Le laboratoire

Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires
Direction scientifique : Catherine Maumi, Professeur HDR

Le laboratoire MHAevt a fait sienne la conception de l’architecture telle que proposée par Alberti dès le prologue du De re aedificatoria, à savoir que « nous ne devons pas seulement à l’architecte les refuges sûrs et agréables qu’il nous a procurés contre les ardeurs du soleil et les frimas de l’hiver », mais « qu’en taillant la roche, transperçant les montagnes, comblant les vallées, endiguant la mer et les lacs, drainant les marais, armant les navires, rectifiant le cours des fleuves, repoussant l’ennemi, construisant des ponts et des ports, l’architecte non seulement pourvoit aux besoins quotidiens des hommes, mais leur ouvre aussi l’accès à toutes les provinces du monde »1. Si l’attitude et la mission de l’architecte se posent aujourd’hui d’une façon autre, une telle acception de l’architecture implique néanmoins de considérer d’entrée de jeu les différents rapports et articulations caractérisant les relations entre édifice, ville, et territoire, étant entendu que l’architecture a pour mission première de rendre le monde habitable, ce qui suppose qu’elle puise ses fondements dans une idée du monde habité – de « notre monde » –, une idée qui n’a cessé d’évoluer selon l’espace géographique et temporel pris comme référence. Idée, ou idéal, qu’il est donc également important d’interroger si nous souhaitons véritablement comprendre les différents modes d’habiter la Terre – i.e. d’édification – adoptés jusqu’à nos jours, puisque participant à expliquer ces espaces dans lesquels nous évoluons et qui constituent le support de nos débats et réflexions actuels.
L’architecture, ainsi entendue, nous oblige donc non seulement à questionner le différentiel caractérisant chacune des échelles spatiales – de la plus petite à la plus grande dimension –, mais également les variations propres aux échelles temporelles qui leur sont rattachées – où temps courts et longue durée s’entremêlent. Les recherches conduites sur l’architecture de la ville, notamment, nous ont en effet permis de prendre conscience du caractère essentiel de ces composantes dans/de la pensée architecturale, et de la nécessité d’intégrer la longue durée de la fabrication, mais aussi de la pensée. L’échelle de la ville, estime Paul Ricœur, est la mieux à même de nous faire appréhender le « travail du temps dans l’espace », celle-ci « offrant au regard une histoire sédimentée des goûts et des formes culturelles ».

Notre intérêt pour ce travail du temps dans l’espace participe à expliquer que l’histoire de l’architecture soit convoquée dans notre activité de recherche tout autant comme savoir constitué sur l’architecture que comme méthode, processus de formation d’une pensée de l’architecture et, par là même, d’un regard critique qui sait voir2. Pour mener à bien notre enquête, nous mettons en œuvre cette faculté ô combien précieuse de l’architecte consistant en cette aptitude à pouvoir convoquer et analyser les différents documents propres à son savoir que sont les textes – historiques, théoriques, critiques, littéraires –, les documents graphiques – cartes, plans, esquisses, croquis, etc. – outre, bien évidemment, l’« objet » physique lui-même – qu’il soit édifice, ville ou territoire habité. « Travailler » – au sens de Foucault – ces documents de natures diverses mais faisant tous partie intégrante de la culture architecturale constitue l’un des fondements méthodologiques des recherches que nous conduisons. Pour ce faire, nous mobilisons également la variété des outils de représentation à disposition de l’architecte – le dessin, la photographie, la vidéo, la cartographie, etc. – et interrogeons leur potentiel en tant qu’outils d’analyse mais aussi d’énonciation d’une pensée sur l’architecture. En outre, ceux-ci constituent également en tant que tels des objets de recherche privilégiés puisqu’ils sont les vecteurs par lesquels la pensée architecturale s’élabore, est énoncée, communiquée, offerte au débat, et se matérialise.

L’histoire comme méthode

Thèmes de recherche

Les territoires d’exploration

——–
1. Traduction, présentation et annotation par Pierre Caye et Françoise Choay, L’Art d’édifier, Paris, Editions du Seuil, « Sources du savoir », 2004, p. 49.
2.  Cf. l’introduction de Catherine Maumi à l’ouvrage Pour une poétique du détour. Rencontre autour d’André Corboz, Paris, Editions de la Villette, 2010 ; également C. Maumi, La ville, entre territoires mythiques et physiques. La culture du regard en architecture, HDR, Paris VIII, 2007.

Laboratoire Les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires ISSN 2496-1930