Soutenance / Thèse de Mélanie Manin

03 structures spatiale-porteuse

La thèse de Mélanie Manin

intitulée: Du type au prototype. Outils et processus de conception du projet architectural élaborés par Henry Jacques Le Même (1897-1997)

sera soutenue publiquement le jeudi 30 octobre à 14h, dans l’amphi haut de l’ENSAG,

préparée au sein du Laboratoire de recherche Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire, école nationale supérieure d’architecture de Grenoble, dans l’école doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du territoire.

Devant le jury composé de :
Mme Catherine MAUMI , Professeur, ENSA Grenoble (Directrice de thèse)
M. Simon TEXIER, Professeur, Université de Picardie Jules-Verne (Rapporteur)
M. Richard KLEIN, Professeur, ENSA Lille (Rapporteur)
Mme Françoise VERY, Professeur honoraire (Examinateur)
M. Arnaud DUTHEIL, Directeur du CAUE de Haute-Savoie (Examinateur)
M. Bruno REICHLIN, Professeur émérite (Examinateur)

Résumé

La thèse interroge les processus de conception développés par l’architecte français Henry Jacques Le Même (1897-1997). Nous nous donnons à comprendre le savoir-faire qu’il a mis en œuvre par la pratique du projet afin de répondre à des commandes variées tant au niveau de leurs programmes que de leurs échelles de conception, et ceci dans des contextes historiques multiples. L’objectif est de déconstruire intellectuellement une partie de son œuvre par l’analyse architecturale et en inscrivant les projets étudiés dans leurs contextes de production afin de saisir les outils et méthodes de conception du projet qui lui sont spécifiques. Afin de mener des analyses précises, nous convoquons un corpus constitué d’un nombre de projets restreints et qui ont été conçus à des moments d’articulations dans la carrière de Henry Jacques Le Même ou à des époques historiques charnières, révélatrices des transformations du métier de l’architecte. Une première partie de la recherche vise à comprendre en quoi la déclinaison du type architectural du chalet du skieur, qu’il invente à la fin des années 1920 et sur lequel il travaille pendant près de 60 ans, permet à Henry Jacques Le Même de se constituer des outils de projet pour rendre sa pratique efficiente et répondre de manière ajustée à ses commandes. L’analyse architecturale d’un échantillon de projets de 19 chalets du skieur a pour objectif de repérer les principes du type architectural et les raisons de leurs évolutions. Pour comprendre comment la préfabrication, l’industrialisation de la construction ainsi que la transformation du statut de la commande influent sur la pratique architecturale de Henry Jacques Le Même, nous analysons les premiers projets où il doit intégrer ces nouvelles modalités dans l’exercice de conception. À partir de l’étude d’une demi-douzaine de projets expérimentaux que l’architecte conçoit dans les années 1940-1950, notre objectif est de saisir la démarche qu’il développe pour penser l’idée de prototype, la transformation des processus de construction, et l’architecture destinée au grand nombre. L’analyse des processus de conception des projets étudiés permet de révéler une recherche conduite par Henry Jacques Le Même sur la pratique de projet en vue de réduire la complexité au moment de la projection de l’espace. Elle s’établit à partir d’un renouvellement de ses outils intellectuels issus de sa culture architecturale et se traduit par un travail sur la composition, la définition d’un parti architectural ou sur la conception modulaire. D’autre part, l’architecte développe une méthodologie qui consiste à produire des ensembles sériels graphiques qui lui permettent de noter ses idées et intentions afin de progresser dans la pensée du projet. Pour mener à bien notre recherche, nous nous appuyons essentiellement sur l’étude de documents provenant du fonds d’archives de Henry Jacques Le Même, conservé aux Archives Départementales de la Haute-Savoie. Ces sources premières témoignent de la pensée en acte de l’architecte au moment de l’élaboration de ses projets et nous ont permis d’élaborer le contenu de notre recherche par une analyse croisée de la documentation écrite et graphique. Parallèlement nous avons entrepris un travail de re-dessin de plans originaux associé à des analyses graphiques. Cette méthode de recherche qui utilise les outils de l’architecte a permis d’opérer un procédé de déconstruction-reconstruction des projets analysés pour rendre lisibles et intelligibles leurs organisations et spécificités spatiales. La compréhension des architectures analysées a été précisée par un travail de documentation historique et théorique. La thèse a été menée au sein du laboratoire les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires, ENSA Grenoble, et dans le cadre d’une convention CIFRE avec le CAUE de Haute-Savoie.

Mots clés : 

Processus de conception architecturale, type architectural, prototype, XXe siècle, outils et méthodes de projet, analyse architecturale


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.