Archives de catégorie : Exposition

Conférence / ENTRE CONSTRUCTION ET RECIT

L’exposition « De la construction au récit. Être de son temps et de son lieu pour l’architecte du XXe siècle » est accueillie à l’ENSAG, du 10 mars au 5 mai 2017.

À l’occasion de sa venue et dans le cadre du cycle de conférence de l’ENSAG, Claire Rosset donnera une conférence le mardi 21 mai 2017, intitulée :

« Entre construction et récit. Prendre la mesure du monde moderne avec Albert Laprade, architecte »

Résumé de la conférence : 

Architecte dès les premières années du XXe siècle, Albert Laprade (1883-1978) investit les nouveaux programmes de la modernité, des ouvrages d’art aux logements pour le grand nombre. Au-delà de la réalisation de projets qui marquent son époque, il développe une importante pratique éditoriale et dessinée. Il regarde ainsi l’architecture vernaculaire comme celle de ses contemporains, faisant le récit d’un travail « à la fois très régional, simple et moderne ».

Parcourir la diversité de la production d’Albert Laprade permet alors d’interroger la manière dont l’architecte du XXe siècle prend la mesure du monde moderne, pour concevoir une architecture « à la fois » de son temps et de son lieu.

Pour en savoir plus :

Exposition ouverte du 10 mars au 5 mai 2017 (fermeture du 17 au 21 avril), du lundi au vendredi de, 10h à 19h Grande Galerie – ENSAG

Affiche de l’exposition

Flyer de l’exposition

> Présentation de l’exposition

Affiche de la conférence

REGARDER LA CONFERENCE

Exposition / DE LA CONSTRUCTION AU RECIT. Être de son temps et de son lieu pour l’architecte du XXe siècle

Du 25 mai au 29 septembre 2016, le CAUE de Haute-Savoie présente l’exposition :visuelCAUE-titre

Cette exposition est le résultat d’une collaboration entre le CAUE de Haute-Savoie et le laboratoire MHAevt dans le cadre d’une convention CIFRE.

Claire Rosset, doctorante au laboratoire MHAevt et au CAUE de Haute-Savoie, a assuré le commissariat de l’exposition à partir du travail scientifique issu de sa recherche.

visuelCAUE-2

Au début du XXe siècle, suite à la révolution industrielle, le développement des villes met les architectes face à de nouveaux programmes, véritables projets de modernité : la transformation des modes de vie, l’essor des infrastructures (industrielles, urbaines, touristiques…) ou encore l’habitat et la production de logements pour le grand nombre. L’échelle nouvelle des ouvrages architecturaux a modifié la façon d’habiter les territoires. Dès lors, les architectes modernes sont souvent accusés d’être en rupture avec l’histoire et la géographie des lieux. Leurs productions semblent vouloir être à tout prix “de leur temps” plutôt que “de leur lieu”.

Le parcours d’un architecte comme Albert Laprade (1883-1978) permet de dépasser cette opposition et de revenir sur la manière dont, en France, les architectes du début du XXe siècle se sont confrontés aux besoins de leur époque et à la spécificité des lieux. Au-delà d’une production moderne allant du garage automobile rue Marbeuf (Paris) au barrage de Génissiat sur le Rhône (Ain), Albert Laprade porte une attention particulière à l’architecture traditionnelle notamment à travers ses Albums de croquis. Il revient également régulièrement dans les Alpes du Nord où il a progressivement acheté l’alpage de Charousse (Les Houches, Haute-Savoie) dont il a cherché à préserver l’unité du lieu.

De la construction au récit… cette exposition interroge la manière dont les architectes participent à l’élaboration d’une “culture du lieu” qui comprend celui-ci à la fois comme site de projets, comme territoire de nouvelles découvertes et comme imaginaire à construire.

L’exposition est structurée par six thématiques qui mettent en regard la place du lieu dans la pratique architecturale au début du XXe siècle :

  • l’architecture se montre : les expositions universelles
  • la modernité : habiter le XXe siècle
  • l’architecture sans architecte : relever et révéler l’existant
  • nouveaux programmes, nouvelles techniques
  • du détail au paysage : la question des échelles
  • l’architecture en débat : l’avènement des publications

Au sein de ces six thématiques, et à partir de supports variés (relevé, croquis, projets, édifices, publications, …), les visiteurs retrouvent :

  • une “entrée” présentant la thématique
  • un “zoom” sur la production de l’architecte Albert Laprade qui éclaircie et symbolise chacune des thématiques,
  • un “écho” sous forme de citation, qui permet d’ouvrir sur des expériences contemporaines,
  • une “frise” qui présente une chronologie sélective des expériences citées et/ou significatives au XXe siècle.

Une exposition produite par le CAUE de Haute-Savoie

Commissariat
Claire Rosset, doctorante en architecture / CAUE 74
Comité de pilotage
Arnaud Dutheil, Dominique Leclerc et Dany Cartron / CAUE 74
Conception scénographique
Sara de.Gouy, designer / architecte
Design graphique
Bureau 205
Fabrication
Menuisier-agenceur : À mi-bois
Signalétique et marquage : Adzo
Partenaires de l’exposition
La commune de La Bâthie (Savoie), la Compagnie Nationale du Rhône, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le ministère de la Culture et de la communication / DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, l’ANRT / Cifre

Présentation sur le site du CAUE

Exposition / Une architecture de l’engagement : l’AUA (1960-1985)

Le laboratoire MHAevt et l’ENSAG ont apporté leur contribution, par la réalisation de quatre maquettes spécialement conçues pour l’événement, à l’exposition Une architecture de l’engagement : l’AUA (1960-1985) inaugurée le 29 octobre 2015 à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine (Paris).

© Conception graphique Change is good, 2015
© Conception graphique Change is good, 2015

Commissariat :

  • Jean-Louis Cohen, professeur à l’Institue of Fine Arts de la New York University
  • Vanessa Grossman, doctorante à la Princeton University.

> présentation de l’exposition
> dossier de presse


Réalisées sous la direction de Catherine Maumi dans le cadre de stages (d’initiation à la recherche notamment) effectués par des étudiants de Master au sein du laboratoire MHAevt, ces quatre maquettes donnent à comprendre les projets initiaux :

  • du projet de la Villeneuve (vers 1966),
  • de la galerie de l’Arlequin (coupe de principe),
  • du Centre administratif de Pantin (1974), actuel Centre national de la danse,
  • et de l’îlot 108 – ou tours – de Bagnolet (1971).

Léa Eyraud, Mélina Ramondenc, Etienne Randier, Elise Simon, aujourd’hui diplômés architecte D.E. (depuis juin 2015), ont effectué le travail de recherche, de dessin, de conception et de construction des maquettes, aidés dans la phase de redessin de Paul Mouton et Anaïs Vigneron (actuellement en Master 2).

Celles-ci ont pu être effectuées grâce à l’accès aux machines de pointe mises à disposition par le Fab Lab (La Casemate, Grenoble).


Source photographique : Catherine Maumi ©

P1600997

P1610003

P1610014

Elise posant devant la maquette du Centre administratif de Pantin
Elise posant devant la maquette du Centre administratif de Pantin

Exposition / De la maison de la Culture au Cargo : 30 ans d’histoire…

Numériser

Dans le cadre de la soirée de lancement de l’ouvrage de Dominique Amouroux, André Wogenscky et Louis Miquel à Annecy, à l’Îlot-S, CAUE 74, 7 Esplanade Paul Grimault à Annecy, sera présenté un entretien filmé avec André Wogenscky et Marta Pan réalisé par Anne Faure (2001) avec la collaboration scientifique de Franck Delorme et Françoise Very.
Un échange autour de la transmission des oeuvres architecturales du XXe siècle aura lieu avec Sophie Omere, conservatrice des Monuments historiques, architecture et objets à la DRAC Rhône-Alpes et Dominique Amouroux.

En outre, Franck Delorme présentera l’exposition « De la maison de la Culture au Cargo: 30 ans d’histoire … » qu’il a réalisé pour la ville de Grenoble dans le cadre des festivités du 30e anniversaire de la Maison de la Culture, avril 1998, sous la direction scientifique de Françoise Very.

Publication / Le catalogue de l’exposition Domus Mare Nostrum

Cet ouvrage prolonge l’exposition éponyme qui s’est tenue du 8 mars au 11 mai 2014 à l’Hôtel des Arts à Toulon (Var). Cette exposition avait l’ambition de présenter « la manière dont les modernités successives du XXe siècle auront utilisé la référence méditerranéenne ».

Le catalogue présente à travers douze contributions richement illustrées de photographies récentes et de documents d’archives, les maisons qui ont fait l’objet de l’exposition.

Il est disponible à l’Hôtel des Arts de Toulon (http://www.hdatoulon.fr/publications/)et à la librairie Imbernon (http://www.editionsimbernon.com/librairie.html)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA