CONFÉRENCE-DEBAT / « Le nouvel urbanisme sera agricole ou ne sera pas ! »


Catherine Maumi a été invitée à contribuer à la conférence-débat « Le nouvel urbanisme sera agricole ou ne sera pas ! » organisée par Augustin Rosenstiehl au Pavillon de l’Arsenal (Paris) le 13 novembre 2018.

Catherine Maumi a présenté ses travaux sur le projet de Broadacre City de Frank Lloyd Wright et les pensées développées au début du XXe siècle visant à fonder une « éthique de la terre ».

La soirée rassemblait Pierre Janin, Catherine Maumi, Sébastien Marot et Augustin Rosenstiehl, modérateur et commissaire scientifique de l’exposition « Capital agricole » inaugurée le 3 octobre 2018 au Pavillon de l’Arsenal.

Regarder la conférence-débat en ligne

Journée doctorale de l’ENSAG / 15.11.2018

Dans le cadre des Journées doctorales de l’ENSAG de l’année universitaire 2018-2019, Caterina Franco présentera l’avancement de son travail de recherche le jeudi 15 novembre 2018. Sa communication sera intitulée:

Dans le lieu et dans le temps : une relecture de l’histoire des stations touristiques de haute-montagne. Enjeux méthodologiques pour l’étude des transformations d’un territoire

> Pour plus d’informations sur ces journées: le programme.

Journée d’étude / Archive filmique

Journée d’étude 
«Archive filmique » 

Quelle place peut jouer la représentation audiovisuelle pour la connaissance d’un lieu ?

Lundi 5 novembre 2018 
ENSAG – Amphi Haut

Le laboratoire les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires organise la journée d’étude intitulée « Archive filmique, quelle place peut jouer la représentation audiovisuelle pour la connaissance d’un lieu ? », le lundi 5 novembre 2018.

Quelle place peut jouer la représentation audiovisuelle pour la connaissance d’un lieu ?

Depuis plus d’un siècle de production nous constatons le développement et la place grandissante qu’occupe la production audiovisuelle. L’évolution du numérique et la commercialisation d’outils de prises de vue maniables, encouragent et facilitent l’enregistrement du réel et le travail de restitution. Les images toujours plus nombreuses, produites dans un cadre professionnel ou amateur, sont autant d’éléments qui documentent le réel.
Qu’elle soit faite dans un but de conservation, d’analyse, de création, de narration, à des fins privées ou publiques, l’image animée est une archive qui est matière à analyse.
La banalité de certains espaces aujourd’hui disparus ou largement modifiés depuis leur réalisation, peut nourrir la connaissance du chercheur en architecture ou en urbanisme. L’image audiovisuelle délivre un témoignage au même titre que l’archive écrite ou photographique par exemple. Mais sa possibilité de saisir l’espace et le temps «en acte» en fait un outil singulier. Dans ce contexte, le film a une place privilégiée à jouer dans la réflexion menée sur nos environnements. En cela, il est porteur d’une mémoire ordinaire sur laquelle nous pouvons, en tant qu’architectes et urbanistes, nous appuyer pour comprendre, apprendre, mais aussi proposer.
Durant la journée d’étude, nous nous interrogeons sur la valeur de la source qu’est l’image audiovisuelle dans sa diversité, pour la mémoire des lieux comme analyse des territoires.
Qu’elle soit produite dans un but institutionnel ou à titre privé, comment se saisir de cette source, comment l’intégrer à la recherche ?
Nous nous intéresserons également à la production scientifique liée aux archives filmiques. Nous regarderons comment les chercheurs en architecture et en urbanisme s’emparent de ce matériau audiovisuel et quels types de productions en découlent. Une diversité de recherches, empiriques comme théoriques, seront abordées.
Cette journée s’appuie volontairement sur un large panel. En effet, il s’agit d’interroger toute la production audiovisuelle, depuis l’archive du film de fiction, du documentaire, du film institutionnel, ou de la prise de vue “amateur”, et ce, afin de susciter des questionnements quant aux types de films et aux propositions scientifiques qui peuvent y être liés.

La journée est ouverte à tous !
Entrée libre


Pour en savoir plus :

> programme :  en pdf

> affiche


Informations pratiques
Organisateur : Laboratoire MHAevt, ENSA Grenoble
Coordination : Anne Faure, Coline Philibert

Lieu : ENSA Grenoble, 60 avenue de Constantine, 38036 Grenoble // Amphithéâtre Haut

Date : lundi 5 novembre 2018

Contact :
Anne Faure : faure.a@grenoble.archi.fr //
Coline Philibert : philibert.c@grenoble.archi.fr

Soutenance / Claire Rosset

La thèse de Claire Rosset, intitulée:

Imaginaire du passé et pensée du monde moderne. Processus de médiatisation chez Albert Laprade, architecte.

sera soutenue publiquement le lundi 17 septembre 2018 à 14h, dans l’Amphi. Simounet (ENSAG)

Elle a été préparée au sein de l’équipe d’accueil 7445 Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire, école nationale supérieure d’architecture de Grenoble, dans l’école doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du territoire, Université Grenoble Alpes dans le cadre d’une CIFRE avec le CAUE de Haute-Savoie.

Devant le jury composé de :

  • Laurent BARIDON, Professeur, HDR, Université Lumière Lyon 2, Rapporteur
  • Arnaud DUTHEIL, Directeur du CAUE de Haute-Savoie, Examinateur
  • Hélène JANNIÈRE, Professeure, HDR, Université Rennes 2, Rapporteure
  • Catherine MAUMI, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, Directrice de thèse
  • Simon TEXIER, Professeur, HDR, Université de Picardie Jules-Verne, Examinateur
  • Estelle THIBAULT, Maître de conférences, HDR, ENSA de Paris-Belleville, Examinatrice

Résumé :

Le débat architectural du début du XXe siècle semble sous-tendu par les oppositions entre les tenants d’une tradition comme transmission historique ou régionale et ceux d’une modernité comme revendication de la tabula rasa. Mais si la modernité « intervient comme une coupure entre le passé et l’avenir […], elle assure aussi la jonction qui permet au passé de s’enrichir et à l’avenir de se souvenir » (GASSELIN F.-D., 2007). Elle peut ainsi être observée dans les rapports qu’elle entretient avec la tradition, l’intérêt pour les cultures traditionnelles et vernaculaires s’amplifiant simultanément à l’émergence de la modernité architecturale. La thèse interroge les processus de fabrication qui permettent à l’architecte de construire une idée de la modernité architecturale qui se réclame de la tradition.

Les enjeux de reconstruction après les guerres mondiales radicalisent les débats, conférant à la presse et aux grandes expositions internationales des rôles stratégiques de diffusion des idées. Les architectes en sont les acteurs principaux. En considérant l’architecture dans toutes ses dimensions de production (édifiée, représentée, écrite et publiée), nous formulons l’hypothèse qu’elle peut être analysée comme médium (c’est- à-dire comme support d’un message) et comme média (c’est-à-dire comme vecteur de communication). Par ailleurs, nous supposons que dans le processus de publication l’architecte fabrique simultanément un imaginaire du passé et une pensée du monde moderne.

Nous identifions trois mouvements dans le processus de fabrication de cette pensée de la modernité. Dans un premier temps, nous nous intéresserons au passage de l’architecture édifiée à l’architecture représentée en interrogeant la capacité des architectes à construire des filiations historiques et/ou géographiques, notamment à partir de l’observation de l’existant. Dans un deuxième temps, nous analyserons les relations entre architecture édifiée et architecture publiée en considérant, comme Beatriz Colomina, que le média imprimé permet un «nouveau contexte de production, existant en parallèle au terrain de construction » (COLOMINA B., 1988). Enfin, en étudiant le passage de l’architecture publiée à l’architecture racontée, nous interrogerons le rôle des espaces de publication dans les processus de mise en récit de l’architecture.

Afin de conduire cette étude, nous nous appuyons sur la production de l’architecte Albert Laprade (1883-1978). Acteur sur la scène architecturale moderne, il va participer également à la reconnaissance de l’architecture traditionnelle. La diversité de sa production nous permet de constituer un corpus édifié, dessiné et écrit qui s’élabore à partir de la forme publiée de son travail :

  • articles parus sur sa production bâtie (publiés par d’autres architectes),
  • articles écrits par Albert Laprade (presse professionnelle ou non),
  • ouvrages de l’architecte tels que les Albums de croquis.

Mots clés en français: relevé d’architecture ; architecture vernaculaire ; médium/média ; imaginaire ; publication architecturale ; Albert Laprade

>>> affiche

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires ISSN 2496-1930