Archives de catégorie : Colloque

COLLOQUE / Pensée décentralisatrice et projet de territoire, au XXe siècle

Les 09 et 10 novembre 2017 se tiendra le  Colloque international  : « Pensée décentralisatrice et projet de territoire, au XXe siècle » à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG).

Les propositions de communication (résumé de 300 mots, 5 mots clés et CV d’une page, en français ou en anglais) sont à envoyer avant le 17 juillet 2017 à l’adresse suivante : decentralisation2017.18@gmail.com

Vous trouverez l’argumentaire de l’appel à communication ci-après.

> Appel à communication (FR)
> Call for paper (ENG)

 

Conférence / 17th IPHS Conference History Urbanisme Resilience

Du 17 au 21 juillet 2016 a eu lieu le Colloque  : « 17th IPHS Conference History Urbanisme Resilience » à TU Delft.

Catherine Maumi et Armelle Le Mouëllic y ont présenté leur travail.

  • Dans le panel Postwar Portrait Gallery
    Catherine Maumi a donné la communication intitulée:
    Victor Gruen: a paradoxical round trip between Europe and the United States

History urbanisme résilience_Ideas on the move and modernization vol1

Résumé :

Fifty years ago, Victor Gruen (1903-1980) – now usually relegated as a footnote in most of the histories of architecture of the Twentieth Century, was one of the most influential architects in the occidental part of the world. Two reasons, at least, could explain the oblivion regarding his work: First, his aim was to design the architecture of everyday life, mainly intended for the middle class caught in the Post World War II euphoria of mass consumption. Second, his architecture and planning refer mainly today to a double failure: the shopping centre failed to be the new urban centre he had imagined for the suburb; the shopping mall (or pedestrian mall) failed to save the city centre from the decline – and sometime the ruin – speeded up by the development of the shopping centre. Actually, his thought seems to most of the critics at least paradoxical. Recognized as the “father” of the shopping centre, Victor Gruen Associates was acclaimed for building new regional shopping centres all over the United-States. On the other side, as early as the mid-fifties, he alerted his contemporaries to the dangerous phenomenon that was hitting most of the American cities, changing them into “doughnuts”: the depopulation of the cores and the increase and development of the suburbs. To fight against chaotic suburban sprawl and the death of the downtown, he urgently called for comprehensive planning at the metropolitan scale, as the only means of preventing simultaneous expansion of the “dough” and irremediable ruin of the “hole”. The pedestrian shopping mall designed for the downtown area as part of a revitalization plan integrating – with the help of the three-dimensional planning – all the essential functions of the city – traffic, business, shopping, housing – was thus imagined as the counterpart of the regional shopping centre. Born in Vienna, Victor Gruen never forgot his European background and always kept in mind an idealized image of the European City. His architecture and planning are a transposition, in the second half the Twentieth Century, of this idealized image, with the hope that it would built a better urban environment. Back in Europe, mid-sixties, he urged his contemporaries not to reproduce the mistakes made in the United-States, and to focus

their attention on the city centres of the old as well as of the new towns being designed. This is another paradox of Gruen’s career: once back in Europe – retired from Victor Gruen Associates –, he started a new activity in Vienna (Victor Gruen International) and created a new foundation (Victor Gruen Association for Environmental Planning), working fervently to brink back life in the city centres while Europeans were dreaming about the American

shopping centre. This paper will focused on this second part of his career during which Gruen worked in France, Belgium, Italy, Swiss, Austria with the aim to understand Gruen’s major influence on so many projects for new towns or city centres revitalization plans.

  • Dans le panel Mapping the Neighbourhood: Ideologies and Tools shaping 20th-century Urban Visions
    Armelle Le Mouëllic a donné la communication intitulée:
    The fisheye map as a way to solve the “discontinuous continuity” of urban project :its use for Sendai project by Yoshizaka Takamasa

History urbanisme résilience_The urban fabric vol2

Résumé :

One of the lesson of the Great East Japan Earthquake was for architects the necessity to think at the same time the small and the bigger scale, and relations between communities and national state. Sendai was the foreground’s capital region during this disaster. The city since a long time thought about such kind of correlations.

In the 1970s, a committee called “Sendai Developper Committee” was created where local administration, central government, financial sector and academics were reunited. This committee decided to map-out a big concept for Sendai, called “The Ideal Form of Sendai, The City of trees : a proposal for Its Future”. In order to do that Yoshihiko Sasaki (professor of architecture in Tohoku University) and Yoshizaka Takamasa (professor of architecture in Waseda University, Tokyo) collaborated together to create this common image. They started to compiled some data coming from local government but also locals. In final report, they made guidelines for the entire regional area for promoting the image of “the city of tree”.

This project and process has been widely documented and commented. The focus of the study is on the kind of representation used for the final document. This project also records the change of scale in Yoshizaka Takamasa’s thinking. After being educated by Kon Wajirô in Waseda University, he went to work with Le Corbusier in France. He developed a production and thinking at the cross of european modernity and buddhism.  Those drawings are a part of the method and philosophy of “discontinuous continuity”. He developed the theory of DISCONT that he applied to his architectural and urban production.

How fisheye representations used in Sendai project are one response to the inherent discontinuity of urban project, especially in the context of resilience ?

 A large panel of illustrations can be find in the final report of the project from diagrams at the scale of Sendai’s region to very detailed urban situation. Those diagram and drawings reveal a very specific process and thinking in urban planning. The fisheye map are a specific distortion of the map that combined three differents maps scale : community, city and landscape. The renewal of the traditional map opens new way to a more resilient thinking, especially with connections between locals and city government.

This analysis should be related to the specificity of previous town planning in Sendai area. Thereby, its very specific situation in Miyagi prefecture, close to the sea and mountains. The various representation of the project build this image of a great connection between Sendai city and nature.

 Through the analysis of this project, the beginning of machizukuri practice (bottom-up thinking in japanese urban design who became popular in 1990s) can be noticed by the creation of some “platform”, space and time dedicated to discussions between a various type of actors. This platform is the place for collaboration between universities, locals, and local government. Such kind of “platform” allows the recognition of the local resources and the importance of the relation between cities shapes and landscapes. Fisheye maps are still used as images for reconstruction process and recovery management.

>Site internet colloque

 

Colloque / Au tournant de l’expérience. Interroger ce qui se construit, partager ce qui nous arrive.

Affiche programme colloque international_aysegull CANKAT

Les 11 et 12 mars prochains aura lieu le Colloque international architecture & philosophie : « Au tournant de l’expérience. Interroger ce qui se construit, partager ce qui nous arrive.«  à l’Auditorium de la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Le vendredi 11 mars, à 16h00, Aysegül CANKAT   présente son travail intitulé « Istanbul, les gecekondu comme expérimentation spatiale : Détours et inversions pour repenser l’architecture ».

Le programme complet du colloque

COLLOQUE / Inventer le Grand Paris. Regards croisés sur les métropoles des années 1940 à la fin des années 1960

Les mardi 1er et mercredi 2 décembre 2015, auditorium du Petit Palais, Paris.GrandParis_Programme2015-1

Thème du colloque :
Troisième temps du programme pluriannuel sur l’histoire du Grand Paris, le colloque international Inventer le Grand Paris mobilise, dans une perspective transnationale et interdisciplinaire les connaissances de la recherche urbaine. Il s’inscrit dans la continuité des deux précédents colloques réunis en 2013 et 2014. Ces journées avaient mis en lumière les premiers grands projets d’aménagement et d’organisation du Grand Paris dans la première moitié du XXe siècle.
Le colloque de 2015 couvre une autre période fondatrice. Il met en perspective l’histoire du Grand Paris entre la Seconde Guerre mondiale et le début de la mise en œuvre du Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris (SDAURP) présenté au public en 1965. Il réunit des chercheurs venus de plusieurs pays pour évoquer l’histoire de l’urbanisation marquée par l’expansion démographique, économique et territoriale des métropoles. Il éclaire sous un angle nouveau la planification et la production urbaines, la circulation des modèles et l’aménagement des grandes agglomérations. Les communications interrogeront également l’actualité du Grand Paris pour mieux saisir les enjeux urbains, sociaux, politiques et économiques de la construction des métropoles.

A cette occasion, Catherine Maumi est invitée à communiquer à propos de ses recherches sur Victor Gruen. Sa communication L’urbanisme tri-dimensionnel de Victor Gruen à l’épreuve du « futur prévisible » sera donnée dans la session « Le Grand Paris et les Amériques ».

Résumé :
« Théoricien estimé, réalisateur infatigable, Monsieur Gruen réunit donc tous les titres pour conseiller les réalisateurs français et peut-être leur éviter les erreurs que les Américains ont nécessairement commises au cours de recherches et d’expériences successives » estimait la Préfecture de la Region Parisienne en octobre 1968, en introduction à la traduction de la conférence donnée par Victor Gruen au printemps de la même année sur le thèse « Urbanisme et commerce ».

Victor Gruen, dont les projets de centres commerciaux réalisés aux Etats-Unis sont l’objet d’attentions et d’intérêts particuliers de la part de nombre de professionnels et responsables politiques au début des années 1960, est sollicité dans un premier temps, en Europe, par les principaux acteurs du secteur du commerce, et notamment celui des grands magasins. En France, les premiers contacts sont pris par les dirigeants des magasins Prisunic, Au Printemps, et les Nouvelles Galeries, au moment où ceux-ci envisagent une nouvelle politique de diffusion de leurs activités à l’échelle du territoire national. De fait, la pensée architecturale et urbaine développée par Gruen dans l’après Seconde Guerre mondiale ne peut être comprise sans la considération de cette interface – qui fonde sa démarche de projet – entre le monde économique, du commerce, et celui de la planification, impliquant l’ensemble des professionnels et des acteurs politiques. Ainsi, si Gruen, à la fin des années 1960, est en effet missionné par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Parisienne pour une série d’études se rapportant, notamment, à la création de plusieurs villes nouvelles en projet en Ile de France (auxquelles il faudrait ajouter sa mission pour l’Etablissement Public pour l’Aménagement de la Défense), ce n’est pas uniquement en qualité de concepteur des centres commerciaux de Northland ou de Southdale, inaugurés au milieu des années 1950, mais aussi pour ses projets de rénovation urbaine – tels ceux du centre ville de Forth Worth, ou de Rochester, largement publiés ; sans oublier les projets de villes nouvelles également en cours de construction. Toute étude engagée pour organiser l’expansion de l’urbanisation à l’échelle métropolitaine était indissociable, selon Gruen, d’une attention équivalente portée sur la ville-centre. Conviction qu’il avait confirmée avec son ouvrage The Heart of our Cities. The Urban Crisis : Diagnosis and Cure (1964).

Tel était l’objectif de l’urbanisme « tri-dimensionnel » – three-dimensional planning – qu’il avait mis en œuvre et qu’il ne cessa de défendre. L’urbanisme était tri-dimensionnel en cela qu’il supposait de prendre en compte la multiplicité des échelles spatiales en jeu, mais aussi l’ensemble des activités, usages, fonctions, enjeux, problèmes, et ce, en considérant la faisabilité dans le temps, une échelle temporelle qui constituait elle-même une donnée majeure du processus de projet. L’urbanisme tri-dimentionnel s’opposait aux modes de faire de l’époque qui privilégiaient le point de vue d’une multitude de spécialistes abordant le problème selon des approches, des processus, et des objectifs à chaque fois différents, correspondant à chacune de leur « spécialité ». Il militait en faveur d’une approche multi-fonctionnelle, défendant l’idée de mixité sociale, économique et des activités, seul moyen de préserver et de faire se perpétuer le dynamisme d’une ville.
C’est ainsi que les premières conclusions apportées par Gruen, en janvier 1969, à la mission d’étude qui lui avait été confiée concernant le centre ville de la Ville Nouvelle d’Evry, pointaient la nécessité de « donner à notre étude des dimensions plus larges que le cadre strict du contrat afin d’atteindre des résultats dignes d’intérêt ». Il considérait en effet que le centre commercial ne pourrait être « intégré avec succès » dans le « cœur de la ville » que si l’on n’avait, au préalable, adopté un plan d’ensemble, les fonctions commerciales ne pouvant être considérées indépendamment des autres fonctions de la ville. Il critiquait également le « compartimentage » en des zones « strictement déterminées, réservées à des activités spécifiques » qui était d’ores et déjà opéré pour le « cœur de la ville », ce, alors même qu’une ville se devait de faciliter autant que possible les échanges, réduire le temps de transport, comprendre un nombre non négligeable d’habitations pour rester dynamique tout au long de la journée et de la semaine, et ne pas se transformer en un lieu sans vie une fois les bureaux fermés. Les différentes expériences françaises menées par Gruen démontreront combien l’urbanisme tri-dimensionnel était difficile à mettre en œuvre, celui-ci supposant un travail de concert de l’ensemble des services techniques, des administrations publiques mais aussi des acteurs privés, sans oublier les enjeux purement politiques.

Recherche s’appuyant sur un travail d’archives effectué durant l’été 2012 grâce à un Paul Mellon Visiting Senior Fellowship, Center for Advanced Study in the Visual Arts, National Gallery of Art, Washington, D.C.
[cf. en ligne : http://www.nga.gov/content/dam/ngaweb/research/CASVA/pdfs/center-33.pdf]

Alena Kubova interviendra quant à elle dans la session « Le Grand Paris et les Europes » avec une communication intitulée : 1950-1960. La ville socialiste de Prague : un avenir à réinventer.

Le programme

Colloque / ALPES ARCHITECTURE PATRIMOINE. Protection, projet, développement local

Caterina Franco a participé à la Conférence internationale : ALPES ARCHITECTURE PATRIMOINE. Protection, projet, développement local qui se tient sur deux journées :  à Turin, le 20 novembre 2015 et  à Milan, le 11 décembre 2015.

affiche labo cate

Ce colloque est une occasion pour discuter des problèmes les plus actuels de l’architecture dans les Alpes parmi lesquels: la conservation du patrimoine bâti, la conception architecturale contemporaine et de qualité, les stratégies pour un développement local durable. Il est organisé par le Politecnico di Milano et le Politecnico di Torino et est destiné aux représentants des organismes d’État, régionaux et locaux, les universités et les centres de recherche, les professionnels et les entreprises du secteur. La discussion sera consacrée à la présentation d’expériences récentes de recherche, préservation, restauration et réhabilitation du patrimoine bâti dans les Alpes.

L’intervention de Caterina Franco était intitulée : « La costruzione di un territorio per il tempo libero. Esperienze d’oltralpe a confronto ».

> l’affiche
> le programme