Archives de catégorie : Éléments biographiques

Sur la nécessité des biographies

Le genre biographique a quelquefois été contesté, au motif que les détails feraient perdre de vue l’œuvre du sujet. En ce qui concerne les Ingénieurs des États de Bourgogne, cette « recherche » nous est apparue nécessaire en découvrant l’existence d’une notice Dumorey dans Wikipédia, laquelle ne présentait que des difficultés. Prenons l’exemple du dernier paragraphe : « Avec Gauthey il fait les plans du pont de Pierre franchissant le ruisseau des Baulches sur la route de Moneteau à Auxerre et construit entre 1781 et 1786.» Il n’y a à peu près rien d’exact là-dedans : le projet du Pont sur le Rû de Baulches, Route d’Auxerre à la limite de la Généralité de Paris, est dessiné en 1782 par Charles-Joseph Le Jolivet, contre-signé Dumorey, l’exécution est menée par Antoine Antoine, lequel ayant constaté que le sol était sujet à affouillements, propose que l’emplacement du Pont soit légèrement déplacé, ce qui est approuvé par Gauthey, lequel n’a jamais mis les pieds en cet endroit qu’en passant, lors d’un voyage d’honneur ; le pont ne sera achevé qu’en 1790. (AD 21 C 3895 pour l’essentiel)

Pour avoir rédigé quelques biographes dans Wikipédia, nous avions pu constater les principales difficultés du genre, les sources et l’opinion, ce qui dans Wikipédia vous soumet à des contre-feux pas nécessairement attendus. Celle de Quatremère de Quincy, centrée sur ses apports à l’architecture, le Dictionnaire dans es différents états, les Considérations sur les Arts du Dessin et quelques éléments épars, n’a ainsi pas survécu à ceux qui ont pensé que sa carrière politique était première par rapport aux révisions théoriques que l’on peut constater entre les 2 états du Dictionnaire…. Celles de François Blondel (rédigée avant les publications de Gerbino) et de Jacques-François Blondel ont été beaucoup plus robustes et très peu modifiées jusqu’à présent. Pour chacune d’entre elles, la recherche des sources s’était limitée aux ouvrages dont ils étaient les auteurs, améliorée par les quelques opinions de contemporains que l’on pouvait trouver. Le Cours de François Blondel est parsemé de ses anecdotes de voyages, tout comme l’est L’Idea… de Scamozzi. Tout cela était évidemment améliorable et peut-être reprendrons-nous un jour celle de Jacques-François Blondel dont on s’étonne encore du peu d’intérêt qu’il suscite.

Concernant les biographies des Ingénieurs des États de Bourgogne, la plus ancienne tentative de notre part était celle de Gauthey, telle qu’elle a été publiée en Annexe 1 dans Un Ingénieur des Lumières : Émiland-Marie Gauthey. Évacuons tout de suite la question des erreurs. Elle a até écrite en 4 jours à partir de sa biographie faite par Navier, des contributions des auteurs et de quelques sondages dans les Archives de Saône-et-Loire. Les notices abrégées de l’exposition Les Ingénieurs des États… étaient un peu plus parfaites, si l’on ose, mais évidemment assez sommaires et un peu trop de seconde main : on pense ici aux éléments, relativement précis dans l’ensemble, donnés par François de Dartein dans son Étude sur les Ponts en pierre (…) Ponts français du XIIIe siecle : Bourgogne, Paris, 1909. Depuis, le temps a passé et nous en avons évidemment appris un peu plus en courant l’archive.

Une des questions les plus évidentes au cours de nos recherches fut celle des problèmes d’identité de nos ingénieurs. En toute rigueur, Thomas Dumorey ne portait aucun de ces deux noms le jour de sa naissance ; Joseph-Pierre Antoine avait une vie rêvée rapportée par son biographe, Claude-Xavier Girault, ou ceux qui voulaient bien l’écouter, comme Aubin-Louis Millin le prenant comme référence pour la rédaction de ses Antiquités Nationales lors de son passage à Dijon ; Gauthey passait sous silence ses activités hors de Bourgogne. Quant aux derniers entrés dans la carrière, François Pourcher, François Guillemot, Claude Niepce, Philippe Vionnois ou François Vaillant, le plus évident était leur naissance bourguignonne et les rapports familiaux, souvent croisés, avec ceux qui précèdent.

Bien entendu, rien n’est simple dans ces affaires, les sources sont incomplètes, certains dossiers impossibles à reconstituer, à l’exemple des travaux de Gauthey pour la construction du Pont de La Mulatière à Lyon, lequel partit au fil de l’eau, alors que Gauthey était déjà loin. Nous allons tenter, sinon de combler les vides, au moins de donner les éléments nécessaires, en commençant par Joseph Jean, futur Thomas Dumorey, ingénieur des Ponts et chaussées des États de Bourgogne de 1750 à 1782. Pour cela, il est apparu nécessaire de nous lancer dans une opération à laquelle nous nous étions refusé jusqu’alors, l’enquête dans les Registres Paroissiaux, en ayant heureusement à notre disposition les quelques éléments déjà glanés dans des archives plus faciles à interpréter. ET c’est ainsi…

Thomas Dumorey. Un patronyme inventé ?

Il existe un certain mystère autour de Thomas Dumorey, ingénieur des États de Bourgogne de 1750 à 1782, celui de son identité réelle. Présenté comme un ingénieur militaire qui, une fois réformé, aurait pris du service dans les Ponts et chaussées, il ne figurait pas, en tout cas, dans le Dictionnaire des Ingénieurs Militaires d’Anne Blanchard (Montpellier : Université Paul Valéry, Centre d’histoire militaire et d’études de défense nationale, 1981.) lequel présentait certes, de l’aveu de l’auteur, quelques lacunes, mais un Ingénieur du Roy dans les années 1740 aurait dû y figurer. Pas de Dumorey, pas de Thomas, ni de Morey ou Moret ou autres variantes habituelles. Les recherches d’Yves Beauvalot sur son anoblissement, (« L’anoblissement de Thomas Dumorey, ingénieur des Ponts et Chaussées de la Province de Bourgogne (1717-1782).», Annales de Bourgogne n° 291, Juillet-Septembre 2001, p. 377-370) ne traitaient pas réellement de cette question d’identité, ni de celle, elle aussi obscure, de la formation réelle de notre Ingénieur. Nos propres recherches sur les Ingénieurs de Bourgogne, commencées en 1991, avaient certes produit quelques éléments, mais rien de concluant, avant que nous nous décidions à faire un point vraiment précis, dans la mesure du possible. Ses lettres de noblesse le présentent comme lieutenant dans le Régiment de Berry-Cavalerie né en 1717 à Chalon-sur-Saône d’un père architecte et voyer de la Ville, ses aïeuls ayant été architectes dans la Province du Languedoc et travaillé à la construction du Canal de cette Province (Beauvalot, p. 343). Pour la question de sa carrière militaire, pas vraiment facile de s’y retrouver, mais nous verrons cela plus tard, le père architecte et voyer de Chalon, admettons, pour la naissance en 1717, sûrement pas.

Joseph Jean,  fils de voyer.
La question du patronyme n’a trouvé sa solution que dans les recherches faites dans les Registres Paroissiaux de la Ville de Chalon, avec les secours du dépouillement des archives communales, actes administratifs, devis, etc. Commençons par 1758, où il apparaît en tant que Joseph Jean Thomas Dumorey, ingénieur du Roy et de la Province, parrain de Joseph Jean, fils de Pierre Louis Royer et Pierrette Jean Thomas en 1758, paroisse Saint-Georges à Chalon-sur-Saône, (AMC GG 25, acte 1758/63). Le libellé de son identité est à son apex, l’Ingénieur de la Province signe habituellement Thomas Dumorey ou Dumorey. On est presque sur une ligne de crête, c’est très probablement la dernière fois que Joseph Jean apparaît sous Thomas Dumorey. La petite gravure de Dumorey faite en 1761 par Joseph-Pierre Antoine (BM Dijon, ms 2602, publiée par Beauvalot, op. cit., p. 341) le présente comme « J. J. Thomas du Morey, Ingenieur du Roy, et des Etats de Bourgogne.»

Jules-Roy Chevrier, dans un article déjà ancien (« Thomas Dumorey et les eaux à Chalon », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, t. 22, 1926-1927, pp. 59-77.) le donne comme né vers 1717, paroisse Saint-Jean-de-Maisel. Laissons de côté le Dumorey pour le moment : dans les registres baptismaux de cette paroisse, cette année-là, et même des années 1714 à 1720, il n’y a aucune trace d’un Joseph Jean Thomas, ce qui pouvait signifier, soit qu’il était né protestant, soit qu’il était né ailleurs, soit qu’il avait tout inventé. Dernier élément de référence, dans sa demande d’anoblissement, il précisa que son père était voyer de la ville de Chalon-sur-Saône. Pour ce que valent les registres de la ville, quelque peu incomplets et plutôt mal tenus, on découvre dans les Actes administratifs que le 5 février 1725 est faite l’adjudication de la glacière à Pierre Jean Thomas, plâtrier, frère du voyer Jean Jean Thomas qui est sa caution (AMC BB 70). En remontant le temps, les registres fiscaux de 1716 cotent Jean Jean dit Thomas, « maître architecte », ce qui désigne n’importe quel entrepreneur ou marchand à Chalon à cette époque. Par exemple, l’adjudication des ouvrages à faire à l’hôtel de ville en 1716 confère ainsi le titre à Marcelin Lenoir, François Saliège, Silvain Moreau et Louis Effantin (AMC BB 68), mais les registres fiscaux de la même année font de Lenoir un hôtelier, de Moreau et Saliège des marchands de vin. N’oublions pas Louis Jean, aussi plâtrier, dont je n’ai pas vraiment suivi la trace, contrairement aux précédents.

On retiendra donc l’hypothèse la plus plausible faisant de Joseph Jean Thomas le fils de ce Jean Jean dit Thomas. Et, donc, retour dans les Registres Paroissiaux de la Ville de Chalon, toutes paroisses, à la recherche du fils de Jean Jean. C’est en remontant les années, pour fort peu de temps à vrai dire, que l’on tombe sur la date 17 décembre 1716, paroisse Saint-Georges, sur l’acte de baptême de Joseph Thomas, « né ce jour avant midy », fils légitime de Jean Thomas architecte et Françoise Bardot ( AD 71 4E 76/13, vis. 71). La curiosité étant ce qu’elle est, nous avons poursuivi cette quête. Le mariage entre Jean Jean (pas de Thomas) et Françoise Bardot, fille de feu Antoine Bardot et d’Angélique Simon, a eu lieu le 25 février 1716, même paroisse (id., vis. 63). Pour se marier, le dit Jean Jean a eu besoin d’une lettre de consentement, d’une lettre de récédo (un certificat de baptême) et d’un extrait mortuaire (certificat de décès de sa première épouse, Marguerite Maître), lesquels sont expédiées par Bruguière, prieur de Clermont Lodève (actuellement Clermont-l’Hérault, Hérault). Ses père et mère sont Thomas Jean, maître-maçon à Clermont, et Marguerite Montagnier (Montagnié, etc.) : Richard de Ruffey avait raison, l’ingénieur Thomas Dumorey était bien le fils (et le petit-fils) d’un maçon du Languedoc et avait donc bien tort de se donner des grands airs. Toujours est-il que les commodités modernes étant ce qu’elles sont, nous sommes allé voir les registres de Clermont-Lodève, en commençant par les embryons de tables décennales, puis en remontant le temps à compter de 1715. Les Tables Décennales disponibles à partir de 1720 donnent pour la décennie 3 décès de dénommés Jean Jean, 1 Jean-Baptiste Jean, une Jeanne Jean, quelques Jeanjean, d’où l’idée que le Thomas que Jean Jean veut accoler à son nom serait une manière de se distinguer ; pas vraiment de chance, il y a à Chalon au moins 4 autres Jean Thomas, un marchand, un gagne-denier sur le port, etc., mais pas un seul Jean Jean. Autant pour l’essai de distinction, il n’était pas nécessaire, si c’était le but.

A Clermont-Lodève (AD34 St-Paul-de-Clermont 5 MI 31/6, vis. 420), on retouve au 30 septembre 1712 l’acte de décès de « Marguerite Mestre agée d’environ vingt un ans, femme à Jean Thomas. Ont assisté au convoy Jean [biffé : Thomas] Jean et Jean Pierre Jean qui ont signé.». Restait à trouver l’acte de mariage. On note en passant en date du 24 octobre 1711, l’acte de naissance de Thomas Jean, fils de Jean Jean et Marguerite Mestre, parrain Thomas Jean, marraine Elisabeth Arnhac. Arrivé au début de l’année 1705 (fin de la bobine), par inertie à vrai dire, toujours pas d’acte de mariage, en un temps où seules les familles royales s’alliaient aussi précocement : à supposer que Marguerite Mestre (Maître, etc.) ait été âgée de 21 ans à sa mort, elle aurait eu 14 ans en 1705 : nous supposerons l’avoir raté, mais il eut été intéressant dans la mesure où cela aurait bien aidé au tableau d’ensemble. Outre la naissance mentionnée, on trouve en passant un Jean Jean recteur d’école, un Jean Pierre Jean, un Jean Thomas, un Pierre Thomas et même un Pierre Dumoret (dans l’acte) ou Demoret (la signature) qui n’a aucun rapport avec la famille Jean, ou plus exactement avec aucune des familles Jean, ou Jeanjean. Quitte à perdre son temps, nous avons parcouru les registres clermontais à la recherche de Jean Jean et Jean Pierre Jean, fils de Thomas Jean, de 1679 à 1692, on y apprend du moins que les Jean ou Thomas (ou toute combinaison) n’ont pas eu à abjurer « l’hérésie de Calvin » en 1685. De la moisson héraultaise, on retiendra donc qu’il y a un Thomas Jean maçon, grand-père de notre Joseph Jean, un Jean Pierre Jean qui est son oncle, et un Thomas Jean qui est son demi-frère. Comment cette troupe est-elle arrivée à Chalon, nous ne le saurons jamais.