Sur la nécessité des biographies

Le genre biographique a quelquefois été contesté, au motif que les détails feraient perdre de vue l’œuvre du sujet. En ce qui concerne les Ingénieurs des États de Bourgogne, cette « recherche » nous est apparue nécessaire en découvrant l’existence d’une notice Dumorey dans Wikipédia, laquelle ne présentait que des difficultés. Prenons l’exemple du dernier paragraphe : « Avec Gauthey il fait les plans du pont de Pierre franchissant le ruisseau des Baulches sur la route de Moneteau à Auxerre et construit entre 1781 et 1786.» Il n’y a à peu près rien d’exact là-dedans : le projet du Pont sur le Rû de Baulches, Route d’Auxerre à la limite de la Généralité de Paris, est dessiné en 1782 par Charles-Joseph Le Jolivet, contre-signé Dumorey, l’exécution est menée par Antoine Antoine, lequel ayant constaté que le sol était sujet à affouillements, propose que l’emplacement du Pont soit légèrement déplacé, ce qui est approuvé par Gauthey, lequel n’a jamais mis les pieds en cet endroit qu’en passant, lors d’un voyage d’honneur ; le pont ne sera achevé qu’en 1790. (AD 21 C 3895 pour l’essentiel)

Pour avoir rédigé quelques biographes dans Wikipédia, nous avions pu constater les principales difficultés du genre, les sources et l’opinion, ce qui dans Wikipédia vous soumet à des contre-feux pas nécessairement attendus. Celle de Quatremère de Quincy, centrée sur ses apports à l’architecture, le Dictionnaire dans es différents états, les Considérations sur les Arts du Dessin et quelques éléments épars, n’a ainsi pas survécu à ceux qui ont pensé que sa carrière politique était première par rapport aux révisions théoriques que l’on peut constater entre les 2 états du Dictionnaire…. Celles de François Blondel (rédigée avant les publications de Gerbino) et de Jacques-François Blondel ont été beaucoup plus robustes et très peu modifiées jusqu’à présent. Pour chacune d’entre elles, la recherche des sources s’était limitée aux ouvrages dont ils étaient les auteurs, améliorée par les quelques opinions de contemporains que l’on pouvait trouver. Le Cours de François Blondel est parsemé de ses anecdotes de voyages, tout comme l’est L’Idea… de Scamozzi. Tout cela était évidemment améliorable et peut-être reprendrons-nous un jour celle de Jacques-François Blondel dont on s’étonne encore du peu d’intérêt qu’il suscite.

Concernant les biographies des Ingénieurs des États de Bourgogne, la plus ancienne tentative de notre part était celle de Gauthey, telle qu’elle a été publiée en Annexe 1 dans Un Ingénieur des Lumières : Émiland-Marie Gauthey. Évacuons tout de suite la question des erreurs. Elle a até écrite en 4 jours à partir de sa biographie faite par Navier, des contributions des auteurs et de quelques sondages dans les Archives de Saône-et-Loire. Les notices abrégées de l’exposition Les Ingénieurs des États… étaient un peu plus parfaites, si l’on ose, mais évidemment assez sommaires et un peu trop de seconde main : on pense ici aux éléments, relativement précis dans l’ensemble, donnés par François de Dartein dans son Étude sur les Ponts en pierre (…) Ponts français du XIIIe siecle : Bourgogne, Paris, 1909. Depuis, le temps a passé et nous en avons évidemment appris un peu plus en courant l’archive.

Une des questions les plus évidentes au cours de nos recherches fut celle des problèmes d’identité de nos ingénieurs. En toute rigueur, Thomas Dumorey ne portait aucun de ces deux noms le jour de sa naissance ; Joseph-Pierre Antoine avait une vie rêvée rapportée par son biographe, Claude-Xavier Girault, ou ceux qui voulaient bien l’écouter, comme Aubin-Louis Millin le prenant comme référence pour la rédaction de ses Antiquités Nationales lors de son passage à Dijon ; Gauthey passait sous silence ses activités hors de Bourgogne. Quant aux derniers entrés dans la carrière, François Pourcher, François Guillemot, Claude Niepce, Philippe Vionnois ou François Vaillant, le plus évident était leur naissance bourguignonne et les rapports familiaux, souvent croisés, avec ceux qui précèdent.

Bien entendu, rien n’est simple dans ces affaires, les sources sont incomplètes, certains dossiers impossibles à reconstituer, à l’exemple des travaux de Gauthey pour la construction du Pont de La Mulatière à Lyon, lequel partit au fil de l’eau, alors que Gauthey était déjà loin. Nous allons tenter, sinon de combler les vides, au moins de donner les éléments nécessaires, en commençant par Joseph Jean, futur Thomas Dumorey, ingénieur des Ponts et chaussées des États de Bourgogne de 1750 à 1782. Pour cela, il est apparu nécessaire de nous lancer dans une opération à laquelle nous nous étions refusé jusqu’alors, l’enquête dans les Registres Paroissiaux, en ayant heureusement à notre disposition les quelques éléments déjà glanés dans des archives plus faciles à interpréter. ET c’est ainsi…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.