Archives de catégorie : Laurent Hodebert

Journée d’étude / Le sol des villes – Ressource et projet

Deux membres du laboratoire ont participé à la journée d’étude en hommage à Bernado Secchi:

Le sol des villes – Ressource et projet
organisée le mardi 22 septembre 2015 (9h-18h)
par la Fondation Braillard Architectes et le LAB-U
à Genève (Pavillon Sicli)

Laurent Hodebert
« Henri Prost et le projet d’architecture du sol urbain (1910 – 1959) »

Halimatou Mama Awal
« Les figures de la métropole-village(s) de Ouagadougou: entre lecture et écriture ».

> Appel à communication
> le programme

Rencontre / 3ème Rencontres Doctorales en Architecture 2015

Les 3ème Rencontres Doctorales en Architecture se tiendront les 3-4 et 5 septembre 2015 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille (ENSA-M). La thématique de cette année est :
Le projet et la recherche : quels positionnements méthodologiques et épistémologiques sont-ils pratiqués en architecture, paysagisme, urbanisme, design ingénierie? Comment cela est-il vu par les sciences humaines, les sciences de l’ingénieur, l’épistémologie, … ?

Dans le cadre de cet événement, plusieurs doctorants du laboratoire feront une communication :

Laurent HODEBERT (04/09 – 9h à 10h30)
Titre: Le projet d’architecture du sol urbain dans l’œuvre d’Henri Prost
Mots clés : Urbanisme, Territoire, Re-dessin, Projet urbain

Armelle LE MOUËLLIC (03/09 – 10h à 11h40)
Titre: Une méta-recherche : La pratique opérationnelle du projet urbain au sein du laboratoire de Satoh Shigeru
Mots clés : Projet urbain, Japon, Enseignement, Participation

ROSSET Claire (04/09 – 11h10 à 12h30)
Titre: De l’émergence à la diffusion du projet, construction d’un discours par l’architecte. Le cas du barrage de Génissiat par Albert Laprade
Mots clés : Discours, Médiatisation, Médium, Albert Laprade, Presse, Architecte, Ingénieur

SOWA Charline (03/09 – 10h à 11h40)
Titre: Le projet urbain face à la décroissance urbaine: objet d’étude émergent dans la recherche architecturale
Mots clés : Décroissance urbaine, Projet architectural et urbain, Processus de projet, Analyse, France, Allemagne, États-Unis

> l’appel à communication
> présentation de la rencontre
> le programme complet

Journée d’étude / Tourisme(s)

Capture d’écran 2015-03-18 à 08.50.33Dans le cadre des journées d’étude Tourisme(s) organisées par l’UMR AUSSER les 28 et 29 mai 2015, Laurent Hodebert et Caterina Franco feront une intervention.

Résumé de Laurent Hodebert : 
Henri Prost et les territoires du tourisme 1913 – 1950
En 1936 Henri Prost préface une étude sur « l’aménagement des régions touristiques » en France, que Mrs Lambert et Remaury, architectes urbanistes, ont produit pour le commissariat général du tourisme. Il y est question de « la protection et la conservation, de régions du territoire où l’on doit encourager la venue des touristes français et étrangers ». Nous y trouvons 3 manières de classer les régions touristiques françaises, en tourisme « balnéaire », « thermal et climatique » et enfin « artistique et culturel ». Déjà se dessinent les grands territoires du tourisme français, le littoral, la montagne et l’hinterland, des cartes répertorient les territoires étudiés ou à étudier selon l’urgence de leur mise en valeur.
Les plans d’aménagement dressés par Henri Prost pour la côte varoise ou la Région Parisienne font partie des exemples cités. Du Maroc à Istanbul, Prost a dessiné des plans d’aménagement de villes et de territoires visant à les aménager et à les mettre en valeur.
Il est intéressant de traverser ces plans et d’identifier les aspects qui traitent de la mise en valeur de ces territoires à la vocation touristique explicite ou implicite. De l’aménagement des villes du Maroc, à la question des hôtels d’Istanbul, c’est la variété des échelles prises en compte et celle des dispositifs de la spatialité urbaine et paysagère que je propose d’analyser.

Résumé de Caterina Franco :
L’architecture du loisir dans l’après Seconde Guerre mondiale. Le cas des Alpes franco-italiennes
Après la Seconde Guerre mondiale, en Europe, des phénomènes tels que le tourisme, le sport et les vacances d’été et d’hiver se répandent, encouragés par les politiques du Welfare State qui, de différentes manières selon les pays, les rend accessibles aux masses, à travers une démocratisation du droit au loisir. Les architectes sont donc appelés à donner forme aux nouveaux espaces et aux nouvelles infrastructures pour le loisir, dans un moment où, suite à une période de crise et de remise en question de l’héritage laissé par le mouvement moderne, eux mêmes ne sont plus capables de fournir des réponses toutes prêtes.
Dans le cadre de ma thèse de doctorat, je propose une contribution qui explore ce phénomène des années cinquante jusqu’au milieu des années soixante-dix dans la région alpine, où celui-ci s’est concrétisé par une véritable transformation physique du territoire, ainsi que du tissu social et culturel.
J’étudie les Alpes occidentales, de part et d’autre de la frontière franco-italienne à travers une lecture croisée de nouveaux types architecturaux, modèles d’urbanisme et systèmes d’infrastructures, pour comprendre comment deux réalités économiques et politiques et deux cultures architecturales ont apporté des réponses diverses à la demande de nouvelles installations vouées au loisir de masse, allant jusqu’à engendrer des constructions différentes du territoire de montagne.

le programme

Colloque / Inventer le Grand Paris Regards croisés sur Paris et les métropoles : 1919-1944

Capture d’écran 2014-11-25 à 14.25.00

Les jeudi 4 et vendredi 5 décembre 2014 se tiendra à Paris le colloque : Inventer le Grand Paris Regards croisés sur Paris et les métropoles : 1919-1944. Il est organisé à l’auditorium du Musée du Petit Palais (Avenue Winston Churchill – 75008 Paris – Métro Champs Elysées Clémenceau).

Présentation du colloque :
En 1934 l’architecte Henri Prost et les services de la direction de l’extension de Paris achèvent le Plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) pour le compte du Comité supérieur d’aménagement de la Région parisienne (CSARP) institué en 1928. Ce plan, approuvé en 1939, est le premier document d’urbanisme officiel à afficher l’ambition de maîtriser la croissance de la région capitale.
Ce colloque est le second d’une série consacrée à l’histoire de la planification et de la gouvernance du Grand Paris. Le premier (qui s’est tenu à la Cité du Patrimoine et de l’Architecture en décembre 2013) portait sur le centenaire du Rapport de la Commission d’extension de Paris (1913) et sur le contexte de l’immédiate avant-guerre. Ce second colloque (qui se tient à l’Auditorium du Petit Palais) s’intéresse à l’entre-deux guerres en croisant les regards sur les métropoles mondiales, et en retraçant les configurations professionnelles, politiques et académiques de la réforme urbaine et du « municipalisme ». Quatre-vingts ans après sa publication, nombre de questionnements soulevés à l’époque semblent encore à l’ordre du jour. Comment organiser le Grand Paris et non l’étendre davantage ? Comment organiser de façon rationnelle cette agglomération et, en particulier, sa grande banlieue qui est alors sous-équipée, sous-administrée et enclavée ? Comment se renouvellent les cadres politiques, les formes urbaines et paysagères, les configurations d’acteurs et les modes de financement qui agissent sur la transformation de l’agglomération ?

A cette occasion, Laurent Hodebert présentera son travail sur Henri Prost dans le cadre de la session 2 du colloque animée par Frédéric Pousin et Eric Alonzo sur les outils de  la planification.
Sa communication sera plus spécifiquement sur : « Les dispositifs et les échelles du plan Prost/PARP : genèse des outils pour l’inscription territoriale ».

> Le programme complet