Archives de catégorie : Lexicomania

La raison des lexiques

« Ce que les Anciens appelaient angle d’inclinaison, les modernes l’ont nommé angle d’incidence, et ce que les premiers nommaient angle rompu, ces derniers le nomment sans façons angle de réfraction, tandis que pour les premiers l’angle de réfraction était celui que formeraient le rayon rompu et l’incident prolongé…»
Jean-François Montucla, Histoire des Mathématiques, nlle éd., 4 vol., An VII.

Notre intérêt pour les dictionnaires vient de notre découverte de l’Ample Explication… que Charles-Augustin d’Aviler plaça à la fin de son Cours d’Architecture… (3 vol. 1691-1693). S’il en existe de plus anciens, comme l’Explication des mots rares et difficiles que Jean Martin crut bon de placer à la fin de sa traduction de Vitruve (dont François Blondel dira : « elle est moins intelligible que le texte de Vitruve.»), sans doute le premier monument oulipien avant Georges Perec, ou presque contemporains, comme le Dictionnaire des termes propres à chacun de ces arts (Architecture, Peinture, Sculpture) de Félibien des Avaux, l’Ample Explication reste la base de tous les dictionnaires qui suivent. Jacques-François Blondel, dans ses notices pour la Grande Encyclopédie, ou Quatremère de Quincy dans son « Dictionnaire d’Architecture » de l’Encyclopédie Méthodique y auront encore souvent recours.

 Au départ, c’était une affaire de point de vue :

— d’Aviler : « Point de veüe ; c’est en Perspective un point dans la ligne horizontale, où se termine le principal rayon visuel, & auquel tous les autres qui lui sont parallèles, vont aboutir.»
— Chérubin : « Le point de veuë de la perspective y marque le lieu d’où l’on suppose que l’objet est représenté, est veu de la personne qui le regarde…» (La vision parfaite ou le concours des deux axes de la vison en un seul point de l’objet, Paris, 1677.)

Les deux définitions sont à-très-peu-près contemporaines, et tout est dit. Conventionnellement, la définition de d’Aviler est fausse (il parle du point de visée ou point principal), et c’est une question presque métaphysique : le point de vue est-il celui d’où l’on voit où celui que l’on voit ? Cette ambiguïté fut longtemps persistante et on pourrait presque partager le monde en deux : Pour les architectes et artistes, le point de vue est le lieu où porte la vue (Androuet du Cerceau, P.-H. de Valenciennes, etc.), alors que les mathématiciens et astronomes parlent du lieu d’où l’on voit (Brooke Taylor), mais ce n’est pas toujours vrai (du Breuil, Jeaurat, etc.). Avec le temps, ce sont les conventions de la géométrie descriptive qui se sont établies (« Le point d’où partent les rayons visuels porte le nom d’œil ou point de vue.», Géométrie Descriptive, cours à l’E.C.A.M., fin XIXe s.), et même Paul Guadet (le fils de), dans son Cours de Perspective de 1929, s’y range : « le point où est placé le centre optique de l’œil, supposé unique, du dessinateur, supposé immobile…»

La confusion existe toujours chez certains (moi, quand j’étais jeune). Est-ce une question d’estime de soi, de stade du miroir mal vécu ou quelque chose comme ça ? Peu importe à vrai dire, ce qui compte c’est de voir (et d’être vu). La conséquence en fut que notre répertoire contient des définitions qui ne sont certes, pas exactes, par simple usure des termes (lesquels se sont aussi diversifiés) ou qui s’expliquent par des moments d’égarement ou d’exaltation lyrique. Un de nos auteurs préférés dans cette catégorie est le Père René François : « L’Esprit de l’homme trenche du petit Dieu, & se mesle de faire des mondes de cristal, & contrefait les miracles de l’Univers. (…) Les Mathematiciens forcent les natures, & changent les Elemens, & nous font voir ce qu’on ne peut voir, ny croire quand mesme on le void du bout des doigts.» (Des merveilles de nature et des plus nobles artifices…, 5° éd., Rouen, 1625.)

L’autre raison de notre lexicomanie, par-delà la nécessité d’être dans les conventions terminologiques, c’est évidemment le problème des traductions. Au XVIIIe s., le baron d’Holbach demandait que l’on arrête d’enseigner le latin, au motif que les traductions que nous avions des auteurs anciens étaient suffisantes et exactes. On peut avancer qu’il n’avait jamais lu Vitruve ou Alberti filtrés par Jean Martin. « Translationes enim quasi mutationes sunt.» disait Cicéron dans le De Inventione (II-57), la traduction est pratiquement un changement de propriétaire. C’est un constat fréquent, la Jeanne d’Arc de Schiller entendant des englische Stimme à Domrémy entendait-elle des voix anglaises, comme on a pu le lire, ou des voix angéliques (eng(e)lische) comme une modeste compréhension des mécanismes de l’élision le laisse supposer ?Nombre de traductions semblent ainsi avoir été faites « sur le toit de la diligence », pour reprendre une anecdote de Georges Perec se rappelant avoir traduit « Caesar cepit Galliam summa diligentia » (qui n’existe pas dans le texte original, c’est ça les souvenirs), en sortant du cinéma après avoir vu La Chevauchée Fantastique, par           « César conquit la Gaule sur le toit d’une diligence ».

Usure du temps, disions-nous, mais pas seulement. Il y a, comme l’a montré Hans Blumenberg, par exemple dans Das Lachen der Thrakerin (Suhrkamp Verlag, Francfort, 1987), une histoire des histoires, un travail sur le mythe pour reprendre le titre d’un de ses autres ouvrages. Blumenberg part de l’anecdote de l’astronome qui tombe dans un puits (la 1ere version serait celle du fabuliste Esope), lequel devient le divin Thalès chez Platon, avant que de passer par divers états tant physiques que moraux que dans le détail des spectateurs en fonction des intérêts idéologiques ou de la simple qualité de mémoire des interprètes (de Saint-Augustin à La Fontaine en passant par Bacon)… On voit par exemple que dans des éditions renaissantes des Fables d’Esope, le nom de Thalès, dont l’anonymat avait été jusqu’alors soigneusement préservé, finir par apparaître. Mais les variations sont infinies, la servante est une passante, elle est jeune ou vieille (ayant des stalactites de glace lui pendant au nez tant il fait froid), se moquant d’un astrologue cocu, la chute se fait dans une fosse à purin au lieu d’une citerne, etc. Et dans ces propositions, on peut voir une manière de construire un tableau, une theoria, même si on ne la voit pas toujours. Dans les constructions théoriques en architecture, c’est un peu la même chose, comme peut l’être la figure de l’architecte dont les variations sont infinies. Plutôt que de dire ce qui est vrai, ce qui est hors de notre portée, on peut en proposer des états, des cadrages, à charge pour le lecteur de choisir ce qu’il y a de plus conforme à ses propres ambitions.

C.-A. d’Aviler et sa définition de Bâtiment.

Histoire d’une définition.

« Bastiment, se dit de toutes sortes de lieux elevez par artifice, soit pour la Religion, la magnificence ou pour l’utilité.»
Suivent 13 sous-définitions, dont « Bastiment regulier » et « Bastiment irregulier ». L’édition de 1710, faite par Alexandre Le Blond, et dont la Préface avouait qu’elle avait été faite avec les notes mêmes de d’Aviler, était restée inchangée. L’édition de 1738 ayant manqué de souscripteurs pour la partie Dictionnaire, était parue sans elle. En 1743, le Supplément au Dictionnaire Oeconomique… de Chomel, conserve, partiellement réécrit, l’article de d’Aviler. Dans son Dictionnaire portatif édité en 1755, présenté comme une sorte de vade-mecum collationné dans sa jeunesse, Bélidor retient cette seule section, abrégeant les sous-définitions par : « ils peuvent être réguliers ou irréguliers.» Ici s’achève la vie de cette définition que nous sur-interprétons peut-être, mais qui reste de loin notre préférée : elle résume presque à elle seule l’Incipit du de Re Aedificatoria, sans les amplifications de rigueur dans un traité.

 Les tribulations d’un Dictionnaire sont l’histoire de ses rééditions et c’est Charles-Antoine Jombert, « Imprimeur-Libraire du Roi pour l’Artillerie & pour le Génie » qui le re-publie en 1755, débarassé du Cours…, avec l’aide d’Alexandre Saverien, le polygraphe de la maison. Après d’Aviler, ce n’est plus d’Aviler : « Batiment, s.m. Nom général qu’on donne à tous les lieux propres à la demeure des Grands, des Particuliers, & à l’exercice de la Religion, comme aussi aux portes publiques, aux arcs de triomphe, aux aqueducs, aux fontaines, &c. construits tout de pierre, ou de pierre & de bois de charpente, & dans lesquels on employe le marbre, le bronze, le fer, le plomb & autres matieres. Trois parties caractérisent & constituent un Bâtiment ; la Construction, la Distribution & la Décoration.» Plus conforme à notre vision de l’Architecture considérée comme un des Beaux-Arts sera celle de Quatremère de Quincy dans le « Dictionnaire d’Architecture » de l’Encyclopédie Méthodique (1783) :
« Batiment, s.m. Nom général que l’on donne aux ouvrages de l’architecture, mais particulièrement aux lieux destinés à l’habitation. Le mot d’édifice, qui en est synonyme, comporte une acception plus noble & plus distinguée. Le mot de bâtiment ne sauroit convenir aux arcs de triomphe, aux fontaines, portes publiques, &c. Celui d’édifice emporte avec lui l’idée de monument. Les particuliers doivent avoir des bâtimens simples & commodes ; les demeures divines veulent des édifices somptueux & magnifiques. Les ouvriers donnent généralement le nom de bâtiment à tout ce qu’on est en train de construire. D’où il résulte que le mot de bâtiment a plus rapport à l’art de bâtir, celui d’édifice à l’art proprement dit de l’architecture…»

 Les routes, ponts, aqueducs et ports qui sont aussi l’office de l’architecte chez Vitruve, Alberti, Scamozzi ou François Blondel, ont disparu du paysage. La spécialisation des métiers qui s’opère, par la médiation de la création d’écoles spécialisées d’ingénieurs a fait son œuvre. Dans ses Considérations… de 1791, Quatremère s’élèvera pourtant contre le démembrement du métier en deux écoles, l’une cultivant l’art du goût, et l’autre, « je veux parler de l’institution des Ponts et chaussées », dont il pense que c’est certes un « établissement utile pour la partie administrative des travaux itinéraires en France, mais qui n’auroit jamais dû s’approprier aucune des parties de l’enseignement relatif à l’architecture. Ce démembrement d’instruction, en décomposant l’essence de cet art, a porté le coup le plus funeste aux deux parties. Il a habitué les uns à croire que le goût dispense de la solidité, et les autres que le calcul peuvent remplacer le génie.» (p. 94)

En quête d’une source.
Revenons-en à la question qui nous préoccupe, à savoir l’origine de la définition donnée par d’Aviler, en nous intéressant à ses contemporains. Bâtiment et Édifice ne figurent pas dans le « Dictionnaire des termes » faisant suite à l’ouvrage de Félibien des Avaux, Des Principes de l’Architecture, de la Sculpture, de la Peinture et des autres arts qui en dépendent, édité en 1676, pas plus que dans Le Dictionnaire des arts et des sciences de Thomas Corneille (1694). En 1690, le Dictionnaire Universel de Furetière, dont on dit qu’il fut partiellement aidé par François Blondel dans son entreprise, donnait : « Bastiment. s. m. Ouvrage fait par des Architectes & Maçons. Il se dit non seulement des maisons & palais, mais aussi des Eglises, des ponts, aqueducs, & autres édifices publics, ou particuliers. Il y a en France des Intendants, des Controlleurs, & des Tresoriers des Bastiments du Roy. Les bastiments modernes sont plus beaux & plus commodes que les anciens.» Admettons donc, en l’état, que d’Aviler est l’auteur de cette définition.

Ceci ne signifie évidemment pas que d’Aviler ait créé cette définition ex nihilo. Lorsque l’Académie Royale d’Architecture décida, en 1676, la lecture de l’Idea… de Scamozzi, il ne lui fallut que six semaines pour surseoir « jusqu’à ce qu’il soit traduit en françois…». En 1681, une nouvelle tentative échoua, et c’est d’Aviler qui est chargé « de se donner la peine de le lire et de marquer à côté les endroits sur lesquels il croira que la compagnie doive faire réflexion…» (Procés-Verbaux de l’Académie Royale d’Architecture, I, pp. 306-307). Pour l’anecdote, c’est finalement Philippe de la Hire qui traduira le Livre III (qui ne sera pas édité) et d’Aviler le Livre VI, édité en abrégé en Hollande en 1713, avec de menus suppléments de Samuel du Ry, un ingénieur militaire. Il n’y a toujours pas, à ce jour, de traduction complète, la faute à Scamozzi vu comme « trop prolixe & ennuyeux » par François Blondel, ce qui est, avouons-le, plutôt vrai. Le Livre VII, dans lequel les pierres sont classées selon les 4 éléments et testées avec les 5 sens, avec des références qui vont bien au-delà de Pline, mériterait son Mommsen, pas un thésard moderne ; de plus, les références font appel à des ouvrages dont les éditions (non citées) ne sont pas toujours identifiables, sans parler du fait que les informations sont souvent inexactes, erreurs de chapitre voire de Livre. Nous y reviendrons sans doute une autre fois, notamment sur les notes de voyage ; il est rare, en effet, que des architectes aient autant voyagé que lui, François Blondel mis à part.

Revenons-en à ce qui nous soucie aujourd’hui. Si nous avons fait le détour scamozzien, c’est que nous en faisons notre favori pour le rôle, ingrat, d’inspirateur de la définition. Si cela était vrai, ce n’est toutefois pas par traduction d’une proposition scamozzienne, à moins d’un raté, toujours possible, de notre part, mais par imprégnation, si l’on peut dire, de l’atmosphère générale de l’ouvrage. En un seul chapitre, le 1er du Livre VIII Scamozzi peut par exemple citer Pausanias, Pélage, Ovide, Publius Victor, Festus, Plutarque, Plaute, Quintilien, Aristote, Hippocrate, Artemidore, Averroès, Platon, et Vitruve pour répondre à la question : qu’est-ce qu’un édifice ? Bizarrement, manque Alberti dont il s’inspire pourtant fréquemment.

 Certains lecteurs pourraient avoir des lumières bien supérieures aux notres. Toute contribution sera la bienvenue. « Non enim excursus hic ejus, sed opus ipsum est.» (Pline le Jeune, Epistolae, V-vi, via Laurence Sterne).