Archives de catégorie : Halimatou Mama Awal

Rencontre / REAF 2016 : Afriques cosmopolitiques

Bandeau_reaf_Complet

Les 4ème Rencontres des études Africaines en France, sur le thème  « Afriques cosmopolitiques« , se tiendront à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris, du 5 au 7 Juillet 2016.
Halimatou Mama Awal, interviendra dans la session animé par Armelle Choplin er Elisabeth Peyroux :  » Villes et « modèles » urbains en Afrique : circulation internationale, ancrage, innovation » et présentera son travail : 

« Modernité(s) et architecture en Afrique Subsaharienne »

Résumé : 

La modernité, concept en mouvement et évolutif, reste floue tant dans l’esprit des populations que des architectes en Afrique subsaharienne. L’observation de la production architecturale, nécessaire pour comprendre l’édification des villes et des territoires contemporains, nous a conduit à formuler l’hypothèse de deux modernités en Afrique subsaharienne : « modernité suggérée » et « modernité manifestée ».

Dès le milieu du XIXe siècle, les échanges entre l’Afrique et l’Europe s’intensifient. Moment très important où l’on accède à de nouvelles visions du monde. Le « monde sauvage » ramené des colonies coexiste avec le « monde technique moderne » rendu possible par l’ère industrielle. La « modernité suggérée » définie donc l’introduction de la modernité européenne du XXe siècle en Afrique subsaharienne. Une nouvelle vision du monde qui sera expériment­ée par des architectes. Ainsi, G. Olivier et J. G. Lambert, architectes français, proposeront à l’exposition coloniale de Paris en 1931, le pavillon de l’Afrique Occidentale Française (AOF), une architecture mixant pensée technique occidentale et cultures locales africaines. Ernst May, architecte allemand, expérimentera en Afrique les principes de l’urbanisme moderne avec le plan de Kampala (Ouganda). Cette période illustre selon Udo Kulterman, la naissance d’une « Architecture nouvelle en Afrique», une production inventée grâce au contexte de l’Afrique.

La « modernité manifestée », est celle qui porte le message des mouvements indépendantistes, illustrant la légitimité et l’émancipation des nouvelles nations. La production de cette modernité sera un instrument de médiatisation, une image de la modernisation des nations africaines. Outre la définition d’une nouvelle chronologie, cette deuxième phase de modernité, est un « choix », et incarne un « positionnement ». Ces tendances se manifesteront par des coopérations multiples pour différentes raisons : des raisons économiques avec des organismes internationaux, des besoins d’expertise internationale car inexistante sur place, ou bien d’idéologie définissant un positionnement politique. La « modernité manifestée » représente aussi l’émergence des recherches expérimentales sur les thèmes de « l’architecture tropicale » ou la notion de « communauté ». Les architectes anglais Jane Drew et Maxwell Fry fonderont la première école d’architecture tropicale et le français Jean Prouvé développera le prototype de la maison tropicale.

La reconnaissance des modernité(s) permette de percevoir l’histoire du territoire comme fondateur d’un univers conceptuel particulier. Ainsi, des expériences pourront être réactivées pour alimenter les recherches sur l’architecture bioclimatique ou sur les outils de processus de participation, pour faire du projet « avec la communauté » afin qu’il soit adéquat aux besoins de la communauté.

Journée d’étude / Le sol des villes – Ressource et projet

Deux membres du laboratoire ont participé à la journée d’étude en hommage à Bernado Secchi:

Le sol des villes – Ressource et projet
organisée le mardi 22 septembre 2015 (9h-18h)
par la Fondation Braillard Architectes et le LAB-U
à Genève (Pavillon Sicli)

Laurent Hodebert
« Henri Prost et le projet d’architecture du sol urbain (1910 – 1959) »

Halimatou Mama Awal
« Les figures de la métropole-village(s) de Ouagadougou: entre lecture et écriture ».

> Appel à communication
> le programme

Soutenance / Thèse de Halimatou Mama Awal

DSC_0002La thèse de Halimatou Mama Awal
intitulée: La métropole-village(s) contemporaine de Ouagadougou Explorer les potentiels d’un territoire, supports de processus de projet architectural

sera soutenue publiquement le lundi 12 janiver à 14h, dans l’amphi haut de l’ENSAG,
préparée au sein du Laboratoire de recherche Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoire, école nationale supérieure d’architecture de Grenoble, dans l’école doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du territoire.

Devant le jury composé de :
Mme Catherine MAUMI, Professeur, ENSA Grenoble (Directrice de thèse)
M. Jean ATALI, Professeur, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Malaquais, Rapporteur,
Mme Dominique ROUILLARD, Professeur, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Malaquais, Rapporteur
M. Alan MABIN, Professeur, University of Pretoria, Examinateur
M. Hubert GUILLAUD, Professeur, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Examinateur
M. Pierre-Claver HIEN, Professeur, Institut Nationale des Sciences des Sociétés (INSS), Examinateur

Résumé
La ville africaine s’étale et intègre les villages environnants en devenant métropole. Que ce soit le mouvement des ruraux vers les villes ou bien de la ville vers la campagne, ces phénomènes inquiètent les spécialistes. La pensée traditionnelle du monde qui opposait ville-campagne, ville-village, ville-brousse, n’est plus d’actualité. Les réalités du territoire sont devenues autres. Quels sont les outils qui nous permettent de lire ces nouvelles réalités? Comment opérer ce changement de «lunettes» que nous propose Bernardo Secchi pour lire et écrire la «ville contemporaine»? Pour nos recherches, nous considérons Ouagadougou comme un véritable observatoire. L’objectif est d’apprendre des lieux d’initiatives où se construisent de nouveaux modes de vie dans des dynamiques imprévues. Aujourd’hui, la capitale burkinabé est caractérisée par une double identité foncière. Une organisation foncière publique importée de la pensée coloniale dite « lotie », et une organisation foncière informelle issue de la culture villageoise dite « non-lotie ». À force de coexistence, le développement de métropole n’a t-il pas engendré d’autres phénomènes, avec des degrés et des intensités variés de planification et de spontanéité? La rencontre des deux modes opératoires ne définit pas un rapport dual, mais un intervalle. Dans ce contexte, le « village » entendu dans sa dimension sociale et communautaire devient, en milieu urbain, générateur d’espaces communs. Les structures communautaires testent les possibles et inventent la métropole au quotidien : elles rendent flexible toute forme de planification. Ainsi, nous formulons l’hypothèse que l’étude de la « Métropole-village(s)» de Ouagadougou peut amener à de nouvelles connaissances permettant la création d’outils de compréhension des territoires urbanisés contemporains.

Mots clés :
Ouagadougou,Villes d’Afrique Subsaharienne,Village,Espaces partagés,Architecture Spontanée