La Bourgogne des Ingénieurs

Ponts et chaussées icon

La Bourgogne, Pays d’États, n’est pas le territoire que nous connaissons aujourd’hui. Pour simplifier, en 1682, date à laquelle est créé l’emploi d’Inspecteur général des ouvrages de la Province, elle comprend les actuels départements de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire, une petite partie de l’Yonne et quelques enclaves se trouvant actuellement dans l’Aube, la Haute-Marne, la Nièvre et la Loire. La Nièvre fait alors partie de l’Orléanais, l’Yonne est partagée entre la Champagne et la Généralité de Paris. Existe parallèlement la Généralité de Dijon, laquelle comprend une partie de l’Ain (les pays de Gex, Bugey et Valromey) et s’étend jusqu’à Saint-Clair aux portes de Lyon. La Généralité aura ses propres ingénieurs à partir des années 1740, pour l’essentiel Jean-Baptiste Mutin de Saint-André et Nicolas Aubry qui, eux, dépendront de l’Intendance, c’est-à-dire du Contrôle Général des Finances à Paris. Ceux qui nous ont intéressé obéissent, quant à eux, aux États de Bourgogne représentés par les Élus Généraux. On peut, grossièrement, distinguer trois époques :

—  une période « obscure » qui va de 1682 à 1750, où les inspecteurs-ingénieurs s’occupent pour l’essentiel des chemins et de ponts de dimension modestes, les ouvrages importants étant conçus par des ingénieurs extérieurs, comme Gabriel ou Romain de Maastricht.
— une période « dorée », de 1750 à 1782, qui voit l’organisation générale du service, le recrutement d’ingénieurs issus de ce qui est encore alors, l’École de Perronet, (comme Joseph-Pierre Antoine, Charles-Joseph Le Jolivet, Gauthey), sous la direction plutôt débonnaire de Thomas Dumorey.  Les ingénieurs extérieurs ne sont plus consultés, sauf comme experts.
— l’époque des grands travaux, de 1782 à 1790 où, sous la direction de Gauthey, se feront les grands travaux, ponts, canaux.

On découpera les publications en fonction des actualités diverses en suivant 4 axes thématiques :

— l’organisation des services, réglements et autres éléments juridiques, ainsi que des précisions biographiques ;
— les travaux d’ingénieurs proprement dits ;
— les pratiques privées, soit les travaux pour les communautés (églises, presbytères, écoles, aménagements, décorations) ou pour la clientèle privée ;
— ce que l’on appellera les varia, faute de mieux, où nous parlerons notamment des ingénieurs à l’Académie de Dijon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.