Manon Scotto

FORMATION
2015 : Diplômée d’État en Architecture, mention Recherche  (ENSA Marseille)

Doctorante en Architecture

Membre du laboratoire depuis décembre 2016

Domaines de recherche
– l’outil conceptuel en architecture
– l’industrialisation de l’architecture
– le patrimoine architectural du XXe siècle.

Mots-clefs :
Trame, concepts, industrialisation, XXe siècle, France, outil de l’architecte, processus conceptuels, méthodes de projet, pensée architecturale, histoire, théorie

Contact : scotto.m@grenoble.archi.fr
Liens : HAL / Actualités 


Financements
– Depuis janvier 2017 : Contrat Doctoral du Ministère de la Culture et de la Communication du  01-01-2017 au 31-12-2019


Travaux de recherches en cours

Thèse (en cours) : 
Titre :
«La ré-interrogation du concept de trames en architecture par le processus d’industrialisation du bâtiment en France des années 1950 à 1980.»

Directeur de thèse : Catherine Maumi
Année d’inscription : décembre 2016
Résumé :

Selon Guinzbourg dans son ouvrage Le rythme en architecture, le rythme est le fondement même du langage architectural en tant que mode de composition dynamique de l’architecture, caractérisé par sa permanence au fil de l’Histoire, et s’accomplissant notamment à travers le concept de trame. Véritable guide dans la recherche formelle, elle devient synonyme d’unité réflexive dans une société où la sérialité est un principe omniprésent. Le XXe siècle représente une période particulièrement prolifique en termes de pensées sur la trame, pour ses avantages esthétiques comme fonctionnels. Ces différentes caractéristiques soulèvent la complexité de l’outil de la trame, qui repose à la fois sur des notions d’immatérialité, de construction, de mesure ou de composition.

La notion de trame se veut ici pertinente en permettant de croiser les enjeux de la conception architecturale avec les impératifs constructifs, pour interroger le processus de fabrication de l’architecture dans son ensemble. Cette recherche propose ainsi d’analyser les outils intellectuels de conception élaborés par l’architecte soucieux de saisir pleinement comme donnée du projet les possibilités que représentent les procédés industriels de fabrication ou préfabrication du bâtiment, de manière à maîtriser l’ensemble de la chaîne et édifier une architecture qui ne soit pas le produit de l’industrie mais qui, au contraire, mette le potentiel industriel à son service.

Dans une société dictée par des impératifs essentiels de rentabilité, peut-on renoncer à ce que les trames réalisent dans la structuration du plan de composition ? Cette question laissée ouverte met en lumière un fait important : ce n’est pas l’emploi des trames qu’il importe de justifier, mais l’usage des concepts opératoires qu’elles permettent de révéler. En analysant les différentes périodes historiques où la trame a joué un rôle déterminant dans la conception architecturale, celle de l’industrialisation parait particulièrement intéressante. Processus de fabrication de l’architecture observé dès les années cinquante, l’industrialisation du bâtiment vise à réduire les coûts de revient de la construction par sa rationalisation maximale. Les procédés mis en place sont alors ceux de l’emploi d’éléments standardisés et préfabriqués de manière générale, et donc une main d’œuvre ainsi qu’un chantier plus économiques.

Malgré des productions architecturales variées, des choix d’industrialisation lourde ou bien légère, un outil semble unir certains d’entre eux : la trame. Elle établit un dimensionnement, comme un canevas du projet à partir duquel tout l’espace se compose. La réflexion est menée en portant une attention toute particulière aux matériaux, à leur production en série, aux capacités des machines. Le contexte historique de la Reconstruction en France ne peut qu’encourager cette posture qui tend vers une économie, une rentabilité, une rapidité de production. La trame n’est alors pas seulement utilisée comme un outil graphique de composition esthétique d’un bâtiment. Il devient le moyen de le produire à grande échelle, et aborde véritablement la technique, la technologie. De ce fait, la trame aborde l’espace dans ses trois dimensions, en amenant la notion d’assemblage, de système constructif. Au delà d’une grille, la trame est donc un système, devenant un support incontournable de la construction ce moment particulier de la production architecturale.
A partir de ce constat a émergé la conviction que la trame n’est pas un outil désuet, mais fait partie de ceux qui évoluent avec les sociétés, les innovations technologiques et donc avec l’architecture. Renouvelée sans cesse, la trame garde son entière place dans la conception architecturale d’aujourd’hui et de demain, et mérite à ce titre d’être ré-interrogée encore actuellement de manière théorique comme conceptuelle.

La rationalisation de l’architecture par le biais de l’industrialisation et de l’utilisation des trames devient ainsi l’articulation d’enjeux à la fois économiques, conceptuels et esthétiques, en faisant un sujet qui questionne des problématiques actuelles dans la conception du projet d’architecture.
L’objectif de ce travail de recherche est double, soulevant d’une part une démarche propre à la discipline architecturale où il s’agit de questionner l’utilisation de la trame, du module, et de la combinatoire dans le processus de conception architecturale ; et de saisir d’autre part cet usage dans un réseau de facteurs multiples liés à cette période que sont l’incitation politique de l’Etat à l’industrialisation à partir de 1971 (Plan Construction, Modèles innovations, normalisation, etc.) ou encore l’apport de l’informatique (développement des logiciels de dessin et de modélisation).Nous proposons l’hypothèse selon laquelle l’innovation technique nourrit l’innovation de la conception en architecture, et où construire devient un processus à la fois technique et esthétique. Face à une sollicitation gouvernementale prônant une production architecturale préfabriquée, la trame constitue selon nous un outil de création essentiel de l’architecte pour penser l’architecture et ne pas se restreindre au rôle de l’ingénieur ou du constructeur. Au-delà d’être une contrainte que le concepteur s’impose comme principe opératoire de composition, la trame devient une façon de concevoir un projet et de porter les théories de l’architecte. Dans un contexte actuel où la voix de l’architecte se voit parfois étouffée par celle des entrepreneurs ou des grands groupes de constructeurs, ce sujet réinterroge la portée créatrice de l’architecte face aux modes de production.

Ce projet de thèse engagera donc l’analyse de la place de la trame dans la conception des projets architecturaux choisis, l’étude de l’incitation publique et politique soulevée par le Plan Construction et les concours de logements lancés par l’Etat à cette période, l’interrogation des techniques mises en œuvre dans la construction industrialisée, à savoir les systèmes modulaires et d’assemblage, et enfin l’ouverture sur l’implication des mathématiques et de l’informatique au lendemain de cette évolution industrielle. Cette analyse fait effectivement naître l’ouverture de la réflexion sur d’autres processus ayant influencé la conception architecturale, et notamment l’informatisation, aujourd’hui admise comme base de la profession. En cela, ce travail de recherche à la fois historique et analytique témoigne d’une actualité évidente en proposant une ré-interrogation des outils conceptuels du projet architectural.

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires ISSN 2496-1930