Hué-la rivière des Parfums

Hué, ancienne capitale de la dynastie Nguyen (1802-1945), fait partie, depuis 1993, des sites classés patrimoine mondial par l’UNESCO. Sa région constitue un ensemble paysager de très grande qualité de par ses caractéristiques naturelles, mais aussi du fait d’une culture de l’habiter spécifique dont témoigne un mode d’implantation particulier des villages, de même que des lieux saints comme les temples et les tombes. Le développement de la ville de Hué s’est longtemps caractérisé par un équilibre social rare entre une culture urbaine digne d’une capitale et des cultures locales traditionnelles propres aux villages agricoles alentour. Cet ensemble d’établissements constitue aujourd’hui un héritage inestimable, demeurant l’un des rares témoignages laissés par ces cultures traditionnelles le plus souvent détruites par l’avancée du monde « moderne ». Cet équilibre écologique et social extrêmement fragile est toutefois menacé aujourd’hui par l’évolution de l’urbanisation, détruisant les systèmes de gestion de l’eau existants et augmentant l’imperméabilité des sols, d’où des inondations de plus en plus fréquentes. De même, cette avancée de la ville détruit une économie locale essentiellement tournée vers l’agriculture et le petit artisanat. Au-delà des effets de la progression de la ville sur les terres agricoles, Hué doit affronter le paradoxe que connaissent de nombreux sites classés : la reconnaissance de sa valeur patrimoniale est à l’origine d’une augmentation croissante de l’économie du tourisme, mettant en péril les qualités mêmes que le visiteur vient chercher. Il devient donc urgent de mettre en œuvre une pensée du territoire préservant ces principes traditionnels qui ont été à même de contrôler pendant longtemps les aléas naturels, façonnant ces paysages par l’utilisation de techniques permettant aux hommes de vivre dignement et en accord avec leur environnement naturel. Il ne s’agit pas de figer la ville de Hué et la vallée de la rivière des parfums dans une image « carte postale », mais d’envisager un développement – touristique y compris – pour cette région respectueux de la grande richesse qu’elle offre en termes de qualités et valeurs culturelles, sociales, paysagères, naturelles, notre acception de l’écologie comprenant toutes ces dimensions. Les réflexions et projets conduits lors du workshop de mars 2013 visent à construire une vision sur le long terme de sorte à protéger l’écosystème – écologique, social, économique – caractéristique de cette région, le bâti étant indissociable de l’environnement qui lui donne sens.

Source photographique : Catherine Maumi ©

rues_Hue

pecheurs_maison

Hue_Citadelle

 

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires ISSN 2496-1930