Présentation générale

Nous allons donc publier ici un ensemble d’éléments tirés de nos travaux antérieurs, certains déja partiellement publiés, d’autres laissés en friche en l’attente d’occasions qui ne sont jamais venues ou qui ont été mal exploitées, « the debris of a picnic » pour reprendre une formule de Lewis Carroll.

Certains pourront penser qu’il s’agit là d’une forme moderne du cabinet de curiosités, sa collection de monstres et ses dents de requin pétrifiées rangées dans le tiroir des pierres précieuses. C’est en partie vrai, mais une vie passée à lire et à fouiller des archives quelquefois improbables, ça donne ça.

La section autobiographique est quelquefois nécessaire. On passera sur les jeunes années passées à explorer des livres d’auteurs dont on n’avait jamais entendu parler avant, les charmes de l’insomnie, en quelque sorte, pour en arriver à la partie qui devrait vous intéresser, l’Architecture et ses dépendances.

L’ère pré-académique.

À l’origine, une carrière d’étudiant à l’École d’Architecture de Lyon (1974-1983) qui s’était achevée par un diplôme (terme consacré de l’époque) elliptiquement intitulé La Ville à coups de marteau ou l’Architecture sans maître (cent mètres (de silence)), une sorte d’hommage ramassé à mes différents maîtres à moi, F.W. Nietzsche, P.-A. Jaffrenou (par la médiation de Pierre Boulez), Jim Thompson, etc. La section entre parenthèses avait été supprimée, le tout étant déjà un excursus.

Du thème général, quel avait été le rôle de l’architecte dans les différentes étapes de la Civilisation Industrielle (pour reprendre une formule de Jean-Claude Beaune), nous en étions passé à une question beaucoup plus intéressante à nos yeux : pour quelles raisons les architectes du XIXe siècle commençant n’avaient-ils eu pratiquement aucun rôle réel dans la fabrication de la ville et de ses objets en ces temps alors pour nous bien obscurs ? La réponse était alors pour nous dans les contenus et les méthodes de l’enseignement de l’architecture. Après, tout fut concours de circonstances, hasard et pérégrinations, ce qui nous laissa avec un corpus réduit pour l’essentiel au Précis… de Jean-Nicolas Durand, à Mandar, aux différents cours de Louis-Charles Mary à l’École Centrale des Arts et Manufactures, à la Revue Générale de l’Architecture et des Travaux Publics intégralement parcourue, à Léonce Reynaud et, en outsiders, Ledoux, Dubut, Sobry et l’excellent Jeremy Bentham, dont l’Equisse d’une maison en faveur des pauvres, une version bienveillante de Panoptique, avait fait nos délices.

La suite en fut le travail sur l’Enseignement de l’Architecture dans les Écoles d’Ingénieurs qui fit notre mémoire de CEAA, les mêmes Durand, Mary, Reynaud, 3 carnets d’élèves à l’École Polytechnique, un portefeuille d’ingénieur de l’École du Génie de Mézières et ce qu’on glane en passant dans des circonstances quelquefois étranges : de ce temps reculé me sont restés une copie du Cours… de François Blondel, une autre de celui de d’Aviler version 1691, celle du Dictionnaire d’architecture de l’Encyclopédie Méthodique de Quatremère de Quincy et une foultitude de trucs et machins qui servent encore à l’occasion.

En ces temps reculés, la recherche se faisait au hasard des ressources de bibliothèques et, quitte à être quelque part, autant en profiter pour parcourir des catalogues, sortir l’in-folio d’à-côté et, après tout, puisque l’on est dans les rayons, regarder ce qui s’y passe. C’est ainsi que nous sommes passé par Isidore de Séville, Alsted et autres Micraelius, les encyclopédies et dictionnaires.

L’âge académique.

La première recherche en due forme, on veut dire par là réellement subventionnée, avait comme objet Philippe de La Hire, qui fut successivement peintre, géomètre, astronome avant d’entrer comme mathématicien à l’Académie des Sciences et au Collège Royal. Nommé à la surprise générale Professeur de l’École de l’Académie d’Architecture en 1687, succédant à François Blondel, Philippe de la Hire en fut le professeur en exercice pendant 31 années. L’Oeil du Géomètre (1988) était la suite d’un récollement complet des trvaux de ladite Académie, vus sous l’angle des pratiques techniques. La propositon d’éditer le cours qui figure dans le catalogue du R.I.B.A ne fut pas retenue, au prétexte que l’on ne travaille pas deux fois de suite sur le même sujet. Difficile à comprendre, mais le monde est ainsi fait. Ma transcription, indexée et commentée, est toujours disponible, elle sera publiée au fil du temps.

Et c’est ainsi que, en collaboration avec Hervé Lequay (MAP-Aria, ENSA Lyon), nous nous retrouvâmes à programmer un didacticiel, Perspectiva, dont l’objet était une présentation des méthodes de mise en perspective, comprenant une partie mathématique, une section programmation algorithmique, un modeleur permettant de comparer ces méthodes, un original et parfaitement fonctionnel « algorithme vitruvien » (i.e. en fait, la mise en perspective suivant les règles de l’optique antique) et une section lexicale destinée à expliquer les différents termes, à laquelle on rajouta une présentation des auteurs, une bibliographie, des référencements de la perspective dans les traités et manuels d’architecture, de dessin ou de mathématique, etc. Cette section Base de Données, parfaitement fonctionnelle, nous a servi, jusqu’à récemment encore, à stocker toutes nos données diverses.

La troisième période est celle des travaux sur les ingénieurs des États de Bourgogne. Elle tire son origine d’un projet de colloque destiné à célébrer en 1992 un très approximatif bicentenaire de la mise en fonction du Canal du Charolais et la mémoire de son très estimé concepteur, Émiland-Marie Gauthey, héros régional et véritable aspirateur à attribution de tout édifice important conçu en Bourgogne entre 1750 et 1810 [Note :  Anne Coste, Antoine Picon, Francis Sidot dir., Un Ingénieur des Lumières : Émiland-Marie Gauthey, Presses de l’École nationale des Ponts et chaussées, 1993]. Si le colloque ne remit pas vraiment d’ordre dans ces dernières querelles, il agit comme révélateur quant aux vertus subventionnelles des entreprises liées à l’histoire de l’aménagement du territoire, fût-il bourguignon. La conséquence en fut l’exposition de 1997, Les Ingénieurs des États de Bourgogne 1682/1790, vaste évocation en 208 objets + 1 des différents types de travaux menés par Gauthey et ses prédécesseurs. La somme documentaire accumulée pour ces diverses occasions nous donna l’idée d’une thèse qui n’aboutit pas, mais les dépouillements effectués, 2000 liasses et registres, 2800 dessins répertoriés, faisaient un délaissé beaucoup trop important pour être éternellement relégués dans un disque dur. Elle s’est continuée jusqu’à maintenant, par la partie historique de l’exposition permanente sur le Canal de Bourgogne à Pouilly-en-Auxois, et autres contributions diverses, la dernière en date sur l’historique de la construction de la Tranchée de Génelard (1785-1791).

Autre secteur de notre activité, les travaux lexicographiques, à l’exemple de l’article « Rue » de l’Aventure des Mots de la Ville. Nous avons évidemment puisé dans les ressources de la Base de Données Perspectiva, entamé une lecture des différentes chartes, coutumiers, etc. et autres textes postérieurs à notre temporalité habituelle. L’article original dépassait d’un facteur 10 l’espace alloué, une version facteur 5 existe, la réduction a été opérée par Jean-Charles Depaule ; on regrettera particulièrement la disparition de la version Eugène Labiche relative à la perception des nomenclatures de voies, qui méritera un rappel. Les dicussions terminologiques ne sont jamais entièrement vaines.

Une autre manière de découper le temps

Sur la longue durée, 30 ans déjà, nous avons pu connaître plusieurs ères nouvelles : il en commence à chaque minute, suivant la formule de Robert Musil. Le tout début, c’est avant l’ordinateur. Ainsi ne reste-t-il plus de traces assemblées et complètes des recherches les plus anciennes. Dès 1986 et le travail sur les productions « scientifiques » de l’Académie d’Architecture, l’ordinateur a été notre principal instrument. A quelques fichiers près, tout a été conservé, dans la Base de Données Perspectiva ou individuellement. Comme nous avions, quelquefois, du temps libre, nous avons saisi le De Architectura vitruvien ou le commentaire Barbaro (à l’exception du chapitre sur la gnomonique, je ne connais rien aux signes zodiacaux), le dictionnaire de Quatremère, lui, était parfaitement adéquat à une saisie directe en Base de Données et de même pour l’Ample Explication de d’Aviler.

 Cela pour distinguer entre deux époques, avant-après Internet. Bon nombre de textes disponibles sur le web ont été saisis par OCR et, très souvent, non-corrigés. L’exemple-type est celui du s long qui devient f ou autre chose, mais les taches, signes typographiques, etc. ont souvent suffi à créer des textes illisibles. Bien sûr, nous nous en servons à l’occasion, pour l’Historia Naturalis de Pline par exemple, ou quand il y a d’assez bons index, comme dans la base Intratext.

 La libéralisation de l’accès aux textes anciens, leur multiplication ont fait que des choses jusque là inédites, sont apparues sur le marché, comme l’Idea de Scamozzi (e-rara). Mes inédits sont de moins en moins inédits, on vérifiera dans la mesure du possible la réalité de cette assertion.

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires ISSN 2496-1930