Tugurium

Le tugurium, tigurium (Vitruve, II-i-5) ou tegurium (Isidore de Séville, XV-xii-2), c’est la cabane de roseaux selon Perrault, plus généralement, c’est un édicule (habitaculum) simplifié sans porte ni mur dans lequel ceux qui vivent des fruits de la terre resserrent leurs récoltes, par exemple les figues chez Columelle (de Re Rustica, XII-xv.). Si, comme il nous arrive, on privilégie les textes de droit, tugurium désigne dans le Codex Justinianus tout édifice convenant mieux aux usages rustiques qu’à la vie urbaine (Pomponius, Digeste 50-16-180 proemium). Ceci intégre la très humble chaumière, à l’exemple de ce qu’hérita de son père le centurion Spurius Ligustinus, vers 170 av. J.-C., une jugère de terre (une surface se labourant en une journée) et un pauvre tugurium (Tite-Live, Ab urbe condita, XLII-iii-34).

Tugurium est un carnet de recherches publiant des ressources qui ont été compilées depuis une trentaine d’années, au fil des différentes situations vécues par l’auteur. Le thème central reste l’architecture, vue à travers la production de textes, traités, manuels, dictionnaires, devis, etc., imprimés ou manuscrits, sur une période qui va, pour simplifier, de Vitruve à Léonce Reynaud. Un intérêt plus particulier est porté à ces savoirs que l’on dit, de nos jours, du domaine de l’ingénieur, mais qui, longtemps, ont été le domaine de l’architecte, comme en témoignent Vitruve, Alberti ou François Blondel.

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires ISSN 2496-1930