Catherine Maumi

Catherine maumi
FORMATION
2007 : Habilitée à diriger des recherches (Paris VIII).
1997 : Docteur de l’EHESS (Paris) en Etudes urbaines.
1989 : Architecte dplg.

Professeur en histoire et théories de           l’architecture et des formes urbaines

Membre du laboratoire depuis 1989

Domaines de recherche
– Théories architecturales et urbaines (XXe siècle).
– Histoire et théorie de l’architecture et de la ville, aux Etats-Unis.
– Pensée du territoire, aux Etats-Unis (régional planning, décentralisation, pensée environnementale)

Mots-clefs 
architecture, ville, territoire, Etats-Unis

Contact :
Lien : HAL / Actualités


Distinctions 

– Bourse de recherche CEAA (Ministère de l’équipement), 1991-92.
– Bourses de recherche Lavoisier (Ministère des affaires étrangères) pour les Etats-Unis, en 1992-93 et 1993-94.
– Bourse d’étude du Centre Canadien d’Architecture (Montréal), été 2011.
– Paul Mellon Visiting Senior Fellowship, Center for Advanced Study in the Visual Arts, National Gallery of Art, Washington, D.C., été 2012.


Travaux de recherches en cours

La démarche adoptée depuis les premières recherches se fonde sur un constant aller-retour entre les cultures architecturales européennes et étasuniennes. L’importance que revêt ce « détour » par la culture architecturale et urbaine nord-américaine – qui, à en croire Tafuri et Dal Co, revêt « des caractères “impurs“ quand on la compare à la culture européenne » – tient en plusieurs points, à la fois méthodologiques mais aussi épistémologiques. Outre de faciliter une distanciation indispensable avec l’objet d’étude, il implique également de questionner l’architecture dans ses fondements pour être à même de comprendre des pensées architecturales différentes car conçues en rapport à d’autres idées du monde habité, opposées dans ce cas des Etats-Unis à celles véhiculées par la culture européenne, longtemps dominante. Francesco dal Co introduit cet élément dans la réflexion lorsqu’il évoque l’« architecture sans architecture » caractéristique de la « tradition américaine ». Il explique : « Ici, la “forme“ doit être pensée dans la fusion organique entre plan et habitation, selon des considérations sociales et dans les espaces libres de verdure naturelle, plutôt que dans des “façades“ […]. La ville de la Nouvelle-Angleterre et Central Park, comme Radburn, étaient sans “architecture“ et étaient déjà le produit intégral d’une culture architecturale. »

Une telle conception de l’architecture « sans architecture » nous a ainsi plongée dès le début de nos recherches dans un autre mode de conception de l’articulation édifice-ville-territoire, de même qu’elle nous a invitée à revisiter certains antagonismes fondeurs de la culture architecturale européenne. Elle nous a permis de prendre conscience, notamment, que la médiation par la modalité ville n’était pas obligée, l’architecture consistant avant tout en une dialectique édifice-territoire. Ce faisant, nous avons été amenée à reconsidérer la relation ville-nature et à réinterroger sous cet angle l’idéal « anti-urbain » – ou du moins qualifié comme tel depuis les années 1960 –, attaché à la culture américaine. Cette réflexion conduite plus spécifiquement dans l’ouvrage Usonia ou la ville-nature américaine (2009) a été depuis lors poursuivie en choisissant d’approfondir la spécificité de la pensée développée par les défenseurs de la décentralisation, au cours des années 1920-1930, qu’il s’agisse des partisans du Regional Planning – Benton MacKaye en tête –, ou d’une architecture organique « réintégratrice », développée par Frank Lloyd Wright avec Broadacre City.

Notre intérêt pour la décentralisation, aux Etats-Unis, tient en ce qu’elle permet de dépasser la question ville-nature, telle que posée aujourd’hui, pour réinterroger des pensées développées il y a bientôt un siècle mais qui trouvent néanmoins de nombreux échos dans le débat contemporain. D’où l’utilité, nous semble-t-il, de revisiter ces projets dont l’objectif visait à réduire le monopole des grandes métropoles et l’appauvrissement considérable des campagnes, ce qui supposait, selon leurs auteurs, de penser l’urbanisation future en de nouveaux termes. Sont alors élaborés de nouveaux principes justifiant l’invention d’une nouvelle science, celle du Regional Planning selon Benton MacKaye, qui participa à l’émergence et au développement de la pensée environnementale. L’objectif visé avec le Regional Planning était de rendre la terre plus habitable, ce qui supposait de considérer à la fois les dimensions physiques, économiques, sociales et naturelles, chacune d’entre elles constituant un écosystème indissociable des autres.

Le projet de Broadacre City conçu par Frank Lloyd Wright pendant la première moitié des années 1930 se distingue quant à lui en cela qu’il propose une solution architecturale au problème. Il s’inscrit dans la lignée des propositions visionnaires allouant à l’architecture une mission fondamentale dans l’édification d’un nouveau monde politique et social. Avec Broadacre City, Wright inscrit sa pensée de l’architecture dans le grand récit de l’histoire des Etats-Unis. Il introduit une nouvelle échelle de conception participant à enrichir sa définition de l’architecture organique, i.e. démocratique. Son architecture n’est plus pensée en référence à la ville, dépasse les dimensions de la région, pour considérer la vaste étendue du territoire d’Usonia. Broadacre City nous donne ainsi à comprendre l’évolution de la pensée architecturale – c’est-à-dire politique, économique, sociale – de Wright dans ces années de crise et de conflits mondiaux. Fidèle à l’idéal démocratique de Jefferson, il assigne en effet à l’architecture une mission essentielle : celle d’ancrer la démocratie sur le sol des Etats-Unis. La lutte contre la concentration – des pouvoirs, des richesses – que symbolisent la métropole et le phénomène de métropolisation passe en effet selon lui par un autre mode de gestion du sol et l’adoption de nouveaux modes d’habiter, réduisant à néant toute distinction entre ville, campagne, et nature. Ce projet fondé sur une alliance ville-nature, une économie coopérative, les circuits courts de production, permis par la décentralisation et le refus de toute spécialisation, n’a sans doute jamais résonné d’une façon aussi contemporaine qu’en ce début de XXIe siècle.

Les recherches ont pu être poursuivies grâce à une bourse du CCA. http://www.cca.qc.ca/fr/centre-d-etude/1589-choix-du-chercheur-catherine-maumi-retrace-les-publications

Un nouvel axe de recherche, ouvert depuis 2012, consiste en l’exploration de la pensée architecturale de Victor Gruen, nous invitant à nous plonger dans l’après Seconde Guerre mondiale. Qu’il s’agisse des adeptes de la décentralisation dans les années 1920-30, ou de Victor Gruen dans l’après Seconde Guerre mondiale, nos recherches en cours confirment l’attachement à une pensée architecturale questionnant l’évolution du monde contemporain, d’un point de vue tant économique que politique, ou social. Les objets de recherche s’inscrivent en effet dans des périodes de grands bouleversements (la crise d’avant guerre pour Wright, le monde de la consommation de masse pour Gruen), et défendent l’idée que l’architecte, et l’architecture, ont un rôle majeur à jouer dans la conception d’un monde socialement plus juste et cohérent, économiquement plus équitable, politiquement plus démocratique, et écologiquement plus responsable. Pour cette raison, leur conception de l’architecture ne dissocie pas la pensée de l’édifice (de l’habitat notamment) de celle de la communauté d’habitants, échelle particulièrement explorée par leurs projets et qui implique de questionner l’organisation de la ville elle-même, en lien avec son territoire.

Victor Gruen (1903-1980) estimait en effet que l’essentiel des problèmes auxquels étaient alors confrontées les villes américaines provenait de ce que des « centaines de spécialistes » œuvraient pour tenter d’apporter des solutions aux dysfonctionnements dont elles étaient l’objet, mais selon des approches, des processus et des objectifs à chaque fois différents, correspondant à chacune de leur spécialité. « Les hommes de la Renaissance n’avaient pas ce problème » affirmait-il, se référant aux dessins de Léonard de Vinci. L’architecture, pour Gruen, devait revenir à sa mission première, qui ne consistait nullement en la conception d’édifices isolés mais impliquait de prendre en compte « l’ensemble des éléments issus de la main de l’homme composant notre environnement ». Dans cet objectif, il mit en œuvre un processus de projet construit sur la mixité des usages et des fonctions afin de lutter contre la spécialisation et la séparation des fonctions héritées de l’urbanisme moderne. Ce processus de projet donna naissance à de nouvelles typologies architecturales – dont le shopping center – et morphologies urbaines, issues de la pensée « en coupe », notamment, des différents niveaux artificiels de la ville. Alors même que la pensée de Victor Gruen constitua la référence, en Europe y compris, dans les années 1960 et 1970, elle est aujourd’hui souvent mal comprise, ayant fréquemment été l’objet de détournements.

Ce projet de recherche a bénéficié d’un Paul Mellon Visiting Senior Fellowship du CASVA. Cf. Maumi, Catherine, « Victor Gruen : A New Architecture for our Urban Environment », Center, n° 33, National Gallery of Art, Center for Advanced Study in the Visual Arts, Washington D.C., 2013, p. 120-123. http://www.nga.gov/content/dam/ngaweb/research/CASVA/pdfs/center-33.pdf


Publications significatives
OS – Ouvrages scientifiques :

Maumi, Catherine, Wright, Frank Lloyd, Broadacre City, la nouvelle frontière, Paris, Editions de la Villette, Collection « Textes fondamentaux modernes », 2015, 208 p.
Maumi, Catherine, Usonia ou le mythe de la ville-nature américaine, Paris, Editions de la Villette, Collection « Penser l’espace », 2009, 240 p.
Maumi, Catherine, Thomas Jefferson et le projet du Nouveau Monde, préface d’A. Corboz, Paris, Editions de la Villette, 2007, 176 p.

DOS – Direction d’ouvrages scientifiques :
Maumi, Catherine (dir.), Pour une poétique du détour. Rencontre autour d’André Corboz, Paris, Editions de la Villette, 2010, 272 p.

COS – Chapitres d’ouvrages scientifiques :
Maumi, C., « Vers une éthique de la terre ? », in L’urbanisme agricole, comment la ville et la campagne se prêtent au jeu, catalogue d’exposition Pavillon de l’Arsenal, (à paraître, mars 2017).
Maumi, C., « Le Regional planning : une nouvelle exploration pour révéler l’habitabilité des territoires », in Sylvie Lardon, Alexis Pernet (dir.), Explorer le territoire par le projet, Collection ERPS, vol. 5, Presses universitaires de St Etienne, 2015, pp. 18-37.
Maumi, C., « La griglia del national survey e la democrazia americana », in Guido Beltramini, Fulvio Lenzo (dir.), Jefferson e Palladio, come costruire un monde nuovo, Centro Internazionale di Studi di Architettura Andrea Palladio, Officina Libraria, 2015, pp. 94-105. (Catalogue d’exposition publié en version italienne et anglaise « The National Survey Grid and the American Democracy » in Jefferson and Palladio).
Maumi, C., « L’invention de la ville-nature : résonances américaines », ouvrage collectif en hommage à Yves Chalas, (à paraître).
Maumi, Catherine, « Penser l’hyperville : un exercice de “style libre“ », in Alain Guiheux (sous la dir.) Action Architecture, Paris, Editions de La Villette, Collection « Penser l’espace », 2011, pp. 155-175.
Maumi, Catherine, « Anti-urbain ? Le mythe d’une “ville-rez-de-chaussée dans la verdure“… », in Lucie K. Morisset, Marie-Eve Breton (sous la dir.) La ville, phénomène de représentation, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2011, pp. 145-167.
Maumi, Catherine, « Introduction », et chapitre « L’utilité d’un avocat du diable reste donc entière », in Catherine Maumi (sous la dir.) Pour une poétique du détour. Rencontre autour d’André Corboz, Paris, Editions de la Villette, 2010, pp. 7-13 & 47-64.
Maumi, Catherine, « Broadacre City, Projet territorial de Frank Lloyd Wright », in Les faiseurs de villes (1850-1950), ouvrage collectif dirigé par Thierry Paquot, Gollion CH, Editions Infolio, 2010, pp. 453-469.
Maumi, Catherine, notices « métropole » (avec C. Lamarre) et « capitale » (avec B. Marin), in Christian Topaloff, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin (sous la dir.) L’aventuredes mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont, collection « Bouquins », 2010, pp. 200-204 & 749-753.
Maumi, C., « Learning to See our Sainte Victoire Mountain », in The Urban Project – Architectural Intervention in urban Area, IOS Press, Delft University Press, 2009, pp. 225-233.
Maumi, Catherine, « Paris », in K. J. Kim (dir.) International Urban Form Study. Development Pattern and Density of Selected World Cities (Seoul, Tokyo, London, Paris, New York, Los Angeles), Joint Research by Seoul Development Institute & International Seminar on Urban Form, sous la direction scientifique d’A. Vernez Moudon et J. Whitehand, avec S. Satoh, P. J. Larkham, C. Maumi, P. M. Hess, C. Lee, Séoul, Seoul Development Institute, 2005, pp. 441-686.
Maumi, Catherine, « Urbs in rure ou rus in urbe ? Pour une urbanité américaine de Jefferson à Wright » in Chris Younès (sous la dir.) Ville contre-nature, Paris, Editions La Découverte, 1999, pp. 175-194. 

ACL – Articles dans des revues à comité de lecture.
Maumi, C., « L’utopie du middle landscape américain », SociologieS, dossier « Le pavillonnaire en question » n° en hommage à Henri Raymond, (à paraître, 2016).
Maumi, C., « Pour une écologie humaine, de Patrick Geddes à Benton Mackaye », Espace et Sociétés n° 167 « Patrick Geddes en héritage », Toulouse, Éditions érès, n°4/2016, pp. 27-42.
Maumi, C., « La leçon d’Ocatilla », Cahiers thématiques n° 15 « Matérialités », Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2016, pp. 15-24.
Maumi, Catherine, « Keep your eye on the ball ! », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 28 « La modernité suspendue », Editions du patrimoine, Centre des monuments nationaux, sept. 2013, pp. 45-56.
Maumi, C., « Victor Gruen : A New Architecture for our Urban Environment », Center, n° 33, National Gallery of Art, Center for Advanced Study in the Visual Arts, Washington D.C., 2013, p. 120-123. [en ligne]
Maumi, Catherine, « Des villes “hantées par la présence de l’immense espace géographique qui les entoure“ ? », FACES n° 71 « Hors-ville », été 2012, pp. 4-13.
Maumi, Catherine, « L’Appalachian Trail : Une “nouvelle exploration“ en vue de rendre la Terre plus habitable », Les Carnets du paysage n° 22, « Montagne », Arles, Actes Sud, Ecole nationale supérieure du paysage de Versailles, 2012, pp. 204-229.
Maumi, Catherine, « Pour une réintégration ville-nature ou, comment rendre la Terre plus habitable ? », Cahiers thématiques n° 11 « Agriculture/Métropole », Lille, Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, 2012, pp. 63-74.
Maumi, Catherine, « La grille du National Survey, assise spatiale de la démocratie américaine » in Revue de la Société d’Etudes Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, « Territoire », Paris, Université Paris 7, 2010, pp. 117-141.
Maumi, Catherine, « Broadacre City, Projet territorial de Frank Lloyd Wright », in Urbanisme n° 326, sept./oct. 2002, pp. 85-90.
Maumi, Catherine, « Thomas Jefferson et le projet du Nouveau Monde » in Géographie et Cultures n° 32, Décembre 1999, L’Harmattan, CNRS, pp. 3-20.
Maumi, Catherine, « L’urbanité made in USA » in Urbanisme n° 301, juillet/août 1998, pp. 22-24.

ACTI – Communications avec actes dans des congrès internationaux :
Maumi, C. « Victor Gruen : A Paradoxical round trip between Europe and the United States », The 17th International Planning History Conference, Panel: Postwar Portrait Gallery, TU Delft, 17-21/07/2016.
Maumi, C., « L’urbanisme tri-dimensionnel de Victor Gruen à l’épreuve du “futur prévisible“ », colloque Inventer le Grand Paris. Regards croisés sur les métropoles des années 1940 à la fin des années 1960, Petit-Palais, Paris, 1-2/12/2015.
Maumi, Catherine, Le regional planning : Une nouvelle exploration, pour révéler l’habitabilité des territoires, conférence inaugurale du colloque « Explorer le territoire par le projet. L’ingénierie territoriale à l’épreuve des pratiques de conception », 5e rencontre du Réseau espace rural & projet spatial, Clermont Ferrand, 13/11/13 (publication 2015).
Maumi, Catherine, « Broadacre City : un projet de “réintégration architecturale de tous les éléments en un seul tissu“ », Colloque international Nature urbaine en projets: Vers une nouvelle alliance entre nature et ville, Paris, Maison de l’architecture, 7-8/02/2013.
Maumi, Catherine, « La venustas, entre pensée démocratique du monde habité, ou plastique, d’un ”paysage acoustique” », Colloque international Venustas architecture/marché/démocratie, EURAU’10, Dipartimento di Progettazione Urbana e di Urbanistica, Naples, 22-26/06/2010 (actes numériques).
Maumi, Catherine, « Anti-urbain ? Le mythe d’une “ville-rez-de-chaussée dans la verdure“… », Colloque international La ville, objet et phénomène de représentation. Histoires de l’urbanité, théories et approches autour de l’œuvre d’André Corboz, Université du Québec, Montréal, 17-19/09/2009.
Maumi, Catherine, « Is Density in isolation the Ideal ? », Colloque international Urban Morphology and Urban Transformation, Sixteenth International Seminar on Urban Form, South China University of Technology and Guangzhou Urban Planning Bureau, Guangzhou, China, 4-7/09/09.
Maumi, Catherine, « La double condition de la grille du National Survey, assise spatiale de la démocratie américaine », Colloque international « Territoire(s) » organisé par la Société d’Etudes Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, Université Paris 7 – Denis Diderot, 16-17/01/09.
Maumi, Catherine, « Learning to See our Sainte Victoire Mountain », in The Urban Project – Architectural Intervention in urban Area, IOS Press, Delft University Press, 2009, pp. 225-233.
Maumi, Catherine, « From “Green City“ to “nature-city“ », in XIV International Seminar on Urban Form, Escola de Arquitetura da UFMG, Universidade Federal de Ouro Preto, Ouro Preto, Brasil, 2007.
Maumi, Catherine, « The Will of a Few Men with Common-sense. A few Thoughts…», in The Planned City ? ISUF International Conference, Edité par A. Petruccioli, M. Stella, G. Strappa, Bari, Uniongrafica Corcelli Editrice, 2003, Vol. 3, pp. 869-873. Maumi, Catherine, « From the Idea of Metropolis to that of the Territory-City » in Proceedings of the International Seminar on Urban Form « Retrospective on Urban Morphology at the Millennium », Cincinnati, University of Cincinnati, 2001, pp. 135-137.
Maumi, Catherine, « From City to Urban,… Learning From the American City ? » in Transformations of Urban Form, from Interpretations to Methodologies in PracticeISUF’99, Florence, Alinea Editrice, 1999, pp. C16-C20.

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires ISSN 2496-1930