Exposition / DE LA CONSTRUCTION AU RECIT. Être de son temps et de son lieu pour l’architecte du XXe siècle

Du 25 mai au 29 septembre 2016, le CAUE de Haute-Savoie présente l’exposition :visuelCAUE-titre

Cette exposition est le résultat d’une collaboration entre le CAUE de Haute-Savoie et le laboratoire MHAevt dans le cadre d’une convention CIFRE.

Claire Rosset, doctorante au laboratoire MHAevt et au CAUE de Haute-Savoie, a assuré le commissariat de l’exposition à partir du travail scientifique issu de sa recherche.

visuelCAUE-2

Au début du XXe siècle, suite à la révolution industrielle, le développement des villes met les architectes face à de nouveaux programmes, véritables projets de modernité : la transformation des modes de vie, l’essor des infrastructures (industrielles, urbaines, touristiques…) ou encore l’habitat et la production de logements pour le grand nombre. L’échelle nouvelle des ouvrages architecturaux a modifié la façon d’habiter les territoires. Dès lors, les architectes modernes sont souvent accusés d’être en rupture avec l’histoire et la géographie des lieux. Leurs productions semblent vouloir être à tout prix “de leur temps” plutôt que “de leur lieu”.

Le parcours d’un architecte comme Albert Laprade (1883-1978) permet de dépasser cette opposition et de revenir sur la manière dont, en France, les architectes du début du XXe siècle se sont confrontés aux besoins de leur époque et à la spécificité des lieux. Au-delà d’une production moderne allant du garage automobile rue Marbeuf (Paris) au barrage de Génissiat sur le Rhône (Ain), Albert Laprade porte une attention particulière à l’architecture traditionnelle notamment à travers ses Albums de croquis. Il revient également régulièrement dans les Alpes du Nord où il a progressivement acheté l’alpage de Charousse (Les Houches, Haute-Savoie) dont il a cherché à préserver l’unité du lieu.

De la construction au récit… cette exposition interroge la manière dont les architectes participent à l’élaboration d’une “culture du lieu” qui comprend celui-ci à la fois comme site de projets, comme territoire de nouvelles découvertes et comme imaginaire à construire.

L’exposition est structurée par six thématiques qui mettent en regard la place du lieu dans la pratique architecturale au début du XXe siècle :

  • l’architecture se montre : les expositions universelles
  • la modernité : habiter le XXe siècle
  • l’architecture sans architecte : relever et révéler l’existant
  • nouveaux programmes, nouvelles techniques
  • du détail au paysage : la question des échelles
  • l’architecture en débat : l’avènement des publications

Au sein de ces six thématiques, et à partir de supports variés (relevé, croquis, projets, édifices, publications, …), les visiteurs retrouvent :

  • une “entrée” présentant la thématique
  • un “zoom” sur la production de l’architecte Albert Laprade qui éclaircie et symbolise chacune des thématiques,
  • un “écho” sous forme de citation, qui permet d’ouvrir sur des expériences contemporaines,
  • une “frise” qui présente une chronologie sélective des expériences citées et/ou significatives au XXe siècle.

Une exposition produite par le CAUE de Haute-Savoie

Commissariat
Claire Rosset, doctorante en architecture / CAUE 74
Comité de pilotage
Arnaud Dutheil, Dominique Leclerc et Dany Cartron / CAUE 74
Conception scénographique
Sara de.Gouy, designer / architecte
Design graphique
Bureau 205
Fabrication
Menuisier-agenceur : À mi-bois
Signalétique et marquage : Adzo
Partenaires de l’exposition
La commune de La Bâthie (Savoie), la Compagnie Nationale du Rhône, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le ministère de la Culture et de la communication / DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, l’ANRT / Cifre

Présentation sur le site du CAUE