Colloque international / Architecture en milieu tropical. Construire le paysage, entre pratique et recherche.

Dans le cadre du colloque international “Architecture en milieu tropical. Construire le paysage, entre pratique et recherche”, organisé par l’Ecole d’architecture de La Réunion, antenne de l’ENSA Montpellier, les 30 et 31 octobre 2019 prochains, Manon Scotto proposera une communication intitulée :

“Un système en interaction avec son environnement humain, climatique et paysager. L’exemple du système EXN appliqué aux Cases Tomi à La Réunion (Fabien Vienne, Maurice Tomi)”

 

Résumé de l’intervention

Les territoires tropicaux cristallisent nombre de problématiques environnementales et sociales, qui impactent de façon notoire la conception de l’architecture qui s’y installe. Loin de se limiter à ses frontières métropolitaines, la France voit ainsi à travers ses Départements et Territoires d’Outre-Mer, des lieux riches de potentiels exploratoires pour la fabrique de l’espace. Lorsque l’architecte Fabien Vienne (1925-2016) accepte en 1974 de répondre à l’appel du constructeur Maurice Tomi (1924-1996), installé à La Réunion et désireux de renouveler sa gamme de maisons individuelles, les Cases Tomi, il ne sait pas encore qu’il s’engage dans une expérience qui marquera sensiblement sa façon de penser l’espace bâti.

Parmi les éléments de réponse, nous avançons que la « tropicalité » du territoire réunionnais pousse l’architecte à une rationalisation intellectuelle et constructive de son architecture, associée à un profond respect des dynamiques locales. Par ailleurs, nous portons l’hypothèse selon laquelle l’ouverture du système constructif EXN permet une architecture flexible, capable d’interagir et d’évoluer avec son environnement au sens large (géographie, climat, population), constituant une réponse adaptée à la fois aux enjeux climatiques, socio-économiques et culturels réunionnais.

Programme complet

5e Journée d’étude bernardo Secchi / Existenzminimum: les 90 ans du 2e CIAM

A l’occasion de la cinquième journée d’étude Bernardo Secchi “Ville moderne et ville contemporaine face à la transition. Existenzminimum: les 90 ans du 2e CIAM”, organisée le 24 septembre 2019 à l’EPF Lausanne par la Fondation Braillard Architectes, dans le cadre de son Programme de culture et recherche The Eco-Century Projet®, the Habitat Research Center de l’École polytechnique fédérale de Lausanne et le Centre Albert Hirschman sur la démocratie de l’Institut de hautes études internationales et du développement de Genève, Elise Simon proposera une intervention intitulée :

 “Régimes fonciers et conditions d’habitabilité. Le cas de l’Oderbruch, Allemagne”

Résumé de l’intervention :

Interroger les conditions d’Existenzminimum et d’Existenzoptimum invite à réfléchir aux relations que nous entretenons avec le sol, la ville contemporaine étant « en priorité un projet foncier capable de construire un horizon de sens pour une ville inévitablement dispersée, fragmentaire et hétérogène » (Secchi, 2006).
S’appuyant sur l’histoire du territoire de l’Oderbruch sud, le propos s’articule autour d’un double-enjeu :
–  Analyser les corrélations entre conditions foncières et conditions d’habiter à partir d’une lecture historique, holistique et systémique du territoire : une « écologie foncière » des interactions entre types de propriété foncière, d’usage des sols et d’habitat. Issue des champs de l’histoire environnementale et de l’écologie humaine, cette démarche recourt à une grille de lecture multidimensionnelle pour cartographier ces interactions : dans la dia- et la synchronie, en plan et en coupe, de la parcelle à la biosphère.
–  Replacer au cœur du débat sur les conditions d’Existenzminimum et -optimum la pensée, par les architectes, des rapports entre propriété foncière et paysage habité, depuis les textes fondateurs des CIAM jusqu’aux théories actuelles.
Cette communication vise ainsi à souligner l’enjeu politique que représente l’équité foncière, en tension entre les intérêts individuels et collectifs, dans la quête d’une meilleure habitabilité des territoires.

Le programme de la journée

Conférence / « Du logement à l’habitat, expérimentations architecturales de Chanéac, Häusermann et Costy dans les Alpes du Nord »

En lien avec l’exposition « Logement collectif : confort à tous les étages » présentée aux Archives Municipales d’Annecy, Mélina Ramondenc animera la conférence : Du logement à l’habitat, expérimentations architecturales de Chanéac, Häusermann et Costy dans les Alpes du Nord, le 29 avril 2019 à 18h30. Venez nombreux !

Lieu : Annecy, Archives Municipales

Pour en savoir plus : la programmation des Archives Municipales d’Annecy (mars-octobre 2019)

Journée Doctorale de l’ENSAG / 14 Avril 2019

Dans le cadre des journées doctorales de l’ENSA Grenoble de l’année universitaire 2018-2019, Pauline Chavassieux, doctorante en Géographie sous la direction de Georges Gay (EVS-ISTHME) et de Catherine Maumi (MHAevt), présentera le Jeudi 11 Avril l’avancement de son travail de recherche sous l’intitulé :

Dé-construire la ville : de la démolition au projet de déconstruction

Pour cette journée, Sandra Parvu, Architecte, Maître de conférences à l’ENSA Paris Val-de-Seine et Chercheur au sein du laboratoire LAVUE (UMR 7218 CNRS), est invitée pour participer aux débats et présenter son propre travail de recherche lors d’une séquence “Regard de chercheur”.

> Le programme de la journée

> Réseaux sociaux : La page Facebook A Faire / A suivre ; Le Blog 

Journée d’étude / De l’ouverture du process projectuel #4

La quatrième et dernière journée d’étude du cycle De l’ouverture du process projectuel intitulée « Les enjeux de l’institutionnalisation» aura lieu le mardi 9 avril 2019 à l’ENSAG.

Trois journées d’étude portant sur l’ouverture des process projectuel se sont déroulées durant les deux dernières années à l’ENSA de Grenoble. Une première journée s’est intéressée à la prise en considération de ces démarches dans le milieu de la recherche. Une deuxième journée a révélé différentes manières d’intégrer de telles modalités à la pédagogie. Une troisième journée s’est penchée sur les pratiques d’architectes mettant en application des approches de travail plus ouvertes et collaboratives.

Cette quatrième journée s’intéressera donc à l’institutionnalisation de ces processus : approches collaboratives, ascendantes, solidaires, démocratiques, participatives, etc. Entre conviction et instrumentalisation, ces approches sont aujourd’hui revendiquées et mises en application tant par des personnes, des regroupements, des collectifs, des associations, des institutions, que des politiques. Les ambitions et les démarches diffèrent : effet levier, accélérateur, projection d’un changement social, résistance aux marchés, aux modèles dominants.

Dans le cadre de cette journée d’étude, nous nous intéresserons aux enjeux de ces démarches, à leur mise en place et organisation ainsi qu’à leur concrétisation. Quelles sont ces démarches, quelles formes prennent-elles et qu’est-ce qui les différencient ? Qu’est ce qui les motivent et à quels fins ? À quels moments émergent-elles, par qui, dans quels objectifs et comment les penser ? Quels enjeux et thématiques soulèvent-elles ? Quels impacts sur les projets, notamment sur l’architecture ? Qu’en est-il de l’accessibilité à de tels processus ?

La journée est ouverte à tous !
Entrée libre


Pour en savoir plus :

site internet du cycle De l’ouverture du process projectuel

affiche


Informations pratiques
Organisateur : Laboratoire MHAevt, ENSA Grenoble
Coordination : Stéphanie Dadour

Lieu : ENSA Grenoble, 60 avenue de Constantine, 38036 Grenoble // Amphithéâtre Haut

Date : mardi 9 avril 2019

Contact :
Stéphanie Dadour : stephanie.dadour@grenoble.archi.fr

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires ISSN 2496-1930