le Grand Paris. Regards croisés sur les métropoles des années 1940 à la fin des années 1960

Les mardi 1er et mercredi 2 décembre 2015, auditorium du Petit Palais, Paris.GrandParis_Programme2015-1

Thème du colloque :
Troisième temps du programme pluriannuel sur l’histoire du Grand Paris, le colloque international Inventer le Grand Paris mobilise, dans une perspective transnationale et interdisciplinaire les connaissances de la recherche urbaine. Il s’inscrit dans la continuité des deux précédents colloques réunis en 2013 et 2014. Ces journées avaient mis en lumière les premiers grands projets d’aménagement et d’organisation du Grand Paris dans la première moitié du XXe siècle.
Le colloque de 2015 couvre une autre période fondatrice. Il met en perspective l’histoire du Grand Paris entre la Seconde Guerre mondiale et le début de la mise en œuvre du Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris (SDAURP) présenté au public en 1965. Il réunit des chercheurs venus de plusieurs pays pour évoquer l’histoire de l’urbanisation marquée par l’expansion démographique, économique et territoriale des métropoles. Il éclaire sous un angle nouveau la planification et la production urbaines, la circulation des modèles et l’aménagement des grandes agglomérations. Les communications interrogeront également l’actualité du Grand Paris pour mieux saisir les enjeux urbains, sociaux, politiques et économiques de la construction des métropoles.

A cette occasion, Catherine Maumi est invitée à communiquer à propos de ses recherches sur Victor Gruen. Sa communication L’urbanisme tri-dimensionnel de Victor Gruen à l’épreuve du « futur prévisible » sera donnée dans la session « Le Grand Paris et les Amériques ».

Résumé :
« Théoricien estimé, réalisateur infatigable, Monsieur Gruen réunit donc tous les titres pour conseiller les réalisateurs français et peut-être leur éviter les erreurs que les Américains ont nécessairement commises au cours de recherches et d’expériences successives » estimait la Préfecture de la Region Parisienne en octobre 1968, en introduction à la traduction de la conférence donnée par Victor Gruen au printemps de la même année sur le thèse « Urbanisme et commerce ».

Victor Gruen, dont les projets de centres commerciaux réalisés aux Etats-Unis sont l’objet d’attentions et d’intérêts particuliers de la part de nombre de professionnels et responsables politiques au début des années 1960, est sollicité dans un premier temps, en Europe, par les principaux acteurs du secteur du commerce, et notamment celui des grands magasins. En France, les premiers contacts sont pris par les dirigeants des magasins Prisunic, Au Printemps, et les Nouvelles Galeries, au moment où ceux-ci envisagent une nouvelle politique de diffusion de leurs activités à l’échelle du territoire national. De fait, la pensée architecturale et urbaine développée par Gruen dans l’après Seconde Guerre mondiale ne peut être comprise sans la considération de cette interface – qui fonde sa démarche de projet – entre le monde économique, du commerce, et celui de la planification, impliquant l’ensemble des professionnels et des acteurs politiques. Ainsi, si Gruen, à la fin des années 1960, est en effet missionné par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Parisienne pour une série d’études se rapportant, notamment, à la création de plusieurs villes nouvelles en projet en Ile de France (auxquelles il faudrait ajouter sa mission pour l’Etablissement Public pour l’Aménagement de la Défense), ce n’est pas uniquement en qualité de concepteur des centres commerciaux de Northland ou de Southdale, inaugurés au milieu des années 1950, mais aussi pour ses projets de rénovation urbaine – tels ceux du centre ville de Forth Worth, ou de Rochester, largement publiés ; sans oublier les projets de villes nouvelles également en cours de construction. Toute étude engagée pour organiser l’expansion de l’urbanisation à l’échelle métropolitaine était indissociable, selon Gruen, d’une attention équivalente portée sur la ville-centre. Conviction qu’il avait confirmée avec son ouvrage The Heart of our Cities. The Urban Crisis : Diagnosis and Cure (1964).

Tel était l’objectif de l’urbanisme « tri-dimensionnel » – three-dimensional planning – qu’il avait mis en œuvre et qu’il ne cessa de défendre. L’urbanisme était tri-dimensionnel en cela qu’il supposait de prendre en compte la multiplicité des échelles spatiales en jeu, mais aussi l’ensemble des activités, usages, fonctions, enjeux, problèmes, et ce, en considérant la faisabilité dans le temps, une échelle temporelle qui constituait elle-même une donnée majeure du processus de projet. L’urbanisme tri-dimentionnel s’opposait aux modes de faire de l’époque qui privilégiaient le point de vue d’une multitude de spécialistes abordant le problème selon des approches, des processus, et des objectifs à chaque fois différents, correspondant à chacune de leur « spécialité ». Il militait en faveur d’une approche multi-fonctionnelle, défendant l’idée de mixité sociale, économique et des activités, seul moyen de préserver et de faire se perpétuer le dynamisme d’une ville.
C’est ainsi que les premières conclusions apportées par Gruen, en janvier 1969, à la mission d’étude qui lui avait été confiée concernant le centre ville de la Ville Nouvelle d’Evry, pointaient la nécessité de « donner à notre étude des dimensions plus larges que le cadre strict du contrat afin d’atteindre des résultats dignes d’intérêt ». Il considérait en effet que le centre commercial ne pourrait être « intégré avec succès » dans le « cœur de la ville » que si l’on n’avait, au préalable, adopté un plan d’ensemble, les fonctions commerciales ne pouvant être considérées indépendamment des autres fonctions de la ville. Il critiquait également le « compartimentage » en des zones « strictement déterminées, réservées à des activités spécifiques » qui était d’ores et déjà opéré pour le « cœur de la ville », ce, alors même qu’une ville se devait de faciliter autant que possible les échanges, réduire le temps de transport, comprendre un nombre non négligeable d’habitations pour rester dynamique tout au long de la journée et de la semaine, et ne pas se transformer en un lieu sans vie une fois les bureaux fermés. Les différentes expériences françaises menées par Gruen démontreront combien l’urbanisme tri-dimensionnel était difficile à mettre en œuvre, celui-ci supposant un travail de concert de l’ensemble des services techniques, des administrations publiques mais aussi des acteurs privés, sans oublier les enjeux purement politiques.

Recherche s’appuyant sur un travail d’archives effectué durant l’été 2012 grâce à un Paul Mellon Visiting Senior Fellowship, Center for Advanced Study in the Visual Arts, National Gallery of Art, Washington, D.C.
[cf. en ligne : http://www.nga.gov/content/dam/ngaweb/research/CASVA/pdfs/center-33.pdf]

Alena Kubova interviendra quant à elle dans la session « Le Grand Paris et les Europes » avec une communication intitulée : 1950-1960. La ville socialiste de Prague : un avenir à réinventer.

Le programme