L’histoire comme méthode

>> retour à la présentation du laboratoire

Nous le savons, notamment par Benedetto Croce, toute histoire est histoire contemporaine. Aussi, la ré-interrogation constante de l’histoire constitue-t-elle une démarche essentielle à laquelle nous contraint l’évolution incessante de nos sociétés et, par là même, de l’espace qu’elles transforment à l’image du monde qu’elles habitent. Nous faisons nôtre une histoire questionnant les formes spatiales en même temps que les idées et/ou idéaux dont elles découlent et qu’elles illustrent, ce afin d’être à même de concevoir leur devenir. De fait, « pour agir raisonnablement, ne faut-il pas d’abord comprendre ? » suggérait Marc Bloch. Sonder le passé pour mieux envisager l’avenir, telle est la démarche adoptée, approche également fondée sur ce constat établi par Marc Bloch que « l’incompréhension du présent naît fatalement de l’ignorance du passé. Mais il n’est peut-être pas moins vain de s’épuiser à comprendre le passé si l’on ne sait rien du présent ». Une connaissance et compréhension approfondies des principaux enjeux et pensées en acte, passés et présents, constituent en effet, selon nous, le fondement de toute conception envisageant un futur, ce par quoi se caractérise le projet architectural.

L’histoire de l’architecture, telle que nous la pratiquons, visant une meilleure compréhension du monde habité, constitue l’assise de notre activité de recherche. Elle s’entend donc comme savoir fondamental mais aussi comme mode d’interrogation des diverses traditions et cultures architecturales et urbaines en présence, à l’échelle de l’édifice, de la ville, et du territoire. Chacune d’entre elles a en effet élaboré un langage architectural particulier, ses propres référents, qu’il nous appartient de connaître et de comprendre.
C’est pourquoi l’histoire de l’architecture, telle que nous la concevons, ne se résume pas à celle des monuments. Elle ne se résume d’ailleurs pas plus à celle de l’architecture dite savante et se refuse, en outre, de considérer l’objet architectural comme sujet isolé. Toute architecture est située et s’inscrit dans un contexte – spatial, temporel, social, économique, culturel – obéissant à des traditions et cultures locales qu’il nous faut apprendre à décoder, au même titre que les langages savants. Outre l’analyse de l’architecture comme construction matérielle, nous attachons une importance particulière à la pensée qui la fonde, à la production intellectuelle qui lui est liée, aux discours et débats qui lui sont associés. Nos recherches questionnent la pensée architecturale comme processus, de même que les outils – intellectuels comme pratiques – mis en œuvre pour son élaboration et explicitation, dans un contexte particulier. Ces différentes dimensions en interaction dans l’édification du monde habité sollicitent plus particulièrement notre attention et constituent les objets privilégiés nos recherches. Celles-ci s’inscrivent donc nécessairement dans la durée, dans le temps long de l’architecture – et encore plus long des « lois de persistance » propres à la ville et au territoire – et proposent de faire lien avec le présent et le futur en devenir.

C’est pourquoi nous entendons l’histoire de l’architecture comme interrogation constante en corrélation avec les questionnements animant les débats actuels sur l’architecture. L’histoire est pour nous cette méthode d’investigation nous permettant de mieux comprendre les processus à l’œuvre dans l’édification de nos espaces de vie, jusqu’à leurs développements les plus récents. « Le monde de l’histoire, comme le monde de la nature, ne se dévoile qu’à ceux qui posent les bonnes questions, et voient les vrais problèmes. L’historien doit être un authentique reflet de son époque afin de savoir discerner en elle ce qui la lie au passé » affirme Sigfried Giedion. Ainsi, poser la bonne question en se plaçant dans une perspective temporelle large de sorte que le regard se libère de nombre d’a priori et d’images consensuelles, et, par conséquent, être à même d’observer le monde qui nous entoure dans ses véritables dimensions, tel est l’objectif visé en recourant à l’histoire. L’opérativité de l’histoire tient en cela selon nous : en ce qu’elle permet d’acquérir la distance critique permettant de formuler en des termes adéquats problèmes et enjeux actuels – condition première pour aller vers une solution adaptée. Marcel Poëte ne reconnaissait-il pas lui-même dans la perspective historique une méthode pour acquérir « la souplesse d’esprit » nécessaire à la création ?

>>> retour à la présentation du laboratoire

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires ISSN 2496-1930